Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Peau, soleil et vitamine D : réalités et controverses

Skin, sun exposure and vitamin D: Facts and controversies

Doi : 10.1016/j.annder.2012.12.003 

M.-T. Leccia

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La vitamine D a un rôle bien démontré dans le métabolisme phosphocalcique et osseux. Par ses actions sur la prolifération et la différenciation cellulaires, et sur l’immunité, elle exerce probablement d’autres effets, mal connus à ce jour, en physiologie et en pathologie humaines. Plusieurs études épidémiologiques ont montré un rôle protecteur des expositions solaires sur la survenue de pathologies cancéreuses et dysimmunitaires et sur la mortalité qui y est liée. Par ailleurs, au cours des dix dernières années, des études ont trouvé des taux sériques de vitamine D jugés « insuffisants » dans de nombreuses populations et, sans argument scientifique rigoureux, une corrélation a été établie par certains entre taux sériques « insuffisants », expositions solaires et risque de cancers. L’analyse de la littérature montre en fait qu’il n’existe pas de définition précise et consensuelle des fourchettes de normalité et que la notion d’insuffisance a été créée artificiellement en utilisant des techniques de dosage qui manquent de sensibilité et de reproductibilité. La photosynthèse de vitamine D peut être considérée comme correcte pour la majorité des populations. Il convient en revanche d’être attentif chez les personnes âgées ou s’exposant très peu au soleil. Les études actuelles montrent que les moyens de photoprotection tels qu’ils sont utilisés « dans la vraie vie » ne gênent pas cette photosynthèse. En cas de déficit avéré en vitamine D, une supplémentation orale doit être donnée et en aucun cas des expositions aux ultraviolets naturels ou artificiels ne doivent être préconisées. Les ultraviolets sont en effet des carcinogènes certains, responsables de la survenue de la majorité des cancers cutanés, et la population doit être alertée sur les messages mensongers délivrés par l’industrie du bronzage. Il convient également d’être prudent quant aux effets délétères possibles de supplémentations inappropriées en vitamine D.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Vitamin D plays a clearly defined role in phosphorus, calcium and bone metabolism. In addition to its effects on cellular proliferation and differentiation, and on immunity, it appears to exert other action, poorly understood to date, on human physiology and disease. A number of epidemiological studies have demonstrated a protective role of sun exposure with regard to the incidence of certain immune diseases and cancer, and upon the related mortality rates. Furthermore, over the last 10 years, studies have purported to find levels judged “inadequate” in numerous populations, and, in the absence of any strict scientific arguments, a correlation was established by certain authors between supposedly “inadequate” levels, sun exposure and risk of cancer. However, analysis of the literature shows that there is in fact no precise and consensual definition of normal ranges and that the notion of inadequacy was created artificially using assay techniques lacking in sensitivity and reproducibility. Photosynthesis of vitamin D can in fact be considered perfectly adequate in the majority of populations. However, greater care is needed with elderly subjects and with subjects exposed very little to sunlight. Current studies show that the means of photoprotection used in everyday life do not adversely affect such photosynthesis. In the event of documented vitamin D deficiency, oral supplements should be given, and exposure to natural or artificial UV radiation should not be prescribed. Ultraviolet radiation has been shown to be carcinogenic and responsible for the onset of most skin cancers, and the population must be warned against misleading advertising from the tanning industry. Care should also be taken with regard to the potential harmful effects of inappropriate vitamin D supplementation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vitamine D, Métabolisme phosphocalcique, Photosynthèse, Exposition solaire, Photoprotection, Cancers cutanés, Techniques de dosage, Fourchettes de dosage

Keywords : Vitamin D, Phosphorus and calcium metabolism, Photosynthesis, Sun exposure, Photoprotection, Skin cancer, Assay techniques, Dose ranges


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 140 - N° 3

P. 176-182 - mars 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Réparation de pertes de substance temporales et frontotemporales par un lambeau de transposition de type rhomboïdal : 11 observations
  • D. Lebas, T. Wiart, C. Gros, P. Modiano
| Article suivant Article suivant
  • Anomalies pigmentaires induites par les traitements anticancéreux. Première partie : les chimiothérapies
  • V. Sibaud, J.-C. Fricain, R. Baran, C. Robert

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité