Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge d’une tumeur trophoblastique gestationnelle

Doi : 10.1016/j.gyobfe.2010.01.011 

S. Noal a b  , F. Joly a b, E. Leblanc c

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les maladies trophoblastiques gestationnelles regroupent la môle hydatiforme, la môle invasive, le choriocarcinome et la maladie du site d’insertion placentaire. Il s’agit, pour la plupart, de pathologies d’excellent pronostic, très chimiosensibles, permettant, en outre, de préserver la fertilité des patientes du fait du faible taux de récidive lors des grossesses ultérieures. Les mécanismes physiopathologiques et les facteurs de risque de ces pathologies sont aujourd’hui mieux connus. Les môles hydatiformes doivent être traitées par aspiration sous échographie préférentiellement au curetage. La maladie du site d’insertion placentaire représente une entité particulière peu chimiosensible et ne sécrétant pas d’hCG dont la prise en charge est spécifique. Les tumeurs trophoblastiques gestationnelles (môle invasive et choriocarcinome) peuvent être divisées en deux groupes : un groupe à bas risque, traité par monochimiothérapie, le plus souvent du Méthotrexate® ou de l’actinomycine D avec un taux de guérison avoisinant les 100 % et un groupe à haut risque traité par polychimiothérapie (Étoposide®, Méthotrexate®, actinomycine D, cyclophosphamide, Vincristine®) avec un taux de guérison de 86 %. Les patientes réfractaires à la chimiothérapie gardent un pronostic plus sombre de 43 % de survie à cinq ans, laissant une place pour le développement de nouvelles thérapies dans cette indication. Le dosage des hCG plasmatiques reste à l’heure actuelle, un élément clé de la surveillance de ces maladies. Une prise en charge spécialisée par une équipe expérimentée est donc indispensable pour donner aux patientes les meilleures chances de guérison.

Abstract

Gestational trophoblastic diseases comprise of hydatiform mole, invasive mole, choriocarcinoma and placental site trophoblastic tumor. Most of those pathologies are chemosensitive and have excellent prognosis, allowing preserving women’s fertility because of the low relapse rate during further pregnancies. Physiopathological mechanisms and risk factors are now better understood. Hydatiform moles have to be treated by suction rather than curettage. Placental site trophoblastic tumors are particular chemoresistant pathologies, not secreting hCG which needs specific management. Trophoblastic tumors can be divided into two groups: a low risk group treated by monotherapy, most often by Methotrexate® or actinomycine D, with survey about 100% and a high risk group treated by polychemotherapy (Etoposide®, Methotrexate®, actinomycine D, cyclophosphamide, Vincristine®) with survey of 86%. Chemorefractarory patients keep deep prognosis with 5 years survival rate of 43%, which allow development of new therapy in this indication. Measurement of hCG remains today central for supervision. A specialised management by an experimented team is essential to give patients better chance of recovery.


Mots clés : Maladie trophoblastique gestationnelle, Môle hydatiforme, Môle invasive, Choriocarcinome, Maladie du site d’insertion placentaire, Chimiothérapie

Keywords : Gestational trophoblastic disease, Hydatiform mole, Invasive mole, Choriocarcinoma, Placental site trophoblastic tumor, Chemotherapy


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 38 - N° 3

P. 193-198 - mars 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Modalités de fonctionnement d’un centre de suivi des femmes à haut risque de cancer du sein et de l’ovaire : une expérience à l’hôpital Tenon
  • N. Chabbert-Buffet, B. Seroussi, J. Chopier, A. Fajac, M. Antoine, C. Boucher, C. Colas, B. Belaroussi, C. Waserman, M.-O. Deschamps, J. Cuminet, N. Mottier, J.-C. Buzzi, R. Rouzier, F. Soubrier, S. Uzan
| Article suivant Article suivant
  • Papillomavirus humain (HPV) : comment ai-je attrapé ça ?
  • N. Gavillon, H. Vervaet, E. Derniaux, P. Terrosi, O. Graesslin, C. Quereux

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité