Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Résultats d’une thérapie comportementale et cognitive de groupe spécifique de l’éreutophobie

Efficacy of a cognitive-behavioral group therapy in patients with fear of blushing

Doi : 10.1016/j.encep.2012.01.011 

C. Lobjoie a, A. Pélissolo a  b

Voir les affiliations
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 29 février 2012
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Résumé

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) ont largement démontré leur efficacité dans la prise en charge des phobies sociales, mais sans jamais prendre en considération la diminution de la peur de rougir comme critère d’efficacité. De récentes recherches mettent pourtant en évidence un profil clinique et psychométrique spécifique de l’éreutophobie au sein des phobies sociales, justifiant une prise en charge particulière. Pour cette raison, un programme de traitement spécifique, basé notamment sur une technique de concentration sur la tâche sociale, en complément des méthodes de TCC habituelles, a été développé et en partie validée par certaines études. Notre objectif était d’évaluer l’efficacité de ce programme thérapeutique au travers d’une étude portant sur 55 sujets éreutophobes ayant suivi une thérapie de groupe de ce type. Les patients ont été évalués à l’inclusion, puis à l’issue des 11 séances de thérapie, puis trois mois après la fin de ces séances. Les résultats montrent une amélioration significative de l’éreutophobie sur l’ensemble du groupe (p<0,001), avec une taille d’effet importante (1,7) ainsi qu’une rémission en fin de thérapie pour 57,6 % des patients. Le sexe féminin et un score bas d’éreutophobie sont apparus comme deux variables indépendantes prédictives d’une bonne réponse au traitement. Les autres mesures de l’anxiété sociale, de l’affirmation de soi ou encore de l’estime de soi reflètent également des améliorations significatives en fin de thérapie. Toutes les réévaluations effectuées trois mois plus tard montrent une stabilité de l’effet obtenu. Au total, cette étude suggère l’intérêt d’un programme psychothérapeutique spécifique de l’éreutophobie, associant des composantes de TCC à des techniques de contrôle attentionnel. Ces résultats devront être confirmés par des études contrôlées et comparatives.

Summary

Introduction

Cognitive behavioral therapy (CBT) has shown to be effective in the treatment of social anxiety disorders (SAD). However, fear of social blushing is almost never measured as a therapeutic outcome variable, even though some data suggest that this dimension constitutes a specific syndrome in social anxiety spectrum, justifying specific therapeutic strategies. For these reasons, we developed a group therapy program including a combination of task concentration training (TCT) and other CBT strategies targeting fear of blushing.

Aim

We aimed to investigate the efficacy of this program in an open trial conducted in 55 patients suffering from SAD (Diagnostic and statistical manual of mental disorders IV criteria) with fear of blushing.

Method

Throughout a program including eleven weekly sessions, systematic measurements of fear of blushing and other anxiety and personality dimensions were performed at inclusion, at the end of the therapy and 3 months later, in order to explore the therapeutic effects of the program on fear of blushing, social anxiety, and other dimensions (Liebowitz social anxiety scale, blushing propensity questionnaire, Rathus assertiveness scale, Rosenberg self-esteem scale, Hospital anxiety and depression scale, Sheehan disability scale). The statistical analyses compared the scores of all measurements at inclusion, at the end of the therapy, and 6 months later. We also calculated the effect size obtained after treatment, and performed a logistic regression to determine the factors associated with a remission of fear of blushing after therapy.

Results

The main outcome criterion – the Salpêtrière fear of blushing questionnaire (SFBQ) score – was significantly reduced after treatment (P<0.001) and remained stable at follow up. A satisfying effect size was obtained on this score after treatment (1.7), and 57.6% of subjects were considered in remission on the basis of a SFBQ score of 6 or less. Other measurements of blushing propensity, social anxiety, assertiveness, self-esteem, anxiety, depression and disability showed significant improvement after treatment and reductions remained stable at 3-month follow-up. To be a female and to have a low SFBQ score at inclusion appeared as two independent predictors of good improvement.

Discussion

Despite the preliminary nature of this study, our results suggest the efficacy of this specific group therapy program for erythrophobia. Further controlled and comparative trials are now required to confirm the program efficacy including a comparison between group and individual therapies.


Mots clés : Contrôle attentionnel, Éreutophobie, Peur de rougir, Phobie sociale, Thérapie comportementale et cognitive

Keywords : Attention training, Cognitive behavioural therapy, Erythrophobia, Fear of blushing, Social anxiety disorder, Social blushing, Task concentration training


Plan


© 2012  L’Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité