Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Déficits en glucose-6-phosphate-déshydrogénase

[13-006-D-10]  - Doi : 10.1016/S1155-1984(06)43441-5 

H. Wajcman 

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 9
Iconographies 7
Vidéos 2
Autres 2
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Hématologie
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Les déficits en glucose 6-phosphate-déshydrogénase (G6PD) concernent plus de 400 millions de personnes à travers le monde. Ils sont observés dans deux conditions très différentes. Dans le premier cas, il s'agit d'une série de mutations fréquentes superposées à la distribution du paludisme et directement liées à un rôle protecteur contre cette parasitose. Dans ce contexte, ce déficit est parfois la cause d'un ictère néonatal. Chez l'adulte, il est habituellement bien toléré, son seul risque est la survenue d'accidents hémolytiques provoqués par des stress oxydants, le plus classique étant l'ingestion de fèves (favisme). Ces accidents pourraient être facilement évités par une bonne information des patients. Dans le second cas, il s'agit de mutations sans spécificité de population, affectant gravement la fonction de l'enzyme, découvertes au cours d'un ictère néonatal ou d'une anémie hémolytique chronique non sphérocytaire, souvent émaillée de crises hémolytiques sévères. La G6PD catalyse la première étape de la voie des pentoses et permet la réduction du NADP+ en NADPH, fournissant ainsi un cofacteur indispensable à la défense de la cellule contre les agressions oxydantes. Dans l'érythrocyte, où aucune synthèse protéique ne s'effectue plus, l'activité enzymatique repose sur un stock non renouvelable d'enzymes qui s'épuisera avec l'âge de la cellule et d'autant plus vite qu'existe une anomalie de structure. On connaît aujourd'hui environ 150 variantes de G6PD classées selon un document de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en quatre types biologicocliniques, de la classe I, la plus sévère, à la classe IV fonctionnellement normale. Les mutants les plus fréquents appartiennent aux classes II et III, illustrés respectivement par la G6PD méditerranéenne et A-. Les mutants de la classe I sont toujours responsables d'anémie hémolytique chronique. La connaissance de la structure tridimensionnelle de la protéine permet aujourd'hui d'expliquer les dysfonctionnements de l'enzyme en termes de relations structure/fonction.


Mots clés : Érythrocyte, Enzyme, Voie des pentoses phosphates, Favisme, Oxydoréduction, Paludisme, NADPH, Anémie hémolytique

Plan


© 2006  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité