Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Déficit en vitamine C et ulcères de jambe. Résultats d'une enquête cas témoins

Vitamin C deficiency and leg ulcers. A case control study

Doi : 10.1016/j.jmv.2007.02.003 

I. Lazareth  , S. Hubert, U. Michon-Pasturel, P. Priollet

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La vitamine C intervient dans les processus d'hydroxylation du collagène cutané. Le scorbut, maladie liée à un déficit profond en vitamine C, se traduit par des hémorragies cutanéomuqueuses et des retards de cicatrisation. Les ulcères de jambe sont des plaies chroniques ne cicatrisant pas. Il était intéressant de mesurer les taux de vitamine C chez des patients porteurs d'ulcères de jambe (UDJ) et de les comparer à des patients témoins (T) sans ulcère de jambe.

Méthode

Quarante-deux patients consécutifs UDJ ont été comparés à 37 T. Les 37 T étaient hospitalisés à la même période pour bilan d'artériopathie, d'hypertension artérielle ou de connectivite. Les patients de moins de 65 ans, diabétiques ou immunodéprimés étaient exclus. Les taux moyens de vitamine C ont été comparés et il a été effectué une stratification en trois groupes: taux de vitamine C normaux (supérieurs à 26 µmoles/l): groupe I, déficit modéré en vitamine C (entre 6 et 26 µmoles/l), déficit sévère en vitamine C (inférieur à 6 µmoles/l).

Résultats

Les deux populations étaient comparables en âge, sexe, poids, statut social. Il y avait plus de tabagiques dans le groupe T (p<0,001). Il y avait une différence significative dans le taux moyen de vitamine C: 23,9 µmoles dans le groupe UDJ vs 33,8 µmoles dans le groupe T (p<0,003). Il y avait plus de patients T dans le groupe I: 78,4 vs 50% (p<0,01). Il y avait plus de patients UDJ dans le groupe II: 23,8 vs 16,2% (p<0,01) et dans le groupe III: 26,2 vs 5,4% (p<0,01). L'analyse rétrospective des taux d'albumine et de protéine C réactive différait entre les deux groupes: albumine 25 g/l dans le groupe UDJ vs 38 g/l dans le groupe T (p=0,01 test de Student); protéine C réactive, 31,8 mg dans le groupe UDJ vs 9,3 mg dans le groupe T (p=0,002 test de Student).

Conclusion

Un déficit en vitamine C est retrouvé chez 50% des patients souffrant d'ulcères de jambe, taux significativement plus élevé que chez des témoins sans ulcère de jambe (21,6%). Seule, une étude d'intervention thérapeutique permettra de savoir si ce déficit joue un rôle dans la non-cicatrisation des ulcères.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Vitamin C is a necessary cofactor for collagen synthesis. A deficiency of vitamin C results in the breakdown of connective tissue in and around the walls of blood vessels. The disease is thus characterized by poor healing of wounds. Chronic leg ulcers are defined as wounds that do not heal.

Objective

To investigate whether patients with chronic leg ulcers have vitamin C deficiency.

Methods

Case control study; vitamin C was assayed in peripheral blood samples of 42 consecutive patients with chronic leg ulcers and in 37 consecutive patients without chronic leg ulcers. Patients without leg ulcers had peripheral vascular disease, or hypertension, or connective disorders. Patients with diabetes, immunodepression (cancer, HIV infection, corticosteroid therapy) and aged under 65 years were excluded. Reference range for plasma vitamin C was above 26 µmol/l (normal levels, group I), hypovitaminosis C as 6–26 µmol/l (group II) and concentrations<6 µmol/l as scurvy (group III).

Results

Mean age was 77.2 years in the ulcers group and 73.8 in the control group (NS), mean weight 73.1 kg in the ulcers group and 67.5 kg in the control group (NS). Smoking was more frequent in the control group (P<0.001). Mean vitamin C levels were lower in the leg ulcers group: 23.9 vs 33.8 µmol/l (P<0.003). Normal levels of vitamin C (group I) were more frequent in the control group: 78.4 vs 50% (P<0.01). Hypovitaminosis C (group II) was more frequent in the leg ulcers group: 23.8 vs 16.2% (P<0.01). Scurvy was more frequent in the leg ulcers group: 26.2 vs 5.4% (P<0.01). C reactive protein levels were higher in the leg ulcers group: 31.8 vs 9.3 mg (P=0.002) and albumin levels were lower in the leg ulcers group: 25 vs 38 g/l (P=0.01) [retrospective data].

Conclusion

Patients with chronic leg ulcers have lower levels of vitamin C than patients without leg ulcers, although smoking was more frequent in patients without leg ulcers. The question is whether vitamin C deficiency is a cofactor of impaired healing or is a simple marker of poor healing? It would be interesting to conduct a randomized controlled study about treatment of chronic leg ulcers with vitamin C.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Vitamine C, Scorbut, Acide ascorbique, Ulcères de jambe

Keywords : Vitamin C, Scurvy, Ascorbic acid, Leg ulcers


Plan


© 2007  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 32 - N° 2

P. 96-99 - avril 2007 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité