Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Endophénotypes émotionnels et troubles bipolaires

Emotional endophenotypes and bipolar disorder

Doi : 10.1016/S0013-7006(12)70084-2 

M. Dubois  , J.-M. Azorin, E. Fakra, M. Adida, R. Belzeaux

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’émotion peut être décrite comme un état affectif multidimensionnel, qui s’accompagne de diverses manifestations physiologiques, cognitives, expressives et subjectives.

La perturbation des processus émotionnels et affectifs fait, par définition, partie du tableau clinique du trouble de l’humeur bipolaire. Peu de travaux sont orientés vers une compréhension du fonctionnement du sujet en phase d’euthymie, en se limitant à cette dimension affective particulière.

L’objectif principal de notre étude est d’explorer le fonctionnement émotionnel chez les patients bipolaires en dehors de tout épisode maniaque ou dépressif, afin d’évaluer s’il s’agit d’un marqueur-trait. Nous avons recruté un groupe de 20 patients bipolaires normothymiques et un groupe de 15 témoins sains, auxquels nous avons fait passer une échelle validée d’évaluation subjective des émotions et mesuré la fréquence cardiaque et la réponse électrodermale pendant une procédure d’induction émotionnelle par séquences filmées. Les résultats montrent un ressenti émotionnel subjectif plus intense chez les patients pendant les films neutres, tandis que la valence attribuée aux films ne diffère pas entre les groupes. La fréquence cardiaque au repos et pendant induction est plus rapide chez les patients par rapport aux témoins. En outre, on ne retrouve pas de différence significative de réponse électrodermale. L’hypersensibilité pourrait être liée à une dysrégulation émotionnelle, possible endophénotype de la pathologie bipolaire, et nécessitant l’extension de l’expérimentation aux apparentés du 1er degré.

Summary

Background. – Emotion can be described as a multidimensional affective state, accompanied with physiological, cognitive and subjective manifestations.

Most bipolar patients spontaneously claim they have a higher sensitivity than average, which may lead to extreme emotional reactions, even during intercrisis periods. Few studies have focused on this particular affective dimension. Moreover, the emotional reactivity is a way to raise the question of bipolar patients’ vulnerability to stress during euthymic periods. The aim of this study is to examine the emotional reactivity of euthymic bipolar patients in comparison with a control group, using a test of emotional induction with short films, in order to determine whether this particular affective dimension can be a potential endophenotype. Our hypothesis is that euthymic bipolar patients have a higher emotional reactivity than controls.

Method. 20 euthymic bipolar patients and 15 healthy control subjects were recruited. The emotional reactivity was assessed using a method of emotional induction, based on viewing a set of positive, negative and neutral short films. The subjects have to appreciate the valence (pleasant, unpleasant or neutral) and the arousal (degree of emotion triggered by each film), while physiological parameters (heart rate and galvanic skin response) were measured.

Results. – On average, euthymic bipolar patients report the same valence for each set of films and the same arousal to positive and negative movies as control subjects. Neutral pictures, however, were considered more moving by euthymic bipolar patients than by control subjects. Bipolar patient showed a higher heart rate than the control group, and no statistically difference was shown considering the galvanic skin response.

Conclusion. – Euthymic bipolar patients seem to present an emotional hypereactivity which occurs especially during neutral situations.These results partly corroborate other authors outcomes, using a new and more ecologic methodology through an emotional induction by short films. While results of subjective evaluation are significant, results of physiological evaluation are controversial and need further exploration. This emotional hypereactivity during intercrisis periods allow us to understand the basal emotional functioning of bipolar patients, and could be linked with an emotional dysregulation, potential endophenotype of the bipolar disorder. It could have several clinical and research applications, particularly in the study of the emotional functioning of bipolar patients’ first degree relatives.


Mots clés : Émotion, Trouble bipolaire, Endophénotype, Évaluation subjective et électrophysiologique

Keywords : Emotion, Bipolar disorder, Endophenotype, Subjective and physiological evaluation



© 2012  L’Encéphale. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 38 - N° S3

P. S85-S92 - décembre 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Schizophrénie et/ou trouble bipolaire : les endophénotypes neurocognitifs
  • A. Kaladjian, J.-M. Azorin, P. Pomietto, N. Corréard, R. Belzeaux, M. Adida
| Article suivant Article suivant
  • Les endophénotypes émotionnels dans les troubles bipolaires et la schizophrénie
  • E. Fakra, M. Dubois, M. Adida, N. Corréard, A. Kaladjian, P. Mazzola, R. Belzeaux, M. Cermolacce, J.-M. Azorin

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité