Médecine

Paramédical

Autres domaines


Bisphosphonates et ostéo(chimio)nécrose maxillo-mandibulaire - 22/02/08

Doi : STO-12-2006-107-6-0035-1768-101019-200520006 

M. Magremanne [1],

C. Vervaet [1],

L. Dufrasne [1],

I. Declercq [2],

W. Legrand [2],

Ph Daelemans [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les ostéonécroses maxillo-mandibulaires sont exceptionnelles en dehors du contexte d'une radiothérapie cervico-faciale. Les bisphosphonates sont des analogues non métabolisés de pyrophosphates. Ils mènent à l'inhibition de l'activité ostéoclastique et sont prescrits dans le traitement de l'hypercalcémie associée aux processus tumoraux, dans le traitement des métastases ostéolytiques, dans la maladie de Paget et dans l'ostéoporose. L'incidence des ostéonécroses maxillo-mandibulaires sur prise de bisphosphonates est de 1/10 000 patients, mais elle est probablement sous-estimée par manque d'examens bucco-dentaires chez les patients traités.

Matériel et méthodes

Nous décrivons six cas de nécrose mandibulaire associée à la prise de bisphosphonates, cinq dans un contexte de tumeurs malignes, un cas dans le cadre du traitement de l'ostéoporose.

Résultats

L'apparition de l'ostéonécrose a été spontanée chez deux patients ; elle faisait suite à une extraction dentaire chez deux autres. Il préexistait, chez les deux derniers, un foyer infectieux dentaire. Le délai d'apparition de l'ostéonécrose a varié de 1 à 6 ans. Toutes les biopsies étaient colonisées par de l'actinomycose.

Discussion

La prédisposition à la nécrose maxillo-mandibulaire semble s'expliquer par l'exposition de l'os dans la cavité buccale. La symptomatologie va de la gêne localisée au séquestre osseux avec fracture. Le traitement est essentiellement conservateur. Une mise en état bucco-dentaire avant tout traitement par bisphosphonates est recommandée.

Abstract

Introduction

Maxillo-mandibular osteonecrosis is exceptional outside a context of cervico-facial radiotherapy. Bisphosphonates are non-metabolized pyrophosphate analogues which inhibit osteoclastic activity. Bisphosphonates are prescribed for the treatment of malignant hypercalcemia, osteolysis associated with metastatic bone disease, Paget's disease and osteoporosis. Maxillomandibular osteonecrosis with bisphosphonates can be observed in 1/10000 patients, but is probably underestimated due to lack of dental examination.

Material and methods

We describe six cases of mandibular necrosis associated with bisphosphonates: five of them as part of their treatment regimen for a neoplastic condition and one for osteoporosis.

Results

Two patients developed spontaneous bone necrosis. In two others, tooth extraction preceded the onset of osteonecrosis. In the last two patients, we noted a preexisting dental infection. All the histopathological examinations showed necrotic bone colonized by Actinomyces.

Discussion

Bisphosphonate-induced osteonecrosis is only found in the maxillomandibular area because the jaws are the only bone in the skeleton exposed to the external environment. The mandible is rendered particularly prone to necrosis even after minor trauma because of its terminal vascularization. Careful oral examination is recommended before prescribing bisphosphonate therapy.

Magremanne M, Vervaet C, Dufrasne L, Declercq I, Legrand W, Daelemans Ph. Bisphosphonate-induced maxillo-mandibular osteo(chemo) necrosis.; : .


Mots clés : Ostéonécrose , Bisphosphonates

Keywords: Osteonecrosis , Bisphosphonates


Plan



© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 107 - N° 6

P. 423-428 - décembre 2006 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ostéonécrose des maxillaires sous bisphosphonates : cinq cas
  • A. Woeller, A. Gering, M. Brix, G. Bettega, J. Lebeau
| Article suivant Article suivant
  • L'effet cicatrisant d'Eludril® sur un modèle de muqueuse gingivale humaine
  • S. Boisnic, L. Ben Slama, M.-C. Branchet-Gumila, M. Watts, G. D'Arros

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.