Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prepregnancy BMI influences maternal and fetal outcomes in women with isolated gestational hyperglycaemia: A multicentre study

L’indice de masse corporelle qui précède la grossesse influence le pronostic maternel et foetal des femmes présentant une hyperglycémie gestationnelle isolée : étude multicentrique

Doi : 10.1016/j.diabet.2010.01.008 

A. Lapolla a f, M. Bonomo b  , M.G. Dalfrà a, E. Parretti c, D. Mannino d f, G. Mello c, G. Di Cianni e f

on behalf of the GISOGD1

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Aim

This multicentre study analyzed the maternal and fetal outcomes of women who had one elevated 3-h oral glucose tolerance test (isolated gestational hyperglycaemia [IGH]).

Methods

From 1999 to 2003, data were collected for 606 IGH women from 31 Italian obstetric or diabetic centres, including time and mode of delivery, gestational hypertension, preeclampsia, eclampsia, congenital malformations, and neonatal mortality and morbidity, to compare them with the general pregnant Italian population. A prognostic model for the outcome of pregnancy was constructed, and the concurrence of certain specified conditions was considered a positive outcome, whereas pregnancies that failed to meet one or more of the stated conditions were classified as “complicated”.

Results

Macrosomia was significantly more frequent in women with IGH than in the normal pregnant population (10.7 vs 7.4%, respectively; P=0.003). Stillbirth and neonatal mortality rates did not differ from those in normal pregnancies, while a slight rise in the frequency of major malformations was not statistically significant (1.48 vs 0.89%, respectively; P<0.11). Multivariate logistic analyses confirmed that the prepregnancy body mass index (BMI) was an independent predictor of a complicated pregnancy. As for fetal growth, multivariate logistic analyses according to BMI showed that being overweight or obese were strong predictors of macrosomia.

Conclusion

These findings in a large cohort of Italian women with IGH confirm the detrimental effect of even minimally altered glucose tolerance on fetal outcome. Also, prepregnancy obesity plays an important role in raising the risk of adverse perinatal outcomes in such patients.

Résumé

Buts

L’objectif de cette étude multicentrique était d’analyser les événements maternels et fœtaux chez des femmes présentant une seul valeur anormale de l’hyperglycémie provoquée orale avec 100g de glucose (hyperglycémie gestationnelle isolée).

Patients et méthodes

Entre 1999 et 2003, nous avons recueilli les données de 606 femmes issues de 31 centres hospitaliers de gynécologie-obstétrique ou de diabétologie italiens, en enregistrant le terme et la voie d’accouchement, ainsi que la fréquence des hypertensions artérielles, des pré-éclampsies et des toxémies gravidiques, des malformations fœtales, la morbidité et mortalité néonatales, en les comparant à la population générale italienne. Un modèle pronostique a été construit sur ces éléments pour évaluer l’évolution favorable ou non de la grossesse.

Résultats

La survenue d’une macrosomie était significativement plus fréquente chez les femmes présentant une hyperglycémie gestationnelle isolée que dans la population témoin (10,7 vs 7,4 % ; P=0,003). Le taux de mort fœtale in utero et la mortalité néonatale n’étaient pas différents de ceux des grossesses normales. Il existait une tendance non significative en faveur d’une augmentation des malformations chez les nouveau-nés de mère atteinte d’hyperglycémie gestationnelle isolée (1,48 vs 0,89 %; P<0,11). Analysé par régression logistique multivariée, l’indice de masse corporel maternel était un élément prédictif indépendant de grossesse compliquée. Le surpoids et l’obésité étaient des indicateurs prédictifs de macrosomie.

Conclusions

Ces résultats, obtenus à partir d’une importante cohorte de femmes italiennes avec hyperglycémie gestationnelle isolée, confirment le rôle délétère de l’hyperglycémie modérée dans le développement de la macrosomie. Le surpoids antérieur à la grossesse est aussi un facteur prédictif de complications périnatales dans cette population.


Keywords : Isolated gestational hyperglycaemia, Gestational diabetes, Prepregnancy overweight, Prepregnancy obesity

Mots clés : Hyperglycémie gestationnelle isolée, Diabète gestationnel, Surpoids maternel, Obésité maternelle, Étude longitudinale, Macrosomie


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 36 - N° 4

P. 265-270 - septembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypothalamic integration of portal glucose signals and control of food intake and insulin sensitivity
  • F. Delaere, C. Magnan, G. Mithieux
| Article suivant Article suivant
  • Are elderly patients with diabetes being overtreated in French long-term-care homes?
  • B. Bouillet, G. Vaillant, J.-M. Petit, M. Duclos, A. Poussier, M.C. Brindisi, B. Vergès

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité