Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Fractures récentes de l'extrémité supérieure de l'humérus de l'adulte - 15/06/12

[14-038-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0521(12)50999-X 
L. Favard , J. Berhouet, G. Bacle
Service d'orthopédie 1, CHU Trousseau, 37044 Tours cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 16
Iconographies 30
Vidéos 0
Autres 6

Résumé

Les fractures de l'extrémité supérieure de l'humérus ont une fréquence en augmentation constante liée au vieillissement global de la population et à l'ostéoporose. Elles sont la conséquence de traumatismes mineurs (simple chute) chez les patients âgés et de traumatismes plus violents (circulation ou sport) chez les plus jeunes. Le diagnostic de la fracture pose, en général, peu de problèmes, mais il faut se méfier des lésions associées, notamment neurologiques, qui sont très fréquentes à un stade infraclinique. L'analyse de la fracture est faite au mieux par un bilan radiologique standard de bonne qualité complété par un scanner et des reconstructions 3D, chaque fois qu'une indication chirurgicale se discute. Classer ces fractures ne suffit pas à en faire une prise en charge correcte. Le déplacement et le caractère engrené du foyer sont également importants à prendre en compte. La plupart des fractures sont peu déplacées et relèvent d'un traitement essentiellement orthopédique. En revanche, la prise en charge des fractures déplacées de l'humérus proximal, notamment à trois et quatre fragments, ne fait pas l'objet d'un consensus thérapeutique permettant d'avoir une ligne de conduite fiable. Cette décision, multifactorielle, est basée sur la fracture elle-même, mais aussi sur l'état du patient et de son os ainsi que sur l'expérience du chirurgien. Si un traitement chirurgical est retenu, la restitution de l'anatomie et notamment de la position des tubérosités, est essentielle à l'obtention d'un bon résultat. Cela est vrai aussi bien pour les ostéosynthèses que pour les arthroplasties et tout défaut dans cette restitution est à l'origine de cal vicieux dont la prise en charge est particulièrement délicate.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Fracture de l'extrémité supérieure de l'humérus, Ostéonécrose


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Instabilités et luxations glénohumérales
  • François Sirveaux, Daniel Molé, Gilles Walch
| Article suivant Article suivant
  • Fractures de la diaphyse humérale chez l'adulte
  • H. Coudane, P. Bonneviale, J.-N. Bernard, F. Claudot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.