Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prévention et traitement de la cysticercose - 08/10/12

Doi : 10.1016/j.antinf.2012.06.002 
M. Boussard a, L. Millon a, , F. Grenouillet a, R. Jambou b
a UMR CNRS 6249 chrono-environnement, laboratoire de parasitologie-mycologie, université de Franche-Comté, CHU Jean-Minjoz, boulevard Fleming, 25030 Besançon, France 
b Unité d’immunologie institut Pasteur de Madagascar, Antananarivo, Madagascar 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 8
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La cysticercose est due à la forme larvaire d’un plathelminthe parasite de l’homme de la famille des Taeniidae : Taenia solium et fait suite à l’ingestion d’œufs de T. solium. Les larves appelées cysticerques se logent dans les tissus et notamment dans le système nerveux central. La neurocysticercose est la plus fréquente des neuroparasitoses de part le monde et se manifeste cliniquement par des crises d’épilepsie et des céphalées. D’autres tableaux plus sévères, avec hypertension intracrânienne, accident vasculaire cérébral, peuvent mettre en jeu le pronostic vital. Le diagnostic est basé sur des arguments radiologiques, sérologiques, cliniques et épidémiologiques. La prise en charge thérapeutique est multimodale et doit être individualisée. Le traitement symptomatique comprend des antalgiques et/ou des antiépileptiques. Le traitement étiologique par un antihelminthique n’est pas systématique. La réaction inflammatoire consécutive à ce traitement peut exacerber la symptomatologie cérébrale. Un traitement corticoïde doit donc être associé. La chirurgie est envisagée dans des situations particulières. La prophylaxie repose sur des règles d’hygiène pour éliminer le péril fécal, notamment lors des contaminations des produits maraichers. La lutte contre l’endémie nécessite une stratégie globale incluant (i) le dépistage et le traitement de masse des individus porteurs de la forme adulte du ver, qui sont à l’origine de la transmission de la cysticercose, (ii) le contrôle de la divagation des cochons pour éviter leur contamination, associé à la détection des animaux contaminés et à leur traitement, (iii) et la surveillance de la viande porcine dans les abattoirs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Cysticercosis is due to the development of larval stage from Taenia solium into the tissues. The human is an accidental and “dead-end” intermediate host. Cystercus larvae migrate preferentially to the brain and muscles. Neurocysticercosis is the most frequent and widespread human neuroparasitosis. Epileptic seizure and headache are the main clinical signs of neurocysticercosis. Life-threatening presentations with intracranial hypertension or cerebrovascular accident can be observed. Diagnosis is based on radiological, serological, clinical and epidemiological data. Personalized therapeutic management is recommended. Symptomatic treatment includes analgesic and anti-epileptic drugs. Causal treatment with antihelminthics is not systematic, because the subsequent inflammatory response could be harmful for the patient, and requires association with corticoids. Surgery could be proposed in some particular cases. Prophylaxis includes mass screening and treatment of adult-worm carrier individuals, which could be the origin of the disease transmission, and control of the porcine cysticercosis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Neurocysticercose, Taenia solium, Diagnostic, Traitement, Prophylaxie

Keywords : Neurocysticercosis, Taenia solium, Diagnosis, Therapeutic, Prophylaxis


Plan


© 2012  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 14 - N° 3

P. 143-150 - octobre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Résistance aux insecticides du pou de tête : aspects cliniques, parasitologiques et génétiques
  • R. Durand, S. Bouvresse, Z. Berdjane, A. Izri, O. Chosidow, J.M. Clark
| Article suivant Article suivant
  • Infections associées aux chambres à cathéter implantables, épidémiologie et prévention : revue de la littérature
  • A. Bertaut, P. Cassier, A.-M. Rogues

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.