Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étiologie de l’ecthyma gangréneux (quatre cas) - 29/06/10

Doi : 10.1016/j.annder.2010.04.013 
A. Soria a, C. Francès b, A. Guihot a, S. Varnous c, F. Bricaire a, É. Caumes a,
a Service de maladies infectieuses et tropicales, hôpital Pitié-Salpétrière, 45-83, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, France 
b Service de dermatologie et vénérologie, hôpital Tenon, 4, rue de la Chine, 75020 Paris, France 
c Service de chirurgie cardiaque et thoracique, hôpital Pitié-Salpétrière, 45-83, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’ecthyma gangréneux (EG) a une définition clinique et bactériologique. Il débute par une plaque, une papule ou une macule érythémateuse ou purpurique évoluant initialement vers une bulle hémorragique et nécrotique, puis vers une croûte noirâtre. L’EG est le plus souvent dû à Pseudomonas aeruginosa, mais d’autres agents infectieux peuvent être impliqués.

Observation

Quatre patients (trois femmes et un homme, d’âge moyen 36 ans) présentaient une fièvre et des lésions cutanées évocatrices d’EG. Trois d’entre eux étaient des transplantés cardiaques traités par immunosuppresseurs ; la quatrième avait une leucémie aiguë myéloïde en phase terminale. Tous présentaient des lésions cutanées ulcérées et nécrotiques, qui succédaient à une bulle chez trois d’entre eux. Les hémocultures isolaient dans un cas P. aeruginosa et Candida albicans. Les cultures des lésions cutanées mettaient en évidence C. albicans et P. aeruginosa respectivement dans deux cas. Les lésions cutanées nécrotiques régressaient sous traitement anti-infectieux adapté. Trois malades ont guéri mais la patiente avec la leucémie est décédée malgré le traitement.

Discussion

Ces quatre observations illustrent le polymorphisme clinique des lésions d’EG. Elles montrent également que P. aeruginosa n’est pas toujours l’agent pathogène responsable. D’autres micro-organismes tels que C. albicans peuvent être cause, comme l’illustrent deux de nos cas.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Ecthyma gangrenosum (EG) starts as an erythematous or purpuric macule, papule or plaque that develops into a haemorrhagic bulla, which becomes a necrotic black sore. EG is usually a cutaneous manifestation of Pseudomonas aeruginosa infection but other microbial agents can be involved.

Observation

Four patients (three women and one man, mean age: 36 years) with fever and cutaneous black sores characteristic of EG were hospitalized. Three were cardiac transplant recipients treated with immunosuppressant drugs and one had end-stage acute myeloid leukaemia. All had cutaneous necrotic black sores. Blood cultures isolated in one case P. aeruginosa and Candida albicans. Bacteriological culture of cutaneous swabs from necrotic lesions revealed C. albicans and P. aeruginosa in two cases, respectively. The cutaneous black sores healed with appropriate antimicrobial treatment. Three patients were cured but the patient with leukaemia died despite therapy.

Discussion

These four cases illustrate the clinical polymorphism of EG and the broad spectrum of aetiologies. While EG is primarily considered a cutaneous manifestation of P. aeruginosa infection, other microbial agents such as C. albicans may be responsible, as in two of our cases.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ecthyma gangréneux, Immunodépression, Pseudomonas aeruginosa, Candida albicans

Keywords : Ecthyma gangrenosum, Immunocompromised patients, Pseudomonas aeruginosa, Candida albicans


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 137 - N° 6-7

P. 472-476 - juin 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pili migrans (poil migrant cutané)
  • D.Q. Luo, Y.K. Zhao, J.H. Liu
| Article suivant Article suivant
  • Lymphœdème et dermatose neutrophilique
  • P. Guyot-Caquelin, J.-F. Cuny, C. Depardieu, A. Barbaud, J.-L. Schmutz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.