Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Guidelines for the practical stability studies of anticancer drugs: A European consensus conference - 13/08/11

Doi : 10.1016/j.pharma.2011.07.002 
C. Bardin a, , A. Astier b, A. Vulto c, G. Sewell d, J. Vigneron e, R. Trittler f, M. Daouphars g, M. Paul b, M. Trojniak h, F. Pinguet i
a Hôtel-Dieu Hospital, 1, place du Parvis-Notre-Dame, 75181 Paris cedex 4, France 
b UMR 7054, Henri-Mondor Hospital, School of Medicine, 94010 Créteil, France 
c Erasmus Medical Center, Rotterdam, The Netherlands 
d Plymouth University, Plymouth, United Kingdom 
e INFOSTAB, 54000 Nancy, France 
f University Hospital, Freiburg, Germany 
g Centre Henri-Becquerel, 76038 Rouen, France 
h Instituto Oncologico Veneto, Padova, Italy 
i Val d’Aurelle Cancer Center, 34298 Montpellier, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Stability studies performed by the pharmaceutical industry are only designed to fulfill licensing requirements. Thus, post-dilution or -reconstitution stability data are frequently limited to 24h only for bacteriological reasons regardless of the true chemical stability which could, in many cases, be longer. In practice, the pharmacy-based centralized preparation may require infusions to be made several days in advance to provide, for example, the filling of ambulatory devices for continuous infusions or batch preparations for dose banding. Furthermore, a non-justified limited stability for expensive products is obviously very costly. Thus, there is a compelling need for additional stability data covering practical uses of anticancer drugs. A European conference consensus was held in France, May 2010, under the auspices of the French Society of Oncology Pharmacy (SFPO) to propose adapted rules on stability in practical situations and guidelines to perform corresponding stability studies. For each anticancer drug, considering their therapeutic index, the pharmacokinetics/pharmacodynamics (PK/PD) variability, specific clinical use and risks related to degradation products, the classical limit of 10% of degradation can be inappropriate. Therefore, acceptance limits must be clinically relevant and should be defined for each drug individually. Design of stability studies has to reflect the different needs of the clinical practice (preparation for the week-ends, outpatient transportations, implantable devices, dose banding…). It is essential to use validated stability-indicating methods, separating degradation products being formed in the practical use of the drug. Sequential temperature designs should be encouraged to replicate problems seen in daily practice such as rupture of the cold-chain or temperature-cycling between refrigerated storage and ambient in-use conditions. Stressed conditions are recommended to evaluate not only the role of classical variables (pH, temperature, light) but also the mechanical stress. Physical stability such as particles’ formation should be systematically evaluated. The consensus conference focused on the need to perform more studies on the stability of biotherapies, including a minimum of three complementary separating methods and a careful evaluation of submicron aggregates. The determination of the biological activity of proteins could be also useful. A guideline on the practical stability of anticancer drugs is proposed to cover current clinical and pharmaceutical practice. It should contribute to improved security of use, optimization of centralized handling and reduced costs. Finally, we have attempted to establish a new drug stability paradigm based on practical clinical needs, to complement regulatory guidelines which are essentially orientated to the stability of manufactured drugs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Les études de stabilité réalisées par l’industrie pharmaceutique sont uniquement orientées sur les exigences de l’autorisation de mise sur le marché. De ce fait, les durées de stabilité postreconstitution ou après dilution sont souvent limitées à 24heures uniquement pour des raisons bactériologiques sans tenir compte de la stabilité chimique réelle qui peut être beaucoup plus longue. En pratique, les unités centralisées de préparation des chimiothérapies ont besoin de préparer à l’avance pour plusieurs jours, de remplir les dispositifs d’administration ambulatoires ou préparer des lots pour le dose banding. De plus, des données non justifiées de stabilité sont très coûteuses pour des médicaments chers. Il y a donc un besoin urgent de disposer d’études de stabilité sur les anticancéreux qui couvrent les pratiques quotidiennes. Une conférence de consensus européenne s’est tenue en France en mai 2010, sous les auspices de la Société française de pharmacie oncologique (SFPO) pour proposer des règles adaptées de stabilité et des recommandations pour réaliser les essais afférents. Pour chaque anticancéreux, en considérant son index thérapeutique, la variabilité pharmacocinétique/pharmacodynamie, ses utilisations cliniques spécifiques et les risques liés aux produits de dégradation, la limite classique de 10 % maximum de dégradation peut être inappropriée. De ce fait, les limites d’acceptation doivent être cliniquement justifiées et définies médicament par médicament. Le design des études de stabilité doit refléter les différents besoins de la pratique clinique (préparation pour un week-end, transport pour patients externes, chambres implantables, dose banding). Il est essentiel d’employer des méthodes indicatrices de stabilité validées séparant les produits de dégradation. Les études séquentielles de température devraient être encouragées pour mimer les problèmes pouvant intervenir en pratique quotidienne comme les ruptures de chaîne du froid. Les conditions stressées sont recommandées pour évaluer non seulement les paramètres classiques (température, lumière…) mais aussi les stress mécaniques. La stabilité physique (formation de microparticules) doit être systématiquement recherchée. La conférence de consensus s’est focalisée sur le besoin de promouvoir les études de stabilité sur les biothérapies qui doivent inclure au moins trois méthodes séparatives complémentaires et évaluer la formation de micro-agrégats. La détermination de l’activité biologique peut être intéressante. Des recommandations sur la stabilité pratique des anticancéreux ont été proposées pour couvrir les besoins actuels, tant cliniques que pharmaceutiques. Elles devraient contribuer à améliorer leur sécurité d’emploi, optimiser le fonctionnement des unités de reconstitution et réduire les coûts. In fine, nous proposons d’établir un nouveau paradigme sur la stabilité des médicaments et les études afférentes qui tienne plus compte des besoins en pratique et complémentaire des exigences réglementaires essentiellement orientées sur les demandes d’enregistrement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Practical stability, Guidelines, Anticancer drugs, Consensus conference, Europe

Mots clés : Stabilité pratique, Recommandations, Médicaments anticancéreux, Conférence de consensus, Europe


Plan


 This article presents the outcomes from the SFPO First European workshop on methodology in drug stability studies in the field of oncology, 14–15 May, 2010, Abbaye-des-Vaux-de-Cernay, France.


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 69 - N° 4

P. 221-231 - juillet 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Infection fongique invasive en oncologie et hématologie pédiatrique : analyse de la littérature et étude médicoéconomique des coûts de prise en charge
  • R. Lecointre, N. Bleyzac
| Article suivant Article suivant
  • 1er semestre 2011

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.