Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Néonaticide, un non-désir mélancolique : étude clinique de 12 cas

Doi : 10.1016/j.evopsy.2008.02.014 

Jean-Luc Viaux a  , Serge Combaluzier b

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 15
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’étude porte sur les néonaticides c’est-à-dire le meurtre de l’enfant à la naissance, dont les auteurs ont rassemblé 12 cas, à partir d’expertises et de dossiers pénaux. Toutes ces femmes ont admis savoir leur état de grossesse et plusieurs d’entre elles ont déjà des enfants ou ont mené une grossesse jusqu’à un avortement choisi. Après une revue des questions que posent les classifications, l’article se consacre à discuter les différents éléments qui peuvent éclairer le déclenchement de l’acte meurtrier après le silence sur la grossesse. Les ruminations sur leur état, les conduites d’évitement, la non-préparation de la naissance, le clivage de la personnalité qui donne le change à leur entourage sont des signes qui évoquent un fonctionnement traumatique. La sidération face à l’enfant vivant après un accouchement, souvent brève, montre que la différence entre représentation de ce qui se passe en elle et le brutal face-à-face est un des déterminants clé de ce qui va projeter l’acte mortifère. Mais, c’est aussi une impossible place du père qui se joue dans ce refus de l’enfant vivant, puisque dans l’échantillon presque tous les pères sont connus et ont été informés (pas toujours clairement) de la grossesse. Il existe chez toutes ces femmes une forme de méditation sur le devenir et sur l’origine qui évoque un désespoir mélancolique. Sans que ces constatations sur un échantillon de néonaticides soient généralisables, elles constituent une réflexion sur le lien entre la passion et la mélancolie, mais aussi la prévisibilité à partir des déterminants de ces meurtres désespérés.

Abstract

The murder of a just born child, called neonaticide since Reisnick’s word (1969) is a peculiar category of infanticide. The aim of this study is to understand the dynamic aspects of the acting out in focussing in the historical dimension of these women. All of them have already be pregnant and knew the pregnancies and have already abort several times. In focussing of the mechanisms relative to the neonaticide, it can be understood that the deny of the pregnancy is not what organize these acting out. This series of 12 cases, from our forensic practices, is a clinical study on neonaticide whose the conclusions cannot be extended to other cases. However, it can be drawn several steps between the silence on the pregnancy to the deny of having born a child. Despite their diversities, these women presented amazing similarities on their pregnancies, their descriptions of the childbirth, their attitudes toward their new born children: although the deny of the pregnancy is described as the main mechanism of those infanticides, all these women new their pregnancy. It can be analysed during the pregnancy some mental ruminations that translate an avoiding behaviour, an absence of reverie on the birth organized by a splitting of the personality, and symptoms that evocate a traumatic mental functioning. The sideration toward the living child, after a brutal and rapid birth underlines the hiatus between the cognitions of the child in utero and in aero and their inabilities to cope with living manifestations as cries and movement. Another characteristic of these cases is that the fathers of the murdered children have been placed on an impossible place, both informed of the pregnancy and averted from its developments. At last, all these women present a form of meditation on the becoming, the beginning and the end, they evocate a real melancholic hopelessness, related to a passionate love life. Despite these clinical facts cannot be extended to other cases it can be drawn a reflexion on the relationships between neonaticide and melancholia, and outlined some determinants making us aware to this unmetallization of the birth that leads to neonaticide.


Mots clés : Néonaticide, Fonction paternelle, Traumatisme psychique, Clivage, Mélancolie

Keywords : Neonaticide, Clinical study, Father’s position, Trauma, Cleavage, Melancholia


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Viaux JL, Combaluzier S. Néonaticide, un non désir mélancolique : étude clinique de 12 cas. Evol Psychiatr 2010; 75(1).


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 75 - N° 1

P. 3-17 - janvier 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Éditorial
  • Manuella De Luca
| Article suivant Article suivant
  • Passage à l’acte familicide et filicide : deux réalités distinctes ?
  • Suzanne Léveillée, Jacques Marleau, Julie Lefebvre

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité