Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

DIABETES, INSULIN RESISTANCE AND DYSLIPIDAEMIA IN LIPODYSTROPHIC HIV-INFECTED PATIENTSON HIGHLY ACTIVE ANTIRETROVIRAL THERAPY (HAART)

Doi : DM-08-1999-25-3-1262-3636-101019-ART71 

C. Vigouroux [1],

S. Gharakhanian [2],

Y. Salhi [2],

T.-H. Nguyen [2],

D. Chevenne [3],

J. Capeau [1],

W. Rozenbaum [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

This study assessed glucose tolerance, insulin sensitivity and lipid parameters inHIV-infected patients presenting with lipodystrophy during HAART including proteaseinhibitors. Fourteen consecutive patients from Rothschild Hospital treated with HAART andpresenting with marked facial lipoatrophy were evaluated. A 75 g oral glucosetolerance test (OGTT) with measurement of plasma glucose, insulin, proinsulin and freefatty acids at T0, 30, 60, 90 and 120 min was performed. Lipid parameters(triglycerides, cholesterol, apolipoproteins A1 and B) were studied as well as nutritionaland inflammatory markers (albumin, prealbumin, transferrin, haptoglobin, orosomucoid,C-reactive protein), endocrine and cytokine parameters (thyrotropin, cortisol, leptin,interleukin-6), HIV viral load and CD4-lymphocyte count. These patients were compared with20 non-lipodystrophic protease inhibitor-treated patients. The measurements performedduring OGTT showed that among the 14 lipodystrophic patients, 11 (79 %)presented with diabetes (5 patients) or normal glucose tolerance but with insulinresistance (6 patients). This frequency was strikingly different in the group ofnon-lipodystrophic patients, which included only 4 (20 %) presenting with diabetes(1 patient), or impaired glucose tolerance (2 patients), or normal glucosetolerance but with insulin resistance (1 patient). Hypertriglyceridaemia was presentin 11 lipodystrophic (79 %) versus 7 non-lipodystrophicpatients (35 %). Nutritional and endocrine measurements were normal. An abnormalprocessing of proinsulin to insulin was excluded. Thus, lipodystrophy during HAART wasassociated with diabetes, insulin resistance and hypertriglyceridaemia. Diabetes,diagnosed by basal and/or 120 min-OGTT glycaemia, seems more frequent than previouslydescribed. The therapeutic consequences of these results deserve evaluation in clinicaltrials.

Abstract

Diabète, insulino-résistance et dyslipidémie chez des patientsVIH + présentant un syndrome lipodystrophique sous traitement antirétroviralintensif comportant des antiprotéases.

Cette étude se proposait d'évaluer la tolérance au glucose, la sensibilité àl'insuline et les paramètres lipidiques chez 14 patients VIH + présentantun syndrome lipodystrophique sous traitement antirétroviral intensif comportant desantiprotéases. Ces patients, suivis à l'hôpital Rothschild, et présentant unelipoatrophie marquée au niveau du visage, ont été étudiés sur le plan clinique etmétabolique. Nous avons réalisé une hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO)avec des dosages répétés sur deux heures de glycémie, insulinémie, pro-insulinémieet acides gras libres. Nous avons également mesuré des paramètres lipidiques(triglycérides, cholestérol, apolipoprotéines A1 et B), nutritionnels et inflammatoires(albumine, préalbumine, transferrine, haptoglobine, orosomucoïde, protéine Créactive), certaines hormones et cytokines (TSH, cortisol, leptine, interleukine 6),ainsi que la charge virale et le taux des lymphocytes CD4. Un groupe contrôle de20 patients sous traitement antirétroviral intensif comportant des antiprotéasesmais non lipodystrophiques a été évalué en parallèle.

Chez les 14 patients lipodystrophiques, les résultats de l'HGPO ont montré que11 d'entre eux (79 %) présentaient soit un diabète (5 patients), soit unetolérance au glucose normale mais une résistance à l'insuline (6 patients). Cettefréquence était significativement différente de celle obtenue chez les 20 patientsnon lipodystrophiques: seulement 4 (20 %) présentaient soit un diabète(1 patient), soit une altération de la tolérance au glucose (2 patients), soitune tolérance au glucose normale mais une insulinorésistance (1 patient). Unehypertriglycéridémie était présente chez 11 des 14 patients lipodystrophiques(79 %) versus 7 des 20 patients non lipodystrophiques (35 %). Lesmarqueurs nutritionnels et hormonaux étaient normaux. Un trouble de la maturation de lapro-insuline en insuline a été exclu. Ces résultats montrent que le syndromelipodystrophique sous trithérapie comportant des antiprotéases est fréquemment associéavec un diabète, une résistance à l'insuline et une hypertriglycéridémie. Lediabète, diagnostiqué sur les glycémies à jeun et/ou à 120 minutes d'une HGPO,est plus fréquent que précédemment rapporté. Les conséquences thérapeutiques de cesrésultats doivent être évaluées par des études cliniques.


Mots clés : antiprotéases. , lipodystrophie. , insulino-résistance. , diabète. , hypertriglycéridémie.

Keywords: protease inhibitors. , lipodystrophy. , insulin resistance. , diabetes. , hypertriglyceridaemia.


Plan



© 1999 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 25 - N° 3

P. 225 - août 1999 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • VASOPRESSIN AND URINARY CONCENTRATING ACTIVITY IN DIABETES MELLITUS
| Article suivant Article suivant
  • NON OXIDATIVE FRUCTOSE DISPOSAL IS NOT INHIBITED BY LIPIDS IN HUMANS
  • J.F. Surmely, N. Paquot, Ph. Schneiter, E. Jequier, E. Temler, L. Tappy

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité