Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Recommandations de la Haute Autorité de santé sur l'autisme et ses conséquences légales - 18/09/14

[37-201-H-14]  - Doi : 10.1016/S0246-1072(13)63137-5 
L. Robel a, b  : Praticien hospitalier MD-PhD, pédopsychiatre
a Service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Hôpital Necker-Enfants-malades, AP-HP, 149-162, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 
b Inserm U669 PSIGIAM, Maison de Solenn, 97, boulevard de Port-Royal, 75679 Paris cedex 14, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Cet article est gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier et pour tester vos connaisances!

Résumé

L'autisme est un trouble neurodéveloppemental caractérisé par l'association de difficultés d'interactions sociales, d'un trouble de la communication verbale et non verbale, et par la présence d'intérêts et d'activités restreints et stéréotypés. Il s'agit d'un syndrome hétérogène, polyfactoriel, dont les premiers symptômes apparaissent dans les trois premières années de la vie. L'autisme fait partie des troubles envahissants du développement ou troubles du spectre autistique, dont la fréquence pourrait atteindre, selon certaines études, jusqu'à 1 % des naissances. La Haute Autorité de santé (HAS) a publié en 2006 et en 2010 des recommandations de bonne pratique concernant le diagnostic et les modalités de prise en charge de patients atteints d'autisme ou de troubles du spectre autistique. Ces recommandations définissent les critères selon lesquels le diagnostic nosologique devrait être établi, ainsi que les bilans à mettre en œuvre pour permettre un diagnostic fonctionnel et rechercher d'éventuelles pathologies associées ; elles sont mises en œuvre dans les centres de ressources pour l'autisme (CRA) régionaux. La publication des recommandations concernant les interventions thérapeutiques et éducatives coordonnées est plus récente. Elle s'appuie principalement sur les données des études anglo-saxonnes évaluant l'effet des interventions thérapeutiques éducatives et développementales précoces menées avant 4 ans, ainsi que sur un consensus entre experts, lorsque celui-ci est possible. Leur mise en œuvre apparaît complexe dans le contexte médicosocial et sanitaire actuel. Dans cet article, nous présentons les points essentiels de ces recommandations, leur intérêt et leurs limites, ainsi que leur inscription dans le paysage législatif français.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Autisme, Troubles du spectre autistique, Troubles envahissants du développement, Haute Autorité de santé


Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Schizophrénies à début précoce
  • N. Dumas, O. Bonnot
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs génétiques impliqués dans l'autisme : revue de la littérature et recommandations cliniques
  • P. Chaste, R. Delorme, M. Leboyer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.