Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement endovasculaire d’un anévrysme de l’aorte abdominale chez un patient présentant une sténose bilatérale de stents des artères iliaques communes

Doi : 10.1016/j.acvfr.2011.08.006 

Leo J. Daab 1  , Gilbert Aidinian 1, Michael A. Weber 2, Ronald J. Kembro 1, Patrick R. Cook 1

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 1
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Rationnelle

L’explosion des interventions endovasculaires pour la maladie vasculaire périphérique a eu comme conséquence des procédures employées par une multitude de spécialités. Les chirurgiens non vasculaires effectuant ces interventions peuvent créer des scénarios qui peuvent rendre difficiles de futures interventions vasculaires. Dans cet article, nous présentons un cas illustrant ce point.

Méthodes

Un homme de 68 ans avec une bronchopneumopathie chronique obstructive grave, une maladie coronarienne avec antécédent d’infarctus du myocarde, et des opérations abdominales multiples se présentait avec un anévrysme de l’aorte abdominale. À notre avis, ce patient était à un risque opératoire prohibitif pour une réparation ouverte. L’examen de l’imagerie montrait un anévrysme sous-rénal de 6,7 cm avec des stents bilatéraux des artères iliaques communes (CIA) (droite : 8 mm ; gauche : 6 mm) et des stents auto-expansibles de 6 mm s’étendant de l’artère iliaque externe droite à l’artère fémorale commune. Une prothèse Zenith Renu de Cook (30 × 108 mm) (Cook Medical Inc., Bloomington, IN, USA) était avancée après plusieurs dilatations et angioplastie par ballon du stent sténosé de la CIA droite. Un accès brachial gauche était employé pour l’artériographie. L’artère fémorale commune gauche était abordée et la CIA gauche était embolisée par spires pour empêcher un saignement d’amont. Un pontage femoro-fémoral croisé était alors fait après résection segmentaire du stent de l’artère fémorale commune droite.

Résultats

Le patient a bien toléré la procédure et est sortie à J3. L’angioscanner postopératoire à 1 mois montrait des pouls palpables sans évidence d’endofuite avec un flux dans la greffe femoro-fémorale à l’examen clinique.

Conclusions

Ce cas démontre une intervention endovasculaire qui a limité les options potentielles disponibles pour la réparation d’un anévrysme. Des problèmes semblables peuvent devenir de plus en plus communs alors que plus de fournisseurs de soins offrent des interventions endovasculaires, ce qui souligne l’importance d’une approche de collaboration chez le patient présentant une maladie occlusive aorto-iliaque complexe et un anévrysme de l’aorte abdominale. C’est le devoir du spécialiste en chirurgie vasculaire d’offrir son expertise et de diriger les soins chez ces patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2011  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 25 - N° 1

P. 144.e9-144.e12 - janvier 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Conservation de l’artère hypogastrique au cours de la cure des anévrismes aorto-iliaques
  • Kevin Casey, Weesam K. Al-Khatib, Wei Zhou
| Article suivant Article suivant
  • Prothèses vasculaires imprégnées de rifampicine et infections postopératoires
  • Olivier Goëau-Brissonnière, Isabelle Javerliat, Fabien Koskas, Marc Coggia, Jean-Claude Pechère

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité