Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Traitement chirurgical de la maladie de Parkinson - 24/07/14

[17-062-A-11]  - Doi : 10.1016/S0246-0378(14)21959-2 
V. Fraix a, b, c, , A. Castrioto a, b, c, E. Moro a, b, c, P. Krack a, b, c
a Unité troubles du mouvement, Clinique neurologique, Pôle neurologie psychiatrie, CHU de Grenoble, CS10117, 38043 Grenoble cedex 9, France 
b Université Joseph Fourier, Grenoble, France 
c Inserm, U836, Grenoble Institut des neurosciences, Grenoble, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Cet article est gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier et pour tester vos connaisances!

Résumé

L'ère moderne de la neurochirurgie stéréotaxique pour le traitement de la maladie de Parkinson débute à la fin des années 1980, favorisée par les limites du traitement médicamenteux liées aux complications motrices de la lévodopa, mais également par l'amélioration des techniques d'imagerie cérébrale et les progrès dans la connaissance du fonctionnement des ganglions de la base. La technique de stimulation cérébrale profonde, initialement appliquée au noyau ventral intermédiaire du thalamus pour traiter les tremblements sévères, a connu un essor considérable et constitue actuellement le traitement de référence des complications motrices et des dyskinésies liées à la lévodopa lorsqu'elle est appliquée au pallidum interne et au noyau subthalamique. La réduction du traitement dopaminergique associée aux effets moteurs de la stimulation subthalamique permet de proposer ce type d'intervention à des patients présentant des complications comportementales liées aux traitements dopaminergiques. Enfin, une intervention plus précoce dans l'évolution naturelle de la maladie préserve les compétences psychosociales des patients. Les techniques de radiochirurgie sont essentiellement indiquées en cas de contre-indication à la stimulation cérébrale profonde. Ces thérapeutiques sont symptomatiques et ne prennent pas en compte les autres symptômes invalidants apparaissant au cours de l'évolution de la maladie. Les thérapies cellulaire et génique ont pour objectif de restaurer un fonctionnement normal des voies dopaminergiques intracérébrales mais restent expérimentales. Le traitement neurochirurgical de la maladie de Parkinson doit être mis en œuvre par des équipes pluridisciplinaires pour garantir une efficacité significative avec une prise de risque minimale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Maladie de Parkinson, Stimulation cérébrale profonde, Noyau subthalamique, Radiochirurgie, Transplantation, Thérapie génique


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Hallucinations et maladie de Parkinson
  • A. Poisson, S. Thobois
| Article suivant Article suivant
  • Dépression et maladie de Parkinson
  • U. Spampinato, F. Tison

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.