Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Encéphalopathies métaboliques et toxiques - 01/01/96

[17-055-A-70]
Frédéric Dubas : Professeur, chef de service
Service de neurologie A, centre hospitalier universitaire, 4, rue Larrey, 49033  Angers cedex 01 France
Christophe Verny : Interne
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Neurologie

Résumé

Les encéphalopathies métaboliques et toxiques occupent un vaste cadre nosologique. Celles liées à l'alcool, ou secondaires à une erreur innée du métabolisme, étudiées dans d'autres chapitres, ont été exclues de cette étude. L'intérêt d'une étude d'ensemble de cette pathologie tient au fait qu'elle est fréquente et souvent curable.

Il est d'usage de réserver le terme d'encéphalopathie aux souffrances cérébrales diffuses, se traduisant par des troubles neurologiques non focalisés, dont les expressions les plus fréquentes sont :

  • une confusion mentale ou des troubles comportementaux d'allure psychiatrique ;
  • des troubles de la vigilance, allant de l'obnubilation au coma profond ;
  • des myoclonies et des épisodes comitiaux.
  • L'apparition de cette symptomatologie se fait de manière aiguë ou subaiguë. La diffusion des signes cliniques est très évocatrice en soi mais des signes focaux sont parfois observés. Dans ce contexte sémiologique, l'électroencéphalogramme prend toute sa valeur en montrant des anomalies diffuses. L'orientation du diagnostic étiologique est de difficulté variable : s'il existe un contexte pathologique évident, le diagnostic peut être rapidement circonscrit par quelques examens simples et ciblés. En l'absence de contexte pathologique, il convient tout d'abord d'écarter l'hypothèse d'une pathologie cérébrale vasculaire ou tumorale par un scanner cérébral, après quoi doit être envisagée systématiquement chacune des rubriques qui vont être étudiées dans ce chapitre. Enfin, il n'est pas rare qu'un désordre métabolique ou une intoxication apparaisse chez un patient souffrant d'une autre affection neurologique, par exemple des troubles hydroélectrolytiques chez un dément. Dans ce cas, l'imputabilité ne peut être jugée qu'après correction du trouble.

    Plan



    © 1996  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS - Tous droits réservés

    Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
    Export

      Export citations

    • Fichier

    • Contenu

    Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
    L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

    Déjà abonné à ce traité ?

    Mon compte


    Plateformes Elsevier Masson

    Déclaration CNIL

    EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

    En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
    Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
    Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.