Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

TO07 - 17/02/08

Doi : DOU-11-2004-5-5-HS1-1624-5687-101019-ART13 

Y. Le Mapihan

Voir les affiliations

Résumé

Introduction : La prostatectomie pour cancer nécessite une anesthésie offrant de bonnes conditions opératoires et une analgésie post opératoire de qualité permettant une mobilisation rapide du patient.

Matériel et méthodes : Cette étude évalue la rachianesthésie morphinique à haute dose. Vingt trois patients devant subir une prostatectomie radicale, bénéficient d’une anesthésie générale, précédée d’une rachianesthésie. En fin d’intervention, ils sont transférés en SSPI où ils sont ventilés jusqu’au réveil complet. Outre les constantes habituelles, on recherche les signes d’hypercapnie et d’hypoxie. On note l’EVA, les besoins en analgésiques, l’existence de NVPO et de prurit. L’anesthésie générale est identique pour tous les patients. Les pertes sanguines ne justifieront aucune transfusion.

Résultats : La dose unique de morphine injectée en intrathécale est de 2,5 (± 0,5) mg avec 12,4 (± 5) mg de bupivacaïne hyperbare. La fréquence des nausées 13 %, de l’hypercapnie 9 %, de l’hypoxie 5 % (SaO²= 92,5 ± 1,9 %) du prurit 0 %. Six patients ont besoin d’un complément analgésique de niveau 1, l’EVA ne dépassant pas 5, un seul nécessite un supplément morphinique. Tous les patients sont en ventilation spontanée dans les trois heures. Reprise alimentaire et mobilisation active à J2 : 96 %. Sortie rapide : DMS = 7,8 ± 1,5 jours.

Discussion : L’association d’une rachianesthésie morphinique à haute dose procure une analgésie suffisante pour couvrir le séjour chez 73 % des patients de notre série. Il faut noter le parfait contrôle des nausées et l’absence de prurit. L’hypercapnie est inconstante et transitoire. Une hypoxie (SaO²= 88 %) est apparue chez un patient obèse et tabagique. Quatre des patients ayant nécessité une analgésie complémentaire avaient un facteur intercurrent : céphalées, phlébite et hémorroïdes, une fuite vésicale avec retard de transit pour le patient ayant eu besoin de morphine. L’utilisation d’une dose unique de morphine diminue l’effet hyperalgique L’injection unique permet d’affranchir le patient de tout lien à une pompe et lui rend son autonomie. Cependant, cette technique anesthésique requière une possibilité de surveillance en SSPI pendant au moins 24 heures. Vingt deux patients sont aptes à quitter la SSPI à la 48e heure.




© 2004 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 5 - N° 5-HS1

P. 13 - novembre 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • TO06
  • C. Wright, D. Chirpaz, C. Pin, E. Gay
| Article suivant Article suivant
  • TO08
  • J.B. Caillet, B. Mastroianni, P.J. Souquet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.