Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Nécroses cutanées

[98-565-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0319(06)32560-5 

P. Berbis   : Professeur des Universités-Praticien hospitalier

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 15
Iconographies 12
Vidéos 0
Autres 2

Résumé

Les mécanismes et les causes de nécroses cutanées sont nombreux, parfois associés, cette diversité rendant difficile toute classification. Une nécrose cutanée peut être la conséquence d'une occlusion vasculaire par thrombose et/ou agglutination intravasculaire. Selon le contexte, il faut rechercher une thrombophilie (exemple : syndrome des antiphospholipides, déficit en protéine S ou en protéine C), un syndrome myéloprolifératif, une cryopathie. La coagulation intravasculaire disséminée et le purpura fulminans sont des urgences diagnostiques et thérapeutiques, souvent dans un contexte infectieux. Les atteintes de la paroi vasculaire des vaisseaux dermohypodermiques sont responsables de nécroses plus ou moins étendues. Selon le contexte, il faut rechercher une atteinte inflammatoire (vascularite, maladie de Buerger), une atteinte microcristalline (calciphylaxie, hyperoxalurie), une artériolosclérose (angiodermite nécrotique). Des dermatoses infectieuses peuvent s'exprimer par des nécroses cutanées. La symptomatologie est alors évocatrice (fasciite nécrosante, echtyma gangrenosum) ou atypique chez un immunodéprimé (zona, syphilis). Les causes médicamenteuses sont importantes à connaître en raison des conséquences qu'elles peuvent entraîner si le diagnostic est tardif. Les molécules qui peuvent entraîner des nécroses cutanées sont nombreuses, au premier rang desquelles les anticoagulants (antivitamines K, héparines). Certaines piqûres ou morsures d'animaux peuvent entraîner des nécroses cutanées plus ou moins sévères. Les causes externes sont facilement reconnues et posent surtout des problèmes de prise en charge (brûlures, gelures, radiodermites, pathomimie), de même que les escarres. Les nécroses digitales isolées partagent la plupart des étiologies des nécroses diffuses, mais peuvent être paranéoplasiques ou être rattachées à des causes spécifiques, notamment médicamenteuses.


Mots clés : Coagulation intravasculaire disséminée, Purpura fulminans, Syndrome des antiphospholipides, Calciphylaxie, Angiodermite nécrotique, Fasciite nécrosante, Echtyma gangrenosum, Cryoglobulinémie

Plan


© 2006  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Article précédent Article précédent
  • Vasculites cutanées et cutanéosystémiques
  • C. Francès, N. Kluger, M.-S. Doutre
| Article suivant Article suivant
  • Ulcères de jambe d'origine veineuse ou mixte à prédominance veineuse
  • G. Chaby

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité