Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Troubles bipolaires et troubles anxieux comorbides : impact pronostique et enjeux therapeutiques

Bipolar disorders and comorbid anxiety: Prognostic impact and therapeutic challenges

Doi : 10.1016/j.encep.2012.04.005 

F. Cazard, F. Ferreri 

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les troubles anxieux sont l’une des principales comorbidités rencontrées chez les patients souffrant de maladie bipolaire. De nombreuses études cliniques et épidémiologiques montrent une prévalence accrue des pathologies anxieuses (trouble anxieux généralisé, phobie sociale, trouble obsessionnel-compulsif, trouble panique et état de stress post-traumatique) chez les sujets bipolaires au regard des fréquences en population générale. Dans l’étude américaine de la National Comorbidity Survey (NCS), la comorbidité vie entière avoisine les 90 %. Deux études cliniques françaises récentes montrent l’existence d’au moins un trouble anxieux chez environ 25 % des sujets bipolaires (24 % et 27,2 %). La comorbidité anxieuse doit donc être recherchée attentivement. Les troubles anxieux ne sont pas sans conséquence sur le cours évolutif du trouble de l’humeur, avec notamment une réduction significative du temps d’euthymie, une moindre sensibilité aux thérapeutiques médicamenteuses classiques ou une majoration conséquente du risque suicidaire. Au plan chimiothérapique, les essais menés sont encore peu nombreux. La prise en charge de la comorbidité anxieuse se heurte à deux écueils : le risque de virage maniaque sous antidépresseurs et celui de l’installation d’une pharmacodépendance aux anxiolytiques de type benzodiazépines. Néanmoins, les données disponibles à ce jour pointent l’intérêt des antipsychotiques atypiques et de la lamotrigine en traitements adjuvants. L’accent est également mis sur les approches non médicamenteuses, dont les thérapies cognitivo-comportementales et de psychoéducation pour les plus évaluées d’entre elles.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Anxiety disorders are among the main psychiatric conditions co-occuring with bipolar disorders. Many clinical and epidemiological studies have found much higher prevalence rates of generalized anxiety disorder, social phobia, obsessive-compulsive disorder, panic disorder and post-traumatic stress disorder in bipolar patients than in the general population, regardless of age. In the National Comorbidity Survey for instance, the diagnosis of at least one anxiety disorder was made for nearly 90% of bipolar subjects. Several issues arise from this high comorbidity, such as the way anxiety disorders alter the course and prognosis of the mood disorder, and challenge typical therapeutic strategies. This article reviews data on clinical and therapeutical significance of such comorbidity.

Literature findings

Many studies point out the poorer outcome for bipolar patients with co-occurring anxiety symptoms: apart from the alarming increase of suicidal ideas and suicide attempts, authors have found a shorter duration of euthymia, more comorbid addictions, mixed states and rapid cycling, and lower response to treatments. This is the reason why monitoring the suicidal risk in those bipolar patients with co-occurring anxiety disorders is of critical importance. From a physiopathological standpoint, the precise links between both pathologies remains unclear. The frequency of this comorbidity and its significance on long term prognosis stands in sharp contrast with the very few therapeutic studies conducted in this indication so far. Pharmacological approaches are strongly limited by the risk of mood switching under antidepressants and drug dependence on anxiolytics such as benzodiazepines. Nevertheless, there is emerging evidence of the interest of atypical antipsychotics such as olanzapine and mood stabilisers such as lamotrigine to control anxiety symptoms in bipolar patients. There is weaker evidence for other molecules. Taking into account other therapeutic approaches than the pharmacological approach appears accurate. Psychosocial interventions such as cognitive-behavioral therapies or psychoeducation appear essential to improve in a correct way the global functioning and quality of life of these patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Troubles bipolaires, Troubles anxieux, Comorbidité, Risque suicidaire, Stratégies thérapeutiques

Keywords : Bipolar disorders, Anxiety disorders, Management, Comorbidity, Suicidal risk


Plan


© 2012  L’Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 39 - N° 1

P. 66-74 - février 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Corticothérapie prolongée et troubles anxieux et dépressifs. Étude longitudinale sur 12 mois
  • M. Barrimi, R. Aalouane, C. Aarab, H. Hafidi, H. Baybay, M. Soughi, N. Tachfouti, C. Nejjari, F.Z. Mernissi, I. Rammouz
| Article suivant Article suivant
  • L’évaluation du risque de récidive : une inéluctable évolution des pratiques
  • A. Baratta

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité