Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 23, N° 1  - février 2000
pp. 9-10
Doi : JFO-01-2000-23-1-0181-5512-101019-ART1
À la mémoire de Pierre Amalric
 

NÉCROLOGIE

Journal Français d'Ophtalmologie2000; 23: 7-8
© Masson, Paris, 2000

J. Royer


Il peut paraître un peu dérisoire d'évoquer la mémoire d'un ami cher, mort après une maladie foudroyante, alors que celui-ci a su imposer au cours d'une vie fort bien remplie sa présence, son importance scientifique, son aura mondiale, et laissera un souvenir partout amical et le plus souvent admiratif. On nous pardonnera ce témoignage d'affection.

Fils d'un médecin généraliste, Pierre Amalric est né en 1923 à Vielmur sur Argout. Il a voué à son père une admiration sans bornes, lui a succédé, puis est devenu ophtalmologiste après avoir été formé dans la spécialité par Louis Calmettes à l'Université de Toulouse. Il a choisi volontairement d'exercer à Albi dès 1955 dans une clinique personnelle qu'il a organisée dans tous ses détails. Il est mort le 11 juin 1999, victime d'une maladie dont il a observé avec sang-froid les progrès implacables. Ses dernières lettres d'Albi sont d'une sobriété déchirante.

Un journaliste d'un quotidien du soir a dit de lui qu'il était « atypique » en assortissant ce qualificatif d'étranges considérations sur le fait qu'il aurait été exclu de l'Université, ce qui n'est pas vrai. Nous témoignons que ses relations avec l'Université ont été les plus intelligentes qui soient. De la même manière qu'en Albigeois il n'avait jamais tenté de postuler quelque fonction publique, de même il avait écarté de ses préoccupations les pesantes fonctions d'une carrière universitaire, et cela dès les années passées comme Interne auprès de Louis Calmettes qu'il admirait. Son installation avait été précédée d'un périple Européen au cours duquel il sut saisir tout ce que notre spécialité recélait de moderne. Il se fit alors des amis auxquels il demeurera fidèle - et qui lui furent fidèles - toute sa vie. Ces amis ont été les plus grands noms de l'Ophtalmologie européenne.

Il n'était pas atypique : il était singulier, unique, curieux de tout, enthousiaste de quelques thèmes peu nombreux, mais scrupuleusement choisis. Travailleur incroyable, insatiable, donnant l'impression d'être constamment sous pression, il savait se ménager cependant des « fenêtres » secrètes de réflexion et de calme. Il était certes conscient de son audience dans le milieu ophtalmologique, mais il était toujours aimable, jovial, serviable et attentif avec tous.

Il possédait au plus haut degré le sens de l'organisation, dont l'absence a sans doute modéré le développement et l'aura de beaucoup de talents français au cours des dernières périodes de ce siècle. Dans sa chère ville d'Albi, il a su organiser plusieurs congrès magistraux qui ont été des occasions uniques de mises au point scientifiques et de fructueuses rencontres. Les programmes étaient choisis avec rigueur et bon sens, soucieux des progrès et du prestige de notre spécialité. Il a ainsi organisé le premier congrès international de neuro-ophtalmologie et de neuro-génétique en mai 1965 dont tout le monde se souvient, un grand congrès d'angiographie fluorescéinique, le premier congrès Européen d'histoire de l'Ophtalmologie en 1981, etc.

Ceux d'entre nous qui s'intéressent à l'histoire des grandes expéditions navales françaises de découverte du monde au XVIIIe siècle ont pu apprécier son attachement pour Jean-François Galaup de Lapérouse, enfant d'Albi. Le symposium qu'il organisa en novembre 1985 autour de ce navigateur fut une source de connaissances décisive. Comme en toutes choses, il a poussé très loin sa curiosité, ne lésinant pas sur les moyens. « On ne fait rien de bien sans abondance », m'avait-il dit en 1987.

Il a raconté dans un article de « Survey of Ophthalmology » comment et pourquoi il aimait l'Histoire. Sa culture historique était considérable, sans erreurs, sans failles. Ses articles historiques sont des modèles du genre. Ils ont été publiés dans de nombreuses revues françaises ou anglo-saxonnes. Nous espérons que l'important ouvrage qu'il préparait sur l'histoire de l'Ophtalmologie française paraîtra dans quelques mois.

Sa bibliothèque, constituée au long de plusieurs décades, comprenait de nombreux ouvrages anciens d'oculistique, choisis, rares, précieux. J'avais vu chez lui Franceschetti, Fred. Blodi, Ed. Norton, Jules François, découvrant avec admiration des ouvrages alors considérés comme introuvables. À notre connaissance, il n'y a pas en France de collection équivalente à la sienne. Il était angoissé par l'avenir de cette collection. Nous ne le sommes pas moins.

Amateur de photographie, (orientation qu'il tenait de ses activités militaires d'après guerre) il a su là encore orienter sa collection iconographique dans le sens de l'Ophtalmologie. Il possédait en effet une inconographie sur tout. Nous sommes nombreux à lui avoir demandé des portraits d'anciens oculistes français ou étrangers. Une grande partie des rapports de la Société Française d'Ophtalmologie de ces dernières années a bénéficié des chapitres introductifs d'histoire et de l'iconographie qui étaient nécessaires, ce dont il était l'auteur pour les uns et les autres.

Sa réussite éclatante dans le développement de l'angiographie fluorescéinique est redevable entre autres de son goût très remarquable pour l'image. La description originale qu'il fit des « syndromes triangulaires » et son intérêt pour la circulation choroïdienne lui assureront une durable notoriété. Je me souviens aussi de sa passion pour la pseudo-exfoliation capsulaire, et de la manière dont il sut à Albi rassembler en quelques jours, pour une visite de Sampaolesi, quelques centaines de cas. Louis Paufique m'avait dit - nous étions en 1956 - « cet homme est une véritable locomotive ».

Il est à l'origine de nombreuses initiatives positives : devenu Président honoraire de la Société « Rétina », de « Retinitis Pigmentosa », du Groupement Francophone d'Histoire de l'Ophtalmologie, il avait au sein du Conseil International d'Ophtalmologie une attitude active qui a fait honneur à l'Ophtalmologie française.

Peut-on lui reprocher d'avoir été avide de reconnaissance publique ? Nous en avions souvent parlé entre nous : il voyait dans cette quête une nécessité pour son travail même, un atout, une profession de foi utile, qu'il offrait en réalité à toute notre profession. Membre du conseil d'administration de la Société Française d'Ophtalmologie, il a pris dans l'organisation du congrès du Centenaire - en 1983 - un rôle exceptionnel, aux côtés de Jean Haut qui l'estimait. Membre de l'Académie de Médecine où il était assidu, Commandeur dans l'Ordre de la Légion d'Honneur, il était aussi médaillé de la Résistance, titulaire de la Croix de guerre 1939-1945.

La vie ne l'a pas épargné sur le plan personnel, il a voulu et toujours su cacher ses moments de détresse, réservant à quelques amis le motif de ses rares et précieux silences.

Ses obsèques à Sainte Cécile d'Albi ce 13 juin 1999 ont été à sa mesure, émouvantes, superbes et sobres, témoignage de la reconnaissance d'une ville, d'une province, d'une profession. En effet malgré l'étendue mondiale de ses relations, il réservait à l'Albigeois le meilleur de lui-même.

Ainsi la deuxième moitié du siècle qui s'achève aura vu, du moins en Ophtalmologie, s'épanouir le talent et l'ardeur d'un certain nombre de grandes personnalités à l'image de Pierre Amalric. Nous ne savons pas si le millénaire qui va s'ouvrir sera celui d'individualités de cette qualité, et si notre société permettra ou non leur émergence, nous le souhaitons ardemment.


Figure 1.

© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@