Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le syndrome d’hyperémèse au cannabis : les éléments du diagnostic dans un service d’accueil des urgences (SAU) - 07/05/15

Doi : 10.1016/j.toxac.2015.03.073 
F. Pelissier 1, , P. Gandia 2, N. Franchitto 1
1 Centre Antipoison et de Toxicovigilance, CHU Toulouse 
2 Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie clinique, CHU Toulouse 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La triade symptomatique associant nausées, douleurs abdominales et compulsion à prendre des douches chaudes est caractéristique du syndrome d’hyperémèse au cannabis [1]. En 2012, Simonetto et al. [2] ont défini des critères diagnostiques majeurs (consommation chronique de cannabis, épisodes de nausées et vomissements sévères, résolution des symptômes à l’arrêt du cannabis, diminution des symptômes à la prise de douches ou de bains chauds, douleurs abdominales, consommation hebdomadaire de cannabis) et des critères mineurs (âge<50ans, perte de poids de 5kg, prédominance matinale des symptômes, transit intestinal normal, examens biologiques, radiographiques et endoscopiques normaux). Ces patients sont le plus souvent admis dans les services d’urgences, pourtant le diagnostic n’est que rarement évoqué devant la banalité des symptômes, induisant de multiples explorations complémentaires et hospitalisations.

Patients et méthode

Nous présentons une série de patients consommateurs de cannabis admis aux urgences de janvier à décembre 2014 pour un syndrome d’hyperémèse au cannabis selon les critères de Simonetto. Les dossiers de ces patients ont été rétrospectivement étudiés à la recherche d’hospitalisations antérieures pour le même motif. La détection du cannabis urinaire a été effectuée à partir de bandelettes (Rapid Diagnostics®, MP Biomedicals). Les dosages sanguins de THC, 11-OH-THC et THC-COOH ont été réalisés par GC-MS.

Résultats

Sept consommateurs chroniques de cannabis (6 hommes, 1 femme), d’âge moyen de 24,7±8,0ans (17–39ans), ont été admis pour des douleurs abdominales et vomissements. L’âge de début de consommation de cannabis était de 19,3±6,9ans (14-34ans). Leur durée moyenne de consommation était de 5,4±2,6ans (2–10ans). Les bandelettes urinaires ont détecté la présence de cannabis dans tous les cas ; 4 patients ont eu un dosage sanguin avec les résultats suivants : THC=11,6±14,7ng/mL, 11-OH-THC=4,1±3,6ng/mL, et TCH-COOH=60,2±36,4ng/mL. Les patients ont été préalablement admis aux urgences en moyenne 5,7±3,6 fois (1–12 admissions) pour le même motif. Les examens morphologiques effectués devant cette symptomatologie (scanners abdominaux et cérébraux, endoscopie haute) étaient normaux. Trois patients ont évoqué une amélioration clinique à la suite de bains chauds. Le traitement symptomatique (réhydratation, antalgiques et anti-émétiques), instauré chez tous les patients, a entraîné une amélioration des symptômes. Deux patients ont été hospitalisés devant l’intensité des symptômes et la nécessité de poursuivre l’antalgie ; 4 patients ont débuté un suivi addictologique ambulatoire.

Conclusion

Les médecins urgentistes doivent reconnaître ce syndrome source de multiples hospitalisations. Les critères de Simonetto sont faciles à utiliser. Le dosage quantitatif du cannabis sanguin ne semble pas corrélé à l’intensité des symptômes mais permet, quand les valeurs de TCH-COOH sont supérieures à 50ng/mL, d’affirmer que le patient est un consommateur chronique [3]. Une collaboration multidisciplinaire entre les équipes de liaison et de soins en addictologie et les urgentistes est importante afin de prévenir la récidive des symptômes et proposer au patient une prise en charge addictologique spécialisée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 2S

P. S49-S50 - juin 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome confusionnel chez une fille de 4 ans : intoxication rare par Sarcococca confusa
  • G. Evrard, L. Grandgeorge, N. Castaing, A. Badoc, M. Labadie
| Article suivant Article suivant
  • Crise convulsive retardée ; rôle protecteur de l’éthanol lors des intoxications à la prégabaline ?
  • F. Grossenbacher, P. Kristner, N. Birembaut, P. Berger, Z. Djerada, C. Carolet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.