Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Use of insulin degludec, a new basal insulin with an ultra-long duration of action, in basal–bolus therapy in type 1 and type 2 diabetes

Utilisation de l’insuline dégludec, une nouvelle insuline basale de très longue durée d’action, avec un schéma insulinique basal–bolus dans le diabète de type 1 et de type 2

Doi : 10.1016/j.ando.2013.04.004 

Véronique Kerlan a  , Didier Gouet b, Michel Marre c, Éric Renard d

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 4
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Insulin degludec is a new basal insulin analogue with an ultra-long duration of action that provides a flat and stable action profile with a duration of action greater than 42hours. Two clinical trials comparing insulin degludec and insulin glargine in basal–bolus therapy have recently been published. Both were 52-week, multicentre, randomised (3:1), treat-to-target trials in patients already using insulin. In both type 1 (n=629) and type 2 diabetes (n=1006), insulin degludec was non-inferior to insulin glargine with respect to reduction in HbA1c at 52weeks. There were also no significant differences between treatment groups with respect to fasting plasma glucose. At similar levels of glycaemic control, however, insulin degludec was associated with lower rates of hypoglycaemia than insulin glargine. In type 1 diabetes, overall confirmed hypoglycaemia (plasma glucose concentration<3.1mmol/L or severe episodes requiring assistance) was similar in the two treatment groups, but nocturnal confirmed hypoglycaemia (occurring from 00h01 to 05h59) was 25% lower with insulin degludec (P=0.021). In type 2 diabetes, overall confirmed hypoglycaemia was 18% lower (P=0.0359) and nocturnal confirmed hypoglycaemia was 25% lower (P=0.0399) with insulin degludec. Reductions in hypoglycaemia could reduce physicians’ and patients’ fears and encourage them to titrate insulin more aggressively, and to adhere more closely to treatment, with consequent better glycaemic control. The results of these trials suggest that insulin degludec has a place in the French clinical setting in basal–bolus therapy in type 1 and type 2 diabetes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

L’insuline dégludec est un nouvel analogue de l’insuline basale de très longue durée d’action qui offre un profil d’action plat et stable et une durée d’action supérieure à 42heures. Deux essais cliniques comparant l’insuline dégludec et l’insuline glargine en insulinothérapie basal–bolus ont été publiés récemment. Il s’agissait dans les deux cas d’essais multicentriques, randomisés (3:1), avec des objectifs glycémiques – cibles prédéfinis sur 52 semaines, conduits chez des patients utilisant déjà de l’insuline. Aussi bien dans le diabète de type 1 (n=629) que dans le diabète de type 2 (n=1006), l’insuline dégludec s’est avérée non inférieure à l’insuline glargine en ce qui concerne la réduction de HbA1c à 52 semaines. Il n’a pas été observé non plus de différences significatives entre les groupes de traitement en ce qui concerne la glycémie à jeun. À des niveaux similaires de contrôle glycémique, toutefois, l’insuline dégludec a été associée à des taux inférieurs d’hypoglycémie par rapport à l’insuline glargine. Dans le diabète de type 1, le taux global d’hypoglycémies confirmées (définies rigoureusement par une concentration de glucose plasmatique<3,1mmol/L ou un épisode sévère nécessitant une assistance) a été similaire dans les deux groupes de traitement, mais le taux d’hypoglycémies confirmées nocturnes (survenant de 00h01 à 05h59) a été inférieur de 25 % avec l’insuline dégludec (p=0,021). Dans le diabète de type 2, le taux global d’hypoglycémies confirmées a été inférieur de 18 % (p=0,0359) et le taux d’hypoglycémies confirmées nocturnes a été inférieur de 25 % (p=0,0399) avec l’insuline dégludec. La réduction des hypoglycémies pourrait atténuer les craintes des médecins et des patients et les encourager à adopter un ajustement plus agressif des doses d’insuline et à adhérer plus étroitement au traitement, avec comme conséquence un meilleur contrôle de la glycémie. Les résultats de ces essais suggèrent que l’insuline dégludec a un rôle à jouer dans le contexte clinique français en insulinothérapie basal–bolus dans le diabète de type 1 et de type 2.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 74 - N° 5-6

P. 487-490 - décembre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Can stress induce dysimmune dysthyroidism?
  • Bernard Conte-Devolx, Bernard Vialettes
| Article suivant Article suivant
  • Silent GH pituitary tumor: Diagnostic and therapeutic challenges
  • Laura Chinezu, Emmanuel Jouanneau, Alexandre Vasiljevic, Jacqueline Trouillas, Gérald Raverot

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité