Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Comparaison de l’estime de soi de femmes alcoolo-dépendantes et de femmes devenues abstinentes, par rapport à un groupe témoin - 07/09/12

A comparison of self-esteem in alcohol-dependent women and women who have become abstinent, against a control group

Doi : 10.1016/j.lpm.2012.01.037 
Angélique Guillon 1, Charlyne Chauveau-Clerc 2, Robert Courtois 3, , 4 , Yannick Bacq 5, Damien Maugé 1, Nicolas Ballon 4, 6, 7, Philippe Gaillard 4, 7
1 CHRU de Tours, centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie, CSAPA 37, 37041 Tours cedex, France 
2 ANPAA 36, centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie, CSAPA 36, 36000 Châteauroux, France 
3 Université François-Rabelais, département de psychologie, EA 2114, 37041 Tours cedex, France 
4 CHRU de Tours, clinique psychiatrique universitaire, 37041 Tours cedex, France 
5 CHRU de Tours, hôpital Trousseau, service d’hépato-gastroentérologie, 37041 Tours cedex, France 
6 CHRU de Tours, équipe de liaison et de soins en addictologie, 37041 Tours cedex, France 
7 Université François-Rabelais de Tours, Inserm U 930, CNRS ERL 3106, 37041 Tours cedex France 

Robert Courtois, université François-Rabelais, département de psychologie, EA 2114, 3, rue des Tanneurs, BP 4103, 37041 Tours cedex 1, France.

Summary

Introduction

Women’s addiction to alcohol remains a taboo subject, whereas one third of alcohol-dependent people are female. Social representations concerning them are very unfavorable. Their alcoholism is usually accompanied by strong feelings of guilt, depreciation and lowered self-esteem. There is little existing work about self-esteem in women who have become abstinent. This study’s goal is to compare the self-esteem of women who are alcohol-dependent and the self-esteem of women who have become abstinent in various domains (social, familial, professional).

Methods

The sample contained 71 women divided into three groups: 31 alcohol-dependent women (average age of 44.9); 20 alcohol-dependent women who had become abstinent for at least two months (average age of 44.7) and 20 women who formed the control group (average age of 44.4). The material was put together from the Self-Esteem Inventory (SEI, adult version of Coopersmith 1981). It includes 58 items divided into four sub-categories (general self-esteem, social, familial and professional) and a scale for falsehoods. The SEI was self-administered. The statistics were produced entirely with non-parametric tests: Mann-Whitley U Test for the comparison of two independent samples and Kruskal-Wallis Anova for the comparison of three independent samples.

Results

A significant difference was found for general self-esteem (P=0.001), familial (P=0.01) and professional (P=0.03) between the three groups of women (alcohol-dependent, alcohol-dependent who had become abstinent and women from the control group). There was no statistical difference for social self-esteem or the lying scale. There was a difference between alcohol-dependent women and the control group in general self-esteem (P=0.0001), familial self-esteem (P=0.01) and professional self-esteem (P=0.002), as well as between women who had become abstinent and women from the control group in general self-esteem (P=0.02), familial self-esteem (P=0.005) and professional self-esteem (P=0.07; ns). No difference was found between alcohol-dependent women and women who had become abstinent.

Conclusion

This study has shown evidence that general, familial and professional self-esteem drops in alcohol-dependent women and in women who had become abstinent compared to a general population. There was no proof of any difference of self-esteem in women who had become abstinent and alcohol-dependent women, although abstinent women seemed to have better general and professional self-esteem while their familial self-esteem seemed to be lower. This study begs the question about self-esteem in women who have become abstinent suggests that self-esteem should be integrated into their treatment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

L’alcoolisme des femmes s’accompagne généralement d’une forte culpabilité, d’un sentiment de dépréciation et d’une baisse d’estime de soi. Une estime de soi basse peut aussi favoriser le recours ou le maintien de l’usage d’alcool. Il existe peu de travaux sur l’estime de soi des femmes devenues abstinentes. Ce travail avait pour objectif de comparer l’estime de soi de femmes alcoolo-dépendantes et de femmes devenues abstinentes dans divers domaines (social, familial et professionnel).

Méthodes

L’étude a interrogé des femmes alcoolo-dépendantes et d’autres devenues abstinentes issues de deux centres d’alcoologie (CSAPA 37 et CSSRA 37) et des femmes « témoins ». Le matériel était constitué de l’Inventaire de l’Estime de Soi (forme adulte SEI de Coopersmith de 1981). Il comprend 58 items répartis en quatre sous-échelles (estime de soi générale, sociale, familiale et professionnelle) et une échelle de mensonge. La passation de l’inventaire d’estime de soi s’est déroulée en auto-passation.

Résultats

Soixante et onze femmes ont été réparties en trois groupes : 31 femmes alcoolo-dépendantes (âge moyen de 44,9ans) ; 20 femmes alcoolo-dépendantes devenues abstinentes pendant au moins deux mois (âge moyen de 44,7ans) et 20 femmes constituant un groupe témoin (âge moyen était de 44,4ans). Il existait des différences significatives pour l’estime de soi générale (p=0,001), familiale (p=0,01) et professionnelle (p=0,03) entre les trois groupes de femmes. Il n’existait pas de différence statistiquement significative pour l’estime de soi sociale, ni pour l’échelle de mensonge. La comparaison des seules femmes alcoolo-dépendantes et des femmes devenues abstinentes ne mettaient en évidence aucune différence. Il existait des différences entre les femmes alcoolo-dépendantes et les femmes du groupe témoin pour l’estime de soi générale (p=0,0001), l’estime de soi familiale (p=0,01) et professionnelle (p=0,002), ainsi qu’entre les femmes devenues abstinentes et les femmes du groupe témoin pour l’estime de soi générale (p=0,02), familiale (p=0,005) et professionnelle (p=0,07 ; ns). Dans les deux cas, il n’existait pas de différence significative concernant l’estime de soi sociale.

Discussion

Ce travail permet de s’interroger sur l’estime de soi des femmes devenues abstinentes, les conséquences de l’abstinence pour elles et leur environnement et la nécessité d’intégrer l’estime de soi dans leur prise en charge.

Ce qui était connu

La baisse de l’estime de soi des femmes alcoolo-dépendantes par rapport aux hommes alcoolo-dépendants et par rapport à un groupe témoin, sans information sur l’estime de soi des femmes devenues abstinentes.

Ce qu’apporte l’article

La baisse de l’estime de soi générale, familiale et professionnelle des femmes devenues abstinentes et alcoolo-dépendantes par rapport au groupe témoins.
Une tendance (non significative) à une amélioration de l’estime de soi générale et sociale, associée à une tendance à la baisse de l’estime de soi familiale chez les femmes devenues abstinentes par rapport aux femmes alcoolo-dépendantes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2012  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 9P1

P. e420-e425 - septembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Repérer, orienter, conseiller les adolescents consommateurs de substances psycho-actives (ROC-ADO). Étude prospective randomisée contrôlée auprès de 2120 adolescents
  • Dorothée Lécallier, Fatima Hadj-Slimane, Michel Landry, Patricia Bristol-Gauzy, Christine Cordoliani, Marie Grélois, Catherine Delva, Philippe Michaud
| Article suivant Article suivant
  • Gender-related analysis of the clinical presentation, treatment response and outcome in patients with immune thrombocytopenia
  • Emmanuel Andrès, Mustapha Mecili, Helen Fothergill, Jacques Zimmer, Thomas Vogel, Frédéric Maloisel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.