Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Embolies pulmonaires

[19-2050]
Christine Lorut : Chef de clinique
Jean-Pierre Laaban : Professeur des Universités, praticien hospitalier
Service de pneumologie et réanimation, Hôtel-Dieu de Paris, 1 place du Parvis-Notre-Dame, 75181 Paris cedex 04 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Angéiologie
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Malgré les progrès effectués dans le diagnostic, la prophylaxie et le traitement de la maladie thromboembolique veineuse, l'embolie pulmonaire reste une complication fréquente, souvent méconnue et potentiellement grave. L'approche diagnostique classique reposant sur l'angiographie pulmonaire tend à être remplacée par une attitude plus pragmatique s'appuyant sur des examens non invasifs. La scintigraphie pulmonaire de perfusion et de ventilation a une excellente sensibilité, mais son intérêt est limité par le grand nombre d'examens non concluants. L'association d'autres examens (angioscanner thoracique à rotation continue, dosage des D-dimères par méthode Elisa [enzyme-linked immunosorbent assay], échodoppler veineux des membres inférieurs) permet actuellement d'envisager des stratégies diagnostiques non invasives. La place des héparines de bas poids moléculaire (HBPM), dont l'efficacité est supérieure à celle de l'héparine non fractionnée (HNF) dans le traitement de la thrombose veineuse profonde, reste à définir dans l'embolie pulmonaire. Le relais de l'héparine par les antivitamines K est réalisé précocement afin de limiter le risque de thrombopénie induite par l'héparine. La durée du traitement antivitamines K dépend en particulier du caractère récidivant de la pathologie thromboembolique et de l'existence d'une thrombophilie sous-jacente. Les indications de l'interruption de la veine cave inférieure ont considérablement diminué au cours des dernières années, grâce à une meilleure connaissance de l'efficacité et des complications à long terme des filtres caves. Les thrombolytiques sont utilisés essentiellement dans les embolies pulmonaires massives et hémodynamiquement instables.

Plan



© 1997  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité