Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Adénomes hypophysaires gonadotropes

[10-023-B-10]  - Doi : 10.1016/S1155-1941(06)43050-X 

P. Chanson  , S. Brochier, S. Salenave

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 10
Iconographies 9
Vidéos 0
Autres 1
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Endocrinologie-Nutrition
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Plus de 80 % des adénomes hypophysaires non fonctionnels (AHNF) sont gonadotropes en immunocytochimie. Ce sont, le plus souvent des macroadénomes, découverts à l'occasion d'un syndrome tumoral hypophysaire (atteinte visuelle dans plus de la moitié des cas). L'insuffisance antéhypophysaire est beaucoup plus fréquente que l'hyperstimulation gonadique testiculaire (macro-orchidie) ou ovarienne (tableau d'hyperstimulation ovarienne spontanée). Les concentrations basales des gonadotrophines ou de leurs sous-unités libres sont élevées dans 30 à 50 % des cas (surtout FSH chez l'homme, surtout sous-unité α [SUA] libre chez la femme avant la ménopause). Les tests dynamiques apportent peu au diagnostic : le test à la GnRH est positif dans 75 à 100 % des cas, le test à la TRH est paradoxalement positif dans 60 à 70 % des cas sur la FSH (ou sur SUA) lorsqu'il existe déjà une hypersécrétion basale de FSH (ou de SUA) et dans 20 à 30 % sur la LH lorsque c'est la LH qui est élevée. Toutefois, le risque d'apoplexie hypophysaire liée à l'administration aiguë de TRH doit faire discuter son utilisation, en particulier quand la lésion est importante et à proximité du chiasma optique. En immunocytochimie, le plus souvent, seuls 5 à 10 % des cellules, se regroupant en îlots de taille variable dans le parenchyme tumoral, fixent les immunsérums anti-FSH, anti-LH et/ou anti-SUA. Le traitement des adénomes gonadotropes est d'abord chirurgical. La radiothérapie complémentaire est généralement indiquée en cas de reliquat tumoral postopératoire. Son effet sur la prévention des récidives est probable. Le traitement médical (agonistes dopaminergiques, analogues de la somatostatine, agonistes et antagonistes de la GnRH) est décevant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tumeur hypophysaire, Adénomes hypophysaires non fonctionnels, Adénomes gonadotropes, Gonadotrophines, Radiothérapie, Neurochirurgie, Agonistes dopaminergiques, Analogues de somatostatine

Plan


© 2006  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité