Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épisodes dépressifs mixtes : clinique et biomarqueurs neurophysiologiques

Mixed depressions: clinical and neurophysiological biomarkers

Doi : 10.1016/S0013-7006(13)70114-3 

J.-A. Micoulaud Franchi a b * , P.-A. Geoffroy c d e, J. Vion-Dury a b, C. Balzani a b, R. Belzeaux f, M. Maurel f, M. Cermolacce f, E. Fakra f, J.-M. Azorin f

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les études épidémiologiques des épisodes dépressifs majeurs (EDM) ont mis en évidence l’association fréquente de symptômes ou de signes de manie ou d’hypomanie au syndrome dépressif. La reconnaissance épidémiologique, plus large que la définition stricte du DSM-IV, d’un sous-groupe d’EDM caractérisé par la présence de symptômes ou de signes de la polarité opposée est importante cliniquement puisqu’elle est associée à un pronostic et une réponse thérapeutique péjoratifs comparativement au sous-groupe d’EDM « typique ». L’évolution du DSM-5 a tenu compte des données épidémiologiques et a opté pour une perspective plus dimensionnelle en transposant le concept de mixité de « l’épisode » à celui de « spécification » du trouble de l’humeur. Comme le souligne le DSM-5 : « Les caractéristiques mixtes spécifiant un épisode dépressif majeur sont un facteur de risque significatif pour le développement d’un trouble bipolaire de type 1 ou 2. Ainsi, il est cliniquement utile de noter la présence de cette spécification qui orientera le choix du traitement et le suivi de la réponse thérapeutique ». Cependant, la spécification mixte reste parfois difficile à diagnostiquer, et des biomarqueurs neurophysiologiques seraient utiles pour aider à mieux la reconnaître. Deux modèles neurophysiologiques permettent de mieux appréhender les EDM mixtes. D’une part, le modèle de la régulation émotionnelle mettant en évidence une tendance à l’hyper-réactivité et à la labilité émotionnelle. D’autre part, le modèle de la régulation de la vigilance, mettant en évidence, grâce à l’enregistrement électroencéphalographique, une labilité de la vigilance. Des études supplémentaires sont à conduire pour mieux comprendre la relation entre ces deux modèles. Ces modèles offrent l’opportunité d’un cadre d’interprétation neurophysiologique de la clinique des épisodes dépressifs mixtes et des biomarqueurs neurophysiologiques potentiels afin de guider les stratégies thérapeutiques.

Summary

Epidemiological studies of major depressive episodes (MDE) highlighted the frequent association of symptoms or signs of mania or hypomania with depressive syndrome. Beyond the strict definition of DSM-IV, epidemiological recognition of a subset of MDE characterized by the presence of symptoms or signs of the opposite polarity is clinically important because it is associated with pejorative prognosis and therapeutic response compared to the subgroup of “typical MDE”. The development of DSM-5 took into account the epidemiological data. DSM-5 opted for a more dimensional perspective in implementing the concept of “mixed features” from an “episode” to a “specification” of mood disorder. As outlined in the DSM-5: “Mixed features associated with a major depressive episode have been found to be a significant risk factor for the development of bipolar I and II disorder. As a result, it is clinically useful to note the presence of this specifier for treatment planning and monitoring of response to therapeutic”. However, the mixed features are sometimes difficult to identify, and neurophysiological biomarkers would be useful to make a more specific diagnosis. Two neurophysiological models make it possible to better understand MDE with mixed features : i) the emotional regulation model that highlights a tendency to hyper-reactive and unstable emotion response, and ii) the vigilance regulation model that highlights, through EEG recording, a tendency to unstable vigilance. Further research is required to better understand relationships between these two models. These models provide the opportunity of a neurophysiological framework to better understand the mixed features associated with MDE and to identify potential neurophysiological biomarkers to guide therapeutic strategies.


Mots clés : Troubles bipolaires, Dépression, Réactivité émotionnelle, Régulation de la vigilance, Electro-encéphalographie, Eveil

Key words : Bipolar disorders, Depression, Emotional reactivity, Vigilance regulation, Electro-encephalography, Arousal



© 2013  L’Encéphale. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 39 - N° S3

P. 149-156 - décembre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Clinique des manies mixtes
  • M. Maurel, R. Belzeaux, E. Fakra, M. Cermolacce, D. Dassa, M. Dubois, J.-A. Micoulaud Franchi, N. Corréard, J.-M. Azorin
| Article suivant Article suivant
  • Fonctionnement neurocognitif dans la manie pure et la manie mixte
  • N. Corréarda, J.-M. Azorin, R. Belzeaux, M. Cermolacce, E. Fakra, J.-A. Micoulaud-Franchi, D. Dassa, M. Dubois, D. Pringuey, A. Kaladjian

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité