Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cannabis et sécurité routière - Le cannabis — données neurobiologiques récentes éclairant les perturbations de la conduite des véhicules

Doi : APF-05-2006-64-3-0003-4509-101019-200601335 

J. Costentin

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 12
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Au cours des dernières décennies s’est dessiné un nouveau paysage du cannabis par l’accroissement et la précocité de ses usages, l’augmentation de la teneur en son principe actif le tétrahydrocannabinol (THC), l’abondance de nouvelles informations épidémiologiques et neurobiologiques. Le THC se singularise par son exceptionnelle lipophilie permettant son stockage cérébral avec des effets qui durent très au-delà de sa présence dans le plasma et même de la période où le sujet croît en ressentir les effets, du fait d’une désorption lente dans des structures dotées de récepteurs de réserve.

Le THC perturbe la cognition et diverses autres aptitudes sollicitées dans la conduite. Il peut induire des troubles psychiatriques : anxiété, dépression, tentatives d’autolyse, psychoses. Il potentialise les effets de l’alcool et incite à sa consommation. Il entretient des relations avec l’appétence et la dépendance à l’héroïne. Ce nouveau paysage doit d’urgence consacrer la rupture avec la tonalité ambiguë banalisante d’une communication encore à l’œuvre et qui a déjà recruté tant de problèmes, d’accidents ou de tragédies.

Abstract

Neurobiology of cannabis — recent data enlightening driving disturbances.

During the last decades a new landscape of cannabis has been designed on account of: the increase in its use the greater youth of its users; the increase in the content of its main active constituent tetrahydrocannabinol (THC) and a lot of new epidemiological and neurobiological data. THC displays an exceptional lipophilicity, allowing its cerebral storage, leading to long lasting effects, by far more lasting than its presence in blood, and beyond the period throughout the intoxicated people feel a disablement. This is linked to its slow release from brain areas in which large proportion of spare receptors exists (reserve receptors). THC disturbs cognition and various skills required in driving. It may be responsible for psychiatric troubles: anxiety, depression, suicide attempt, psychotic attack, triggering of schizophrenia. It potentiates the alcohol effects and incites to alcohol drinking. It displays close relationships with dependence to heroin. This new landscape of cannabis urges to make a radical alteration in the public communication about this drug of abuse as it has yet collected so many troubles, accidents or tragedies.


Mots clés : Cannabis , Tétrahydrocannabinol , Lipophilie , Accidents routiers , Psychotoxicité

Keywords: Cannabis , Tetrahydrocannabinol , Liphophilicity , Road accidents , Psychotoxicity


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 64 - N° 3

P. 148-159 - mai 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Présentation
  • R. Boulu* Président de la commission des substances vénéneuses et des dopants de l’Académie nationale de pharmacie.*
| Article suivant Article suivant
  • Effets du cannabis oral et du dronabinol sur la capacité à conduire*
  • C. Giroud, M. Augsburger, B. Favrat, A. Menetrey, M.-A. Pin, L.-E. Rothuizen, M. Appenzeller, T. Buclin, S. Mathieu, V. Castella, A. Hazekamp, P. Mangin

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité