Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

THE SMALL, DENSE LDL PHENOTYPE AND THE RISK OF CORONARY HEART DISEASE: EPIDEMIOLOGY, PATHO-PHYSIOLOGY AND THERAPEUTIC ASPECTS

Doi : DM-08-1999-25-3-1262-3636-101019-ART69 

B. Lamarche [2],

I. Lemieux [2],

J.P. Després [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

More than decade ago, several cross-sectional studies have reported differences in LDL particle size, density and composition between coronary heart disease (CHD) patients and healthy controls. Three recent prospective, nested case-control studies have since confirmed that the presence of small, dense LDL particles was associated with more than a three-fold increase in the risk of CHD. The small, dense LDL phenotype rarely occurs as an isolated disorder. It is most frequently accompanied by hypertriglyceridemia, reduced HDL cholesterol levels, abdominal obesity, insulin resistance and by a series of other metabolic alterations predictive of an impaired endothelial function and increased susceptibility to thrombosis. Whether or not the small, dense LDL phenotype should be considered an independent CHD risk factor remains to be clearly established.

The cluster of metabolic abnormalities associated with small, dense LDL particles has been referred to as the insulin resistance-dyslipidemic phenotype of abdominal obesity. Results from the Québec Cardiovascular Study have indicated that individuals displaying three of the numerous features of insulin resistance (elevated plasma insulin and apolipoprotein B concentrations and small, dense LDL particles) showed a remarkable increase in CHD risk. Our data suggest that the increased risk of CHD associated with having small, dense LDL particles may be modulated to a significant extent by the presence/absence of insulin resistance, abdominal obesity and increased LDL particle concentration. We suggest that the complex interactions among the metabolic alterations of the insulin resistance syndrome should be considered when evaluating the risk of CHD associated with the small, dense LDL phenotype. From a therapeutic standpoint, the treatment of this condition should not only aim at reducing plasma triglyceride levels, but also at improving all features of the insulin resistance syndrome, for which body weight loss and mobilization of abdominal fat appear as key elements. Finally, interventions leading to reduction in fasting triglyceride levels will increase LDL particle size and contribute to reduce CHD risk, particularly if plasma apolipoprotein B concentration (as a surrogate of the number of atherogenic particles) is also reduced.

Abstract

Phénotype LDL petites et denses et risque coronarien: épidémiologie, pathophysiologie et aspects thérapeutiques.

Depuis plus de dix ans, plusieurs études transversales ont rapporté des différences de taille, de densité et de composition des particules LDL entre les sujets atteints de maladie coronarienne (MC) et les témoins sains. Trois études prospectives récentes, ont confirmé que la présence de telles particules était associée à un risque de MC multiplié par trois ou plus. Le phénotype LDL petites et denses n'est que très rarement retrouvé isolé puisqu'il est accompagné le plus souvent d'hypertriglycéridémie, d'HDL cholestérol abaissé, d'obésité abdominale, d'insulino- résistance et d'anomalies métaboliques prédisant une altération de la fonction endothéliale et une susceptibilité accrue à la thrombose. Il reste à démontrer que ce phénotype LDL petites et denses soit un facteur de risque de MC indépendant. Le regroupement des anomalies métaboliques associées à ce phénotype LDL a été considéré comme le profil lipoprotéique caractéristique du syndrome d'insulino-résistance et de l'obésité abdominale. Les résultats de l'Etude Cardiovasculaire de Québec ont indiqué que les sujets porteurs des trois signes d'insulino-résistance suivants: insulinémie élevée, apo B élevée et LDL petites et denses, présentent un risque de MC remarquablement élevé. Nos données indiquent que le risque coronarien accru associé aux particules LDL petites et denses paraît modulé par la présence ou l'absence d'insulino-résistance d'obésité abdominale et de concentrations élevées de LDL. Il est ainsi suggéré que soient prises en considération les interactions complexes entre les composantes du syndrome d'insulino-résistance dans l'évaluation du risque coronarien lié au phénotype LDL petites et denses. Sur un plan thérapeutique il convient, en plus de réduire le taux des triglycérides plasmatiques, de corriger l'ensemble du syndrome d'insulino-résistance dont l'amaigrissement et la mobilisation de la graisse abdominale sont des éléments clés. Ainsi les mesures thérapeutiques visant à réduire les niveaux de triglycérides à jeun peuvent accroître la taille des LDL et contribuer à réduire le risque coronaire surtout si le taux d'apo B est aussi réduit conjointement.


Mots clés : Risque coronarien. , insulino-résistance. , LDL. , LDL petites et denses. , triglycérides. , fibrates. , statines.

Keywords: Coronary heart disease. , insulin resistance. , LDL. , small and dense LDL. , triglycerides.


Plan



© 1999 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 25 - N° 3

P. 199 - août 1999 Retour au numéro
Article suivant Article suivant
  • VASOPRESSIN AND URINARY CONCENTRATING ACTIVITY IN DIABETES MELLITUS

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité