Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Traitement chirurgical des prolapsus génitaux par la voie vaginale

[41-800]
Daniel Dargent : Professeur à l'université Claude-Bernard, gynécologue-accoucheur des hôpitaux de Lyon, chef de service
Patrice Mathevet : Praticien hospitalier
Georges Mellier : Professeur à l'université Claude-Bernard, gynécologue-accoucheur des hôpitaux de Lyon, chef de service
Service de gynécologie-obstétrique, hôpital Édouard-Herriot, pavillon K, place d'Arsonval, 69437 Lyon cedex 03 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 18
Iconographies 29
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Techniques chirurgicales - Gynécologie
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

L'opération standard à opposer au prolapsus génital est la triple opération périnéale avec hystérectomie. Les trois temps de cette opération sont décrits dans les modalités dans lesquelles ils sont exécutés par l'équipe de l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon.

L'hystérectomie vaginale est le premier de ces temps. Elle est réalisée selon la technique conventionnelle. Après la péritonisation, une résection triangulaire est faite sur la partie haute de la paroi vaginale postérieure et le point de Mac Call est préparé dans l'objectif de fixer le dôme vaginal aux ligaments suspenseurs (ligaments utérosacrés et paramètres).

On enchaîne ensuite sur la plastie vaginale antérieure, qui est exécutée en utilisant l'artifice du clivage des lambeaux vaginaux avec l'objectif d'individualiser le fascia de Halban qui est ensuite plicaturé en « paletot ».

On termine par le temps postérieur en exécutant sur la paroi vaginale une incision en Y renversé, dont l'extrémité supérieure correspond au point le plus bas de la résection faite immédiatement après l'hystérectomie. Les fosses pararectales sont ouvertes. Les muscles releveurs sont aiguillés. La colpotomie est fermée en commençant par le point de Mac Call et en finissant à l'orifice vulvaire après avoir, à mi-parcours, serré les points de myorraphie.

Selon la nature et l'importance des lésions, on peut être conduit à exécuter, au cours du temps de plastie postérieure, une sacrospinofixation de la voûte vaginale. Concernant la plastie postérieure on doit, en cas d'incontinence urinaire d'effort associée, ajouter, dépendant de l'état des muscles releveurs, soit une plastie ventrale de ces muscles, soit une suspension au pubis faite selon la technique du « Burch inversé ».

Sont décrites, en complément de la triple opération périnéale avec hystérectomie, l'opération de fixation sacroépineuse de l'utérus et l'opération de vulvocolpocléisis qui, aux deux extrêmes de la vie, trouve de rares indications : prolapsus avec éversion chez la femme jeune désirant garder des chances de maternité et prolapsus de tous types chez la femme très âgée acceptant l'oblitération vaginale.



Mots-clés : prolapsus génital, incontinence d'effort, hystérectomie vaginale, colporraphie antérieure, myorraphie ventrale des releveurs, colposuspension rétropubienne, opération fronde, colporraphie postérieure, myorraphie dorsale des releveurs, fixation sacroépineuse, vulvocolpocléisis

Plan



© 2002  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité