Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Tumeurs malignes de l'oreille

[20-247-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0351(12)46985-9 

C. Beauvillain de Montreuil a   : Professeur émérite à la faculté de médecine de Nantes, A. Jourdain b : Praticien hospitalier

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 17
Iconographies 20
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les tumeurs malignes de l'oreille rassemblent des tumeurs développées aux dépens d'un organe fonctionnel composé de structures histologiques distinctes, ce qui explique le caractère protéiforme que peuvent présenter ces tumeurs. Les carcinomes du pavillon de l'oreille et du méat auditif externe sont les plus fréquentes. La majorité de ces tumeurs sont des tumeurs dermatologiques, principalement des carcinomes basocellulaires, des carcinomes épidermoïdes, et plus rarement des mélanomes ou des carcinomes neuroendocrines de Merkel. Ces tumeurs posent, au pavillon, les mêmes problèmes diagnostiques et thérapeutiques que les autres tumeurs cutanées. Au méat auditif externe, la situation est plus complexe du fait de la présence dans la peau de nombreuses cellules cérumineuses et glandulaires pouvant développer des adénocarcinomes ou des carcinomes adénoïdes kystiques. Le diagnostic de ces tumeurs malignes est parfois difficile lorsqu'elles simulent une otite externe, au début banale, mais qui doit inquiéter du fait de sa résistance aux traitements. La biopsie sous anesthésie locale voire générale (du fait de la douleur) permet seule d'affirmer le diagnostic et le type histologique. Le traitement en est principalement chirurgical, avec une résection osseuse étendue en fonction de l'extension tumorale, appréciée au mieux avant l'intervention par l'imagerie qui doit comporter l'association d'une tomodensitométrie et d'une imagerie par résonance magnétique. Les tumeurs de l'oreille moyenne sont beaucoup plus rares, d'autant qu'il peut être difficile de distinguer une tumeur primitive de l'oreille moyenne ou une tumeur du méat auditif externe envahissant l'oreille moyenne. Les tumeurs malignes du méat auditif interne sont dominées par les schwannomes malins, tantôt primitifs, tantôt favorisés par une irradiation préalable. Les tumeurs du sac endolymphatique sont de diagnostic souvent tardif du fait de leur latence ; ils doivent faire rechercher de façon systématique un syndrome de von Hippel Lindau. Les tumeurs osseuses du rocher sont souvent des sarcomes et en particulier des chondrosarcomes. Il faut toutefois en présence d'une tumeur osseuse savoir évoquer une métastase osseuse d'un carcinome pulmonaire, digestif, du rein, du sein ou d'autres tumeurs ostéophiles. Chez l'enfant, l'histiocytose à cellules de Langerhans doit être évoquée devant une tumeur osseuse du rocher et faire pratiquer une biopsie osseuse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Méat auditif externe, Méat auditif interne, Pavillon auriculaire, Sac endolymphatique, Carcinomes, Syndrome de von Hippel Lindau, Histiocytose à cellules de Langerhans


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Article précédent Article précédent
  • Zona auriculaire
  • E. Sauvaget, P. Herman
| Article suivant Article suivant
  • Neurinome de l'acoustique
  • V. Darrouzet, V. Franco-Vidal, D. Liguoro

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité