Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement endovasculaire des anévrysmes rompus de l’aorte thoracique : Facteurs prédictifs d’accident vasculaire cérébral postopératoire

Doi : 10.1016/j.acvfr.2011.08.007 

Frederik H.W. Jonker 1, Hence J.M. Verhagen 2, Robin H. Heijmen 3, Peter H. Lin 4, Santi Trimarchi 5, W. Anthony Lee 6, Frans L. Moll 7, Husam Athamneh 4, Bart E. Muhs 1 

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 7
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Introduction

Le traitement endovasculaire des anévrysmes de l’aorte thoracique (TEVAR) constitue le traitement privilégié des anévrysmes rompus de l’aorte thoracique descendante (AATDr). Une complication majeure de cette procédure est l’accident vasculaire cérébral (AVC). Nous évaluions l’incidence et les facteurs de risque d’AVC après TEVAR pour AATDr.

Méthodes

Il s’agissait d’une évaluation rétrospective des résultats de tous les patients traités par TEVAR pour AATDr au sein de sept institutions de 2002 à 2009. Au total, 92 patients étaient identifiés, d’âge moyen 69,4 ± 11 ans et 67% étaient des hommes. Une analyse multivariée en régression logistique incluant les données démographiques, les comorbidités, les caractéristiques de l’anévrysme, et les détails de la procédure était réalisée pour rechercher les facteurs de risque d’AVC.

Résultats

La mortalité à 30 jours était de 17,4% (n = 16), et 7,6% (n = 7) des patients présentaient un AVC postopératoire. Quatre des sept (57,1%) patients ayant eu un AVC décédaient dans les 30 jours, en comparaison aux 12 (14,1%) patients sans AVC (OR, 8,11 ; p = 0,004). En analyse multivariée par régression logistique, l’âge élevé était associé à un plus grand risque d’AVC (OR, 1,38 ; IC 95%, 1,08-1,76 ; p = 0,010), alors que les procédures les plus récentes étaient associées à un moindre risque d’AVC (OR, 0,52 ; IC 95%, 0,28-0,97 ; p = 0,039). Après TEVAR, la survie liée à l’anévrysme était de 42,9% à 1 an chez les patients ayant eu un AVC, et de 77,6% chez ceux n’ayant pas eu d’AVC (p = 0,006).

Conclusions

Le traitement endovasculaire des AATDr est associé à un risque considérable d’AVC, qui constitue une cause importante de décès à 30 jours. En particulier, les patients les plus âgés sont à risque de développer un AVC après traitement endovasculaire pour AATDr. Dans cette étude, le risque d’AVC diminuait significativement avec l’expérience.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2011  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 25 - N° 1

P. 3-9 - janvier 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Histoire courte au sujet des Annales et Annonce
  • R. Berguer
| Article suivant Article suivant
  • Incidence et caractéristiques de la maladie veineuse thrombo-embolique au cours de la grossesse et de la période post-natale : Une série contemporaine
  • David J. O’Connor, Larry A. Scher, Nicholas J. Gargiulo, Jinsuk Jang, William D. Suggs, Evan C. Lipsitz

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité