Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières

Conduite à tenir devant une pneumonie aiguë communautaire

[24-111-A-10]
Jean-Louis Trouillet : Praticien hospitalier
Jean Chastre : Professeur des Universités, praticien hospitalier
Service de réanimation médicale, hôpital Bichat, 46, rue Henri-Huchard, 75018  Paris  France
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Urgences
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

L'infection pulmonaire est l'un des plus fréquents motifs de consultation d'urgence . Aux Etats-Unis, on estime le nombre de pneumonies communautaires entre 3 et 4 millions de cas par an, dont 20 % nécessitent une hospitalisation . Si la mortalité est comprise entre 1 et 5 % pour les malades traités en ville, elle s'élève notablement chez les malades hospitalisés, pouvant dépasser 50 % chez les patients nécessitant l'admission en réanimation . La conduite à tenir devant une suspicion de pneumopathie aiguë doit comprendre cinq étapes : le diagnostic positif, l'élimination des diagnostics différentiels, la recherche d'éléments de gravité, la tentative de détermination de l'agent pathogène, le traitement et son suivi. En clinique, l'approche d'une pneumopathie communautaire doit être pragmatique, plus centrée sur le patient que sur la recherche de l'agent étiologique, celle-ci n'apportant guère d'information utile dans la prise en charge toute initiale de cette infection. La décision essentielle concerne l'indication d'hospitaliser ou non le patient, en soulignant d'emblée l'importance de certains facteurs comme l'âge, une comorbidité ou un état d'immunodépression.

Plan



© 1997  Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité