Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Activité physique, diabète et autres facteurs de risque cardiovasculaire - 17/04/07

[26-203-A-10]  - Doi : 10.1016/S1283-0887(07)49189-7 
E. Mollet
Service de médecine interne-diabétologie, Hôpital Louis Pasteur, avenue Léon-Jouhaux, BP 79, 39108 Dole cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 2
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Kinésithérapie-Médecine physique-Réadaptation

Résumé

Dans le diabète de type 2, l'activité physique agit directement sur le principal facteur causal qui est l'insulinorésistance. Cet effet est plus important dans les stades initiaux de la maladie, tant que l'insuffisance sécrétoire en insuline n'est pas trop importante. Des mesures aussi simples que 30 minutes quotidiennes de marche rapide permettent d'obtenir une véritable prévention secondaire chez des sujets intolérants au glucose, et une amélioration métabolique a été démontrée chez les sujets diabétiques avérés. Certains risques toutefois ne sont pas exclus en cas de complications, notamment podologiques et cardiaques ; un bilan est par conséquent nécessaire. Dans le diabète de type 1, l'activité physique n'a pas d'effet thérapeutique direct, mais un rôle important dans la qualité de vie des patients. Les risques de déséquilibre, notamment d'hypoglycémie, peuvent le plus souvent être prévenus par une adaptation de la diététique et des schémas d'insulinothérapie. Les analogues récents (rapides et lents), ainsi que les pompes sous-cutanées facilitent ces adaptations. Dans les deux types de diabète, l'éducation thérapeutique tient une place capitale : dans le type 2, aider et accompagner les patients, qui sont généralement réticents ; dans le type 1, faciliter l'autonomie des patients, qui sont généralement demandeurs, pour une meilleure sécurité et une plus grande liberté. Dans les deux types de diabète, l'activité physique a en outre des effets favorables supplémentaires en agissant sur les autres facteurs de risque cardiovasculaire : le poids, l'hypertension artérielle, les paramètres lipidiques, les facteurs de la coagulation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Activité physique, Diabète de type 1, Diabète de type 2, Insulinothérapie, Facteurs de risque cardiovasculaire

Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.