Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les névroses mixtes : une leçon de méthode nosographique - 28/09/07

Doi : 10.1016/j.evopsy.2007.07.004 
François Villa
Psychanalyste, Maître de Conférences en Sciences Humaines Cliniques, Université de Paris-VII-Denis-Diderot, 26, rue de Paradis, 75480 Paris cedex 10, France 
30, boulevard de Strasbourg, 75010 Paris, France 

Auteur correspondant. (F. Villa).

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

C'est en 1894 que Freud mentionne la notion de névrose mixte. L'auteur propose de revenir sur cette notion largement tombée en désuétude qui constitue une leçon de méthode clinique. Elle est à la croisée des chemins où Freud, en dégageant la méthode psychanalytique, se sépare tant de l'école allemande d'anatomopathologie (Meynert) que de l'école française de neuropathologie (Charcot) en accroissant la capacité diagnostique du clinicien. La reconnaissance de la dimension leurrante du tableau de la névrose mixte en permet la déconstruction et la construction par inférence de différents mécanismes psychiques. Ces derniers permettront la distinction de différentes affections psychiques. La décomposition du tableau de la névrose mixte introduit la dimension de la temporalité dans la constitution d'un ensemble symptomatique et rend envisageable une généalogie des formes névrotiques. Le symptôme n'est plus un objet dont l'évidence serait indiscutable du point de vue d'une perception objective. Il cesse d'être un trait distinctif par lui-même pour devenir un élément inscrit topiquement dans une dynamique où il est associé à d'autres éléments avec lesquels il constitue un complexe. Ce point critique est le lieu dynamique d'une activité pulsionnelle et le résultat d'une modification autoplastique, mais il est aussi une activité exercée sur certains objets du monde. Dans le traitement psychanalytique, penser et saisir le symptôme impose de découvrir sa fonction en devinant l'activité autoplastique et la modification alloplastique qu'il accomplit dans le transfert.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Freud mentions the term of mixed neurosis in 1984. F. Villa goes back into this notion which has become obsolete and which is, in fact a lesson in clinical method. Freud, standing at crossroads, takes leave from the german school of anatomic-pathology (Meynert) and the french school of neuropathology by expanding the diagnostic capacity of the clinician. In doing so, he emphasizes the analytical method. To recognizie the illusion of this mixed neurosis makes possible deconstruction and reconstruction by gathering different psychic mechanisms. To deconstruct the setting of mixed neurosis brings in temporality in the bulding of a symptomatic whole and makes possible a genealogy of neurotic forms. The symptom is not anymore a fixed object, which would be inquestionable from the point of view of objective perception. It ceases to be a dinstinctive point in order to become a topographical component among a complex. This critical point is the dynamic scene of the instictual activity and the result of an autoplastic modification. It consists too in an action practise on some objects in the world. In analytical treatment, to think and to seize the symptom reveals its fonction by guessing the autoplastic activity and the alloplastic modification accomplished through transference.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Diagnostic, Mécanisme psychique, Névroses actuelles, Névrose mixte, Nosographie, Psychanalytique (mode de penser), Psychonévrose, Symptôme, Traitement psychique

Keywords : Diagnosis, Psychic mechanism, Actual neurosis, Mixed neurosis, Nosography, Neuropsychosis, Symptom, Psychic treatment


Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 72 - N° 3

P. 477-487 - juillet-septembre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Temps, structure et psychogenèse
  • Jean-Jacques Rassial, Michèle Benhaïm, Julie Ahmad, Benjamin Jacobi
| Article suivant Article suivant
  • De la maltraitance à la honte : vers une clinique psychopathologique du lien
  • Mohammed Ham, Delphine Scotto Di Vettimo

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.