Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Neighborhood environments, mobility, and health: Towards a new generation of studies in environmental health research

Quartier, mobilité et santé : vers une nouvelle approche des recherches en santé environnementale

Doi : 10.1016/j.respe.2013.05.017 

B. Chaix a  b , J. Méline a b , S. Duncan c , L. Jardinier d , C. Perchoux a b e , J. Vallée f, C. Merrien a b , N. Karusisi a b , A. Lewin a b , R. Brondeel a b , Y. Kestens e

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

While public policies seek to promote active transportation, there is a lack of information on the social and environmental factors associated with the adoption of active transportation modes. Moreover, despite the consensus on the importance of identifying obesogenic environmental factors, most published studies only take into account residential neighborhoods in the definition of exposures. There are at least three major reasons for incorporating daily mobility in public health research: (i) to identify specific population groups, including socially disadvantaged populations, who experience mobility or spatial accessibility deficits; (ii) to study the environmental determinants of transportation habits and investigate the complex relationships between transportation (as a source of physical activity, pollutants, and accidents) and physical activity and health; and (iii) to improve the assessment of spatial accessibility to resources and exposure to environmental hazards by accounting for daily trajectories for a better understanding of their health effects. There is urgent need to develop novel methods to better assess daily mobility. The RECORD Study relies on (i) an electronic survey of regular mobility to assess the chronic exposure to environmental conditions over a relatively long period, and (ii) Global Positioning System tracking to evaluate precisely acute environmental exposures over a much shorter period. The present article argues that future research should combine these two approaches. Gathering scientific evidence on the relationships between the environments, mobility/transportation, and health should allow public health and urban planning decision makers to better take into account the individual and environmental barriers to the adoption of active transportation and to define innovative intervention strategies addressing obesogenic environments to reduce disparities in excess weight.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Alors que les politiques publiques cherchent à promouvoir la mobilité active, les connaissances sur les facteurs environnementaux favorisant l’adoption du transport actif restent insuffisantes. De plus, malgré le consensus sur l’importance d’identifier les facteurs environnementaux obésogènes, les études ne tiennent souvent compte que du quartier de résidence pour définir les expositions. Pourtant, il y a au moins trois raisons de tenir compte de la mobilité quotidienne dans l’espace, et pas uniquement du quartier de résidence: afin (i) d’identifier des groupes de population, notamment défavorisés, qui subissent un déficit de mobilité ou d’accessibilité spatiale aux ressources ; (ii) d’étudier les déterminants environnementaux du transport actif et les relations complexes entre le transport (comme source d’activité physique, de polluants et d’accidents) et la santé ; et (iii) de mieux appréhender l’accessibilité spatiale aux ressources et les expositions aux nuisances environnementales en tenant compte des trajectoires de mobilité quotidienne. Il est urgent de développer de nouvelles méthodes pour mieux tenir compte de la mobilité quotidienne. L’étude RECORD s’appuie sur une enquête électronique de la mobilité régulière, afin d’appréhender l’exposition chronique aux conditions environnementales, ainsi que sur un suivi par GPS afin d’évaluer précisément les expositions environnementales sur une période plus courte. Le présent article soutient que les travaux futurs devraient combiner ces deux approches. L’obtention de données probantes sur les relations entre environnements, mobilité/transport et santé devrait permettre aux décideurs de santé publique et de l’aménagement urbain de mieux tenir compte des barrières individuelles et environnementales dans l’adoption de modes de transport actif ; cela devrait également leur permettre de définir des stratégies innovantes visant à modifier les environnements obésogènes pour réduire les disparités d’excès de poids.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Active transport, Environmental health, Exposure assessment

Mots clés : Transport actif, Santé environnementale, Évaluation des expositions


Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 61 - N° S3

P. S139-S145 - août 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Importance de la théorie des origines développementales de la santé (DOHaD) pour les inégalités sociales de santé
  • M.-A. Charles
| Article suivant Article suivant
  • Maladies chroniques et emploi : impact en termes d’inégalités sociales de santé
  • R. Dray-Spira

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité