Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Sédation en réanimation de l'adulte - 01/01/05

ICU sedation adults

[36-710-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0289(05)33134-3 
G. Kierzek a,  : Praticien hospitalier, J.-L. Pourriat a : Professeur des Universités, praticien hospitalier
a Fédération Anesthésie- Réanimation Urgences, Hôtel-Dieu, Place du Parvis-Notre-Dame, 75004 Paris, France 

*Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 13
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 1
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Anesthésie-Réanimation
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

La sédation en réanimation se définit par l'utilisation de moyens médicamenteux ou non, dans le but de diminuer l'anxiété, d'assurer une analgésie satisfaisante, de calmer la douleur et de faciliter le contrôle des voies aériennes et la ventilation mécanique. Les moyens médicamenteux font le plus souvent appel aux médicaments utilisés en anesthésie, désormais largement administrés également dans le cadre de la médecine d'urgence et de la réanimation extrahospitalière et intrahospitalière. Le maniement de ces médicaments nécessite une parfaite connaissance de leurs avantages et de leurs inconvénients car, en réanimation, leur utilisation s'avère encore plus délicate qu'en anesthésie (patients en défaillance mono- ou polyviscérale, retentissement hémodynamique, antécédents médicaux parfois inconnus, etc.). Les objectifs de l'analgésie et de la sédation en réanimation, les indications, les moyens et les modalités d'administration ont été rappelés par une conférence de consensus ou des recommandations de pratique clinique communes aux sociétés savantes (Société Française d'Anesthésie et de Réanimation et Société de Réanimation de Langue Française). Une stratégie institutionnelle et une approche individuelle par patient pour en définir la durée, choisir les médicaments et déterminer la profondeur de la sédation, restent néanmoins indispensables ; l'évaluation pluriquotidienne et l'interruption régulière de l'administration des sédatifs et/ou analgésiques permettent un examen clinique du patient et une adaptation au plus près de ses besoins en limitant les effets secondaires. Enfin, toutes les sédations ne sont pas identiques par rapport aux pathologies causales ou associées et au-delà de la simple sédation « adjuvante » des thérapeutiques de réanimation, les nouveaux agents sédatifs semblent jouer un rôle thérapeutique propre, autorisant à parler véritablement de « sédation thérapeutique ».

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Sédation en réanimation, Médecine d'urgence

Plan


© 2005  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.