Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Actualités diagnostique et thérapeutique des infections à Neisseria gonorrhoeae

What’s new in the diagnosis and treatment of Neisseria gonorrhoeae

Doi : 10.1016/j.lpm.2012.09.023 

Johan Chanal 1  , François Lassau 1, Philippe Morand 2, Michel Janier 3, Nicolas Dupin 1

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 5
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Key points

Bacterial culture remains the gold standard for symptomatic infection.

Nucleic Acid Amplification Tests (NAATs) have better sensitivity and specificity for rectal and pharyngeal specimens.

A bacterial culture with antibiogram must be done for all NAAT positive specimens in order to modify antibiotics prescription if needed.

We must fear a diffusion of extensively drug-resistant Neisseria gonorrhoeae in the future. Nevertheless, ceftriaxone 500mg intramuscular with 1g of azithromycin against Chlamydia trachomatis remains the treatment of N. gonorrhoeae infections.

Screening of partners of identified cases and other STDs is the main measure to add to the treatment of gonorrhea.

Points essentiels

La culture reste la méthode de référence en cas d’infection symptomatique.

Les techniques d’amplification des acides nucléiques sont supérieures dans les sites anaux et pharyngés en cas de dépistage.

Un dépistage ou un diagnostic positif par cette méthode doivent toujours être complétés par une culture et un antibiogramme, afin de modifier le traitement si la souche de Neisseria gonorrhoeae est de moindre sensibilité à la ceftriaxone ou au céfixime.

La diffusion de mutants résistants à la ceftriaxone et au céfixime est à craindre dans les prochaines années. Le traitement de référence et de première intention reste néanmoins la ceftriaxone à 500mg en une injection intramusculaire couplée à la prise orale d’azithromycine monodose 1g contre Chlamydia trachomatis.

Le dépistage chez les sujets contacts et celui des autres infections sexuellement transmissibles (IST) restent les points clés à associer au traitement de la gonococcie.

Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 42 - N° 4P1

P. 454-458 - avril 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syphilis
  • Nicolas Dupin, David Farhi
| Article suivant Article suivant
  • Traitement des principales infections sexuellement transmissibles
  • Nicolas Dupin

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité