Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le management des erreurs et fraudes scientifiques par les revues biomédicales : elles ne peuvent pas se substituer aux institutions

The management of errors and scientific fraud by biomedical journals: They cannot replace Institutions

Doi : 10.1016/j.lpm.2012.05.009 

Hervé Maisonneuve 1

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Key points

Research integrity is not negotiable, but we regularly observe research misconduct, and journals are victims or guilty. Journals do not have the objective to assess research integrity: that’s the Institutions’ roles.

Journals discover research misconduct when articles are reviewed (an editor or a reviewer detect signals), or after the article’s publication when a reader or a whistleblower call the journal.

The editors and reviewers’ research misconduct are less described and not publicized in the medias.

The peer-review system is criticised. If authors were fair-play, and reviews well done, the journals should not publish articles containing false data. The opponents to the peer-review system propose no alternatives to replace it.

The anonymous peer reviews are questioned: it has never been proved that quality of anonymous reading was better than quality of open reading.

The Open Access facilitated the creation of many journals. Some journals are excellent and got an impact factor; most journals have a poor quality and don’t follow the publications ethics standards.

When errors and fraud are identified, journals can publish 3 statements: erratum for errors, expression of concern for errors or fraud when evidence is not established, and retraction when evidence is obvious.

Points essentiels

L’intégrité en recherche n’est pas négociable, mais nous observons régulièrement des mauvaises pratiques dont les revues sont victimes ou coupables. Les revues n’ont pas l’objectif d’assurer l’intégrité de la science : c’est le rôle des institutions.

Les revues découvrent des mauvaises pratiques soit lors de l’évaluation des articles quand un rédacteur ou un relecteur sont alertés par quelques signaux, soit après la publication quand un lecteur, un lanceur d’alerte informent la revue.

Les pratiques déviantes de certains rédacteurs, de relecteurs sont peu connues et peu médiatisées.

Le système d’évaluation par les pairs, ou peer review, est contesté. Si les auteurs étaient loyaux et les évaluations étaient bien faites, les revues ne devraient pas publier des articles avec des données falsifiées. Les détracteurs du système d’évaluation par les pairs n’ont pas de propositions convaincantes pour un autre système.

L’anonymat des relectures est mis en question : il n’a jamais été prouvé que l’anonymat était supérieur à des relectures non anonymes.

L’open access a donné lieu à la création de nombreuses revues. Certaines sont excellentes avec des facteurs d’impact et d’autres n’ont aucun respect de l’éthique des publications.

Confrontée à des erreurs ou fraudes, une revue peut publier 3 décisions : corrections pour les erreurs, expression de réserves pour les erreurs et fraudes quand la preuve n’est pas établie, rétractation quand existent des preuves.

Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 41 - N° 9P1

P. 853-860 - septembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rétractations pour erreur et pour fraude
  • Evelyne Decullier, Géraldine Samson, Laure Huot
| Article suivant Article suivant
  • The Committee on Publication Ethics (COPE): Objectives and achievements 1997–2012
  • Elizabeth Wager

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité