Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Perturbateurs endocriniens environnementaux et cancers hormonodépendants. De nouveaux facteurs de risque ? - 02/07/11

Environmental endocrine disruptors and hormone dependent cancers. New risk factors?

Doi : 10.1016/j.mlong.2011.05.002 
P. Fénichel a, , b
a Service d’endocrinologie-reproduction-diabétologie-lipidologie, CHU de Nice, hôpital de l’Archet, 151, route Saint-Antoine-de-Ginestière, BP 3079, 06202 Nice cedex 3, France 
b Inserm U895, équipe 5, C3M, université de Nice-Sophia-Antipolis, Nice, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le samedi 02 juillet 2011
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

La responsabilité des perturbateurs endocriniens environnementaux (PEE) comme facteurs de risque dans la physiopathologie des cancers hormonodépendants s’appuie à la fois sur : (1) l’exposition in utero au distilbène, un modèle expérimental humain involontaire ayant entraîné chez la jeune fille, un cancer rare, le cancer du vagin, et chez la femme de plus de 40ans, un risque majoré de cancer du sein, le plus fréquent des cancers féminins ; (2) de nombreuses études épidémiologiques cas/contrôles qui, bien que d’interprétation difficile et soumises à de nombreux biais, mettent en évidence une relation avec les taux de PEE dans le sang, le tissu graisseux ou la tumeur (cancer du sein et biphényls polychlorés [PCB], hydrocarbures polyaromatiques (PAH), dioxine ou organochlorés ; cancer de la prostate et chlordecone ; cancer du testicule et PCB, hexachlorobenzène [HCB] ou chlordane) ; (3) des modèles expérimentaux, permettant ainsi chez les rongeurs après exposition fœtale ou périnatale au diéthylstilbestrol (DES), au bisphénol A, ou à l’atrazine de reproduire chez l’animal adulte des lésions précancéreuses mammaires ou prostatiques ; (4) la possibilité d’interférer in vitro sur la croissance de lignées de cellules malignes humaines avec le bisphénol A neutralisant l’efficacité de la chimiothérapie (sein) ou stimulant la prolifération cellulaire (prostate, testicule). Bien que de nombreuses interrogations persistent, ces différents éléments orientent vers une nouvelle évaluation de la responsabilité carcinogénique des PEE, prenant en compte les faibles doses, dans des fenêtres d’exposition critiques surtout fœtale, la synergie entre les molécules et l’induction de modifications épigénétiques stables ne touchant pas la structure du génome mais étant susceptibles de participer à la transformation maligne et/ou à la promotion tumorale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The involvement of environmental endocrine disruptors (EED) in hormone dependent carcinogenesis is supported by: (1) in utero exposure to distilbene, a human experimental model which led to vaginal adenocarcinoma in the young daughter and an increased risk of breast cancer after 40 years; (2) epidemiological case/control studies showing although many confounders and methodological biais, a correlation between blood, adipose tissue or tumoral EED levels and hormone dependent cancers (breast cancer and PCB, PAH and dioxine levels; prostate cancer and chlordecone levels; testicular germ cell cancer and of PCB, HCB or chlordane blood levels of the mothers); (3) experimental models able to induce in rodents after fetal or perinatal exposure to diéthylstilbestrol (DES), bisphenol A or atrazine, adult breast or prostate cancers; (4) in vitro malignant cell studies showing how EEDs like bisphenol A are able to interfere with prostate, breast or testicular germ cell proliferation, apoptosis and survey. All these reports suggest a reassessment of EED chemotoxicity during carcinogenesis which needs to include low doses of EEDs with additive or synergistic mixture during critical windows of exposure such as fetal or perinatal periods leading to stable epigenetic modifications which do not change the genetic code but may participate to the malignant transformation and/or promotion.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Perturbateurs endocriniens, Cancer hormonodépendant, Xénoestrogène, Exposition fœtale, Programmation épigénétique

Keywords : Endocrine disruptors, Hormone dependent cancers, Xenoestrogens, Fetal exposure, Epigenetic programming


Plan


 Article issu d’un colloque sur les perturbateurs endocriniens, organisé par le réseau environnement santé le 14 septembre 2010.


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.