Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Pathologie vasculaire du sujet âgé

[19-0590]
Jean-Michel Cormier : Professeur UER
Broussais, clinique de la Défense, 16, boulevard Emile-Zola, 92000 Nanterre  France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 5
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Angéiologie

Résumé

Les maladies cardiovasculaires représentent la pathologie la plus fréquente du sujet âgé (défini au-delà de 80 ans) et ces affections ne peuvent que s'accroître en raison de l'augmentation de l'espérance de vie et du développement parallèle de lésions athéroscléreuses symptomatiques.

La pathologie carotidienne en est une facette essentielle ; les maladies cérébrales représentent 12 % des décès et si l'atteinte polypédiculaire est d'une fréquence inhabituelle chez le sujet âgé, une revascularisation carotidienne cependant, selon les normes retenues des consensus européens et américains, ne comporte pas plus de risque que chez les sujets de moins de 80 ans.

L'ischémie critique est le stade habituel qui justifie une revascularisation chez le sujet âgé. À l'échelon proximal, les indications de procédure endovasculaire aorto-iliaque ont réduit les indications conventionnelles de pontage extra-anatomique ; à l'échelon distal, la dilatation, et de nouvelles techniques chirurgicales avec prothèse annelée, chambre anastomotique distale veineuse pour améliorer la compliance, transfert libre vasculaire de recouvrement et de lambeau nourricier ont transformé le pronostic fonctionnel, conservant l'appui dans la majorité des cas.

Dans les anévrismes de l'aorte, une mortalité de 12 % en chirurgie élective conventionnelle faisait rechercher d'autres voies de traitement : les prothèses endovasculaires, quoique manquant de recul, représentent sûrement la solution présente et future, en particulier lorsque le terrain cardiovasculaire rend rédhibitoire une mise à plat-prothèse.

Les lésions occlusives du carrefour viscéral sont particulièrement fréquentes chez le sujet âgé ; déjà les procédures endovasculaires permettent de traiter sans les risques d'une chirurgie directe, des lésions occlusives symptomatiques. Reste à définir leur place, en prévention d'une ischémie digestive rédhibitoire, ou de conservation néphronique.

Plan



© 1998  Elsevier, Paris. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité