Free Article !

Journal of Neuroradiology
Vol 25, N° 2  - juillet 1998
p. 103
Doi : JN-07-1998-25-2-0150-9861-101019-ART75
Mémoire original FISTULES ARTÉRIO-VEINEUSES DURALES INTRACRÂNIENNES + DRAINAGE VEINEUX PÉRIMÉDULLAIRE
 

E. BRUNET, R. TACHE, F. LAFITTE, M. PIOTIN, Y. MIAUX, N. MARTIN-DUVERNEUIL, J. CHIRAS
Mémoire original

J. Neuroradiol.,

1998,

25

, 103-110

© Masson, Paris, 1998

FISTULES ART&EacuteRIO-VEINEUSES DURALES INTRACR&AcircNIENNES + DRAINAGE VEINEUXP&EacuteRIM&EacuteDULLAIRE

E. BRUNET, R. TACHE, F. LAFITTE, M. PIOTIN, Y. MIAUX, N. MARTIN-DUVERNEUIL, J. CHIRAS

Service de Neuro-Radiologie Charcot (P r J. Chiras), CHUPitié-Salpêtrière, 47, boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris.

Résumé

Les auteurs rapportent deux cas de fistules artério-veineuses durales (FAVD)intracrâniennes à drainage veineux périmédullaire se présentant, en imagerie parrésonance magnétique (IRM), par un hypersignal T2 suspendu de la moelle cervicale sansanomalie de signal de la moelle dorso-lombaire.

Dans un des deux cas, des vaisseaux périmédullaires ont été mis en évidence aprèsinjection de Gadolinium. L'angiographie médullaire n'a pas retrouvé d'image de fistulemais le retour veineux du cône était absent. L'angiographie cérébrale a permis detrouver une fistule durale à drainage veineux périmédullaire, de l'apex pétreux dansun cas et du trou occipital dans l'autre.

Le caractère suspendu à l'étage cervical de l'hypersignal T2 d'une FAVD à drainageveineux périmédullaire est rare. Il peut être source d'erreur ou de retard diagnostiqueet doit conduire, en cas de suspicion clinique de fistule durale, à la recherche de prisede contraste vasculaire en IRM sur la séquence en T1 après injection de gadolinium et àla réalisation d'une angiographie médullaire.

Si celle-ci ne montre pas de veine radiculo-médullaire sur les clichés tardifs, ilest nécessaire de compléter l'exploration par une angiographie cérébrale.

Mots-clés :

Fistule artério-veineuse durale intracrânienne. Drainage veineux.Moelle. Myélopathie ascendante. IRM. Angiographie cérébrale. Chirurgie. Embolisation.

Intracranial dural arteriovenous fistula with perimedullary venous drainage

Two cases of intracranial dural arterio-venous fistula (DAVF) with perimedullary venousdrainage are reported. In both cases, MRI T2-weighted (T2W) images showed an hypersignalwithin the cervical cord with sparing of the thoracic cord. In one case perimedullaryvessels were demonstrated on T1W images after gadolinium i.v. administration. A completespinal angiogram did not show evidence of fistula but demonstrated the lack ofopacification of the conus medullaris venous drainage. Cerebral angiogram demonstrated inthe first case a foramen magnum DAVF and in the second case a petrous apex DAVF.

Hypersignal limited to the cervical cord at MRI on T2W images remain exceptionnal incase of intracranial DAVF with perimedullary venous drainage. When neurological symptomsare suggestive, post gadolinium T1W sequences should be conducted, followed by selectivespinal angiogram. If normal venous drainage is not objectivated (e.g. opacification ofradiculo-medullary veins on the late phase), cerebral angiogram should be done to rule outan intracranial DAVF.

Key words :

Perimedullar dural fistula. Venous drainage. Spinal cord. Ascendingmyelopathy. MRI. Brain arteriography. Surgery. Embolization.

INTRODUCTION

Les fistules durales intracrâniennes à drainage veineux périmédullaires'apparentent par leur mode d'expression clinique au groupe des fistules duralesrachidiennes dont la première description précise remonte aux cas de Kendall et Logue en1977 [7] et qui ont fait, depuis, l'objet de nombreuses publications.

Les fistules durales intracrâniennes empruntant le drainage veineux périmédullairesont plus rarement rapportées.

Le premier cas a été décrit en 1982 par Woimant

et al.

[18].

Nous rapportons ici deux cas qui se présentent, de manière inhabituelle en IRM, parun hypersignal T2 isolé de la moelle cervicale.

OBSERVATIONS

Observation nÝ 1

Monsieur B... Maurice 60 ans est hospitalisé en septembre 1997 pour troublessphinctériens avec rétention d'urine suivie d'une pollakiurie nocturne. 48 h après, ilprésente une faiblesse des membres inférieurs, qui va récupérer spontanément en 3jours.

Vers la mi-janvier 1988, réapparaît une fatigue croissante des membres inférieurs,s'aggravant progressivement, avec impression de marcher sur un tapis ; quelques jours plustard, le patient ressent une faiblesse des membres supérieurs, et ne ressent plus lebesoin d'uriner.

En février 1988, on note une quadriparésie aux membres inférieurs avec babinskibilatéral s'accompagnant de troubles de la sensibilité profonde, notamment aux membressupérieurs. Une IRM montre une augmentation de volume du cordon médullaire de C2 à C5avec un hyposignal centro-médullaire en T1 et une zone d'hypersignal en T2 alors quel'IRM dorsale est normale

(fig. 1).

Un bilan artériographique montre une fistule artério-veineuse du trou occipital

(fig.2a)

alimentée par un rameau méningé de l'artère vertébrale, et un rameauméningé de l'artère occipitale droite.

La fistule se draine par des veines circumbulbaires vers les veines spinales cervicalespostérieure et antérieure, ceci jusque la région dorsale haute.

Sur le plan clinique, on assiste à une amélioration, puisque la marche redevientpossible sans aide, tandis que persiste l'incontinence urinaire.

Une intervention chirurgicale est décidée en mars 1988 devant la réapparition destroubles moteurs

(fig. 2b).

L'évolution postopératoire est favorable sur le plan moteur et sensitif (diminutiondes paresthésies).

L'IRM de contrôle un mois plus tard montre une diminution en intensité del'hypersignal T2 et un retour à la normale du volume de la moelle

(fig. 2c).

Observation nÝ 2

Madame B... Jeannine, 65 ans, présente depuis une dizaine d'années une sensationd'insécurité à la marche s'aggravant de façon progressive avec déviation vers ladroite ou vers la gauche sans chute.

Le 20 septembre 1995 lors du passage de la position assise à la position debout,Madame B... présente une gêne à la mobilisation du membre inférieur gauche. Larécupération de ce déficit est quasi-complète en 1 h 30 environ, mais il persiste unefatigabilité du membre inférieur gauche apparaissant après plusieurs centaines demètres de marche. On note de plus l'existence de dysesthésies du membre inférieurgauche et de la main gauche s'accompagnant de mictions impérieuses et d'épisodesd'incontinence urinaire intermittente. L'IRM de la moelle cervicale réalisée le 15janvier 1996

(fig. 3)

montre une moelle cervicale haute discrètement augmentée devolume avec en T2 un hypersignal s'étendant de la partie inférieure du bulbe jusqu'àC6-C7. Après injection de Gadolinium, il existe une petite prise de contrasteserpigineuse rétromédullaire.

Une angiographie médullaire cervicale comportant un cathétérisme sélectif desartères vertébrales et des artères cervicales de façon bilatérale, montre l'absencede malformation vasculaire de la moelle cervicale susceptible d'expliquer lasymptomatologie.

Sur l'IRM encéphalique et cervico-dorsale il n'y a pas d'anomalie à l'étageencéphalique. On retrouve simplement sur les coupes bulbaires, l'existence d'unhypersignal prolongeant celui déjà connu de la région cervicale.

Au niveau dorsal, après injection de Gadolinium, apparaît un rehaussement serpigineuxpérimédullaire évoquant des structures vasculaires dilatées.

Un complément d'angiographie médullaire dorsale réalisé le 20 février 1996,explorant l'ensemble des pédicules de façon bilatérale ne retrouve pas de malformationvasculaire de la moelle mais le retour veineux médullaire est absent.

Le 15 avril 1996, le déficit du membre inférieur gauche s'est aggravé et une gênedu membre inférieur droit s'est ajoutée. Il est apparu en outre un déficit des membressupérieurs relativement fluctuant.

Suite à une nouvelle ponction lombaire son état s'aggrave avec accentuation dudéficit des deux membres supérieurs et majoration du déficit des deux membresinférieurs.

Devant cette aggravation, la patiente est hospitalisée puis explorée dans notreservice.

Un complément angiographique incluant l'exploration des artères à destinéeencéphalique permet de montrer une fistule durale de l'apex pétreux gauche alimentéepar une branche méningée du siphon carotidien et une branche pétreuse de l'artèreméningé moyenne

(fig. 4)

. Le drainage veineux péri-mésencéphalique puispérimédullaire se prolonge jusqu'au cone.

Le traitement est réalisé dans le même temps par cathétérisme hyper-sélectif dela branche pétreuse de l'artère méningé moyenne et embolisation de la fistule par leN-butyl-cyanoacrylate

(fig. 5)

.

A 15 jours du traitement, le tableau clinique s'est stabilisé. Le contrôle IRMcervical à 3 mois montre une nette régression de l'hypersignal T2. Cette évolutionfavorable se confirme sur le contrôle à 9 mois

(fig. 5)

et s'associe à uneamélioration clinique nette.

DISCUSSION

Les fistules intracrâniennes à drainage veineux périmédullaire sont rares. En 1982,Woimant

et coll.

[18] rapportent en effet le premier cas de fistule intracrânienneà drainage veineux périmédullaire responsable d'un tableau de paraparésie avec signesbulbaires, guéri par traitement endovasculaire.

Les publications restent peu fréquentes sur ce sujet, et nous retrouvons actuellement24 cas dont 22 cas décrits [2, 3, 5, 6, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 16, 18, 19] et 2 cas quenous rapportons ici.

Seules 2 publications font une analyse rétrospective de la littérature [2, 15].

Les fistules intracrâniennes à drainage veineux médullaire ont des caractéristiquescommunes avec les FAVD à drainage veineux périmédullaire de siège dorsal oulombosacré et les FAVD intracrâniennes à drainage veineux cortical.

En effet, sur le plan anatomique, elles s'apparentent aux fistules dure-mériennesintracrâniennes à drainage veineux cortical puisque le shunt est situé dans la plupartdes cas à l'étage intracrânien ou plus rarement au niveau de la charnièrecervico-occipitale et que leur drainage se fait d'abord dans les veines cérébrales de lafosse postérieure.

Cependant, sur le plan clinique, elles s'apparentent beaucoup plus par lasymptomatologie médullaire déficitaire, observée dans la grande majorité des cas, àdes fistules dure-mériennes intrarachidiennes à drainage veineux périmédullaire ce quifait leur originalité.

Ce trait de particularité a conduit à revoir la classification de Djindjian et à lesconsidérer comme un groupe à part entière (type V) [3].

Ces fistules de type V s'accompagnent habituellement d'un hypersignal T2 dorsal et/oudu cône ; cependant on retrouve 7 cas où l'hypersignal T2 est suspendu à l'étagecervical : 5 dans la littérature [19, 11, 10, 2] et les deux cas cités ici

(cf.tableau).

Localisation du shunt

Sur l'ensemble de la population de fistule durale intracrânienne et à drainageveineux périmédullaire, dans les sept cas où l'hypersignal est localisé au niveau dela moelle cervicale, le siège du shunt est situé :

­ au niveau strictement intracrânien : 4 cas (tente du cervelet : 1 cas, apexpétreux : 2 cas, canal condylien : 1 cas),

­ à la jonction cervico-occipitale, c'est-à-dire au niveau du trou occipital : 2cas.

Ce qui est conforme à ce qui est observé dans les FAV de type V.

Les pédicules artériels sont des artères de type méningé provenant pour les sixcas où il est précisé :

­ de la carotide interne (3 cas),

­ ou de la carotide externe (6 cas).

Dans 3 cas sur 6, l'apport artériel est multipédiculaire.

Drainage veineux

Le drainage veineux se fait en général par une veine plus ou moins dilatée, quigagne le réseau périmédullaire hypertrophié, antérieur dans tous les cas où il estdécrit (5 cas), associé à un drainage postérieur dans 3 cas.

Dans tous les cas, le drainage est de type descendant, celui-ci ne peut être suivi defaçon précise que dans 5 observations, où l'accentuation du réseau veineuxpérimédullaire est mise en évidence jusqu'au niveau cervico-dorsal [10], dorsal hautdans un cas et dorsal inférieur dans deux cas dont l'observation nÝ 2.

Dans les autres cas, il n'est pas précisé.

Dans tous ces cas, le retour veineux médullaire de l'artère du renflement lombairen'est pas visible dans des délais normaux.

Parmi les fistules de type V l'on peut différencier deux sous-groupes selonl'importance du drainage veineux anormal [3, 2]. Le premier correspond à des fistules detype V dont le drainage périmédullaire gagne une veine radiculo-médullaire à l'étagecervical ne donnant pas d'atteinte médullaire clinique ; le second groupe se caractérisepar l'extension du drainage veineux périmédullaire anormal jusque l'étage dorsolombaireet est alors associé à une myélopathie clinique. Le drainage veineux périmédullairedes 2 fistules présentées ici est en concordance avec ce dernier groupe.

L'absence de visualisation du retour veineux médullaire normal traduit la stase dansle territoire vasculaire de la moelle et pour Willinsky

et al.

[17] un retourveineux médullaire normal élimine le diagnostic de fistule à drainage veineuxmédullaire.

A l'inverse, toute absence de retour veineux doit faire rechercher une fistule quel quesoit son siège spinal, intracrânien ou sacré.

Si le drainage veineux de la fistule artério-veineuse était visible jusqu'au cônedans une de nos deux observations, dans un cas sur deux il existe manifestement une voiede drainage médullo-radiculaire au niveau de la charnière cervico-dorsale (cas nÝ 2,

fig.4

).

Il est possible que la persistance de ce mode de drainage préférentiel puisse agircomme une voie de dérivation évitant ainsi une hyperpression trop importante au niveaude la moelle dorsale basse et du cône expliquant par ce biais la localisationpréférentielle et unique de l'hypersignal au niveau de la moelle cervicale.

IRM

Dans le premier sous-groupe décrit précédemment où le drainage veineuxpérimédullaire ne s'accompagne pas d'un retentissement clinique déficitaire sur lamoelle, l'IRM médullaire cervicale ou dorsale apparaît normale.

Dans le deuxième sous-groupe donnant une myélopathie clinique, en T1, on retrouveparfois un discret hyposignal et après injection de gadolinium, l'existence de prises decontraste vasculaires périmédullaires, signes qui ont été montrés, dans les fistulesdurales intrarachidiennes à drainage veineux périmédullaire [8]. L'hypersignal T2, dansla majorité de ces cas, affecte la moelle dorsale basse et le cône terminal, s'associantsouvent à une augmentation du volume de la moelle.

Plus rares sont les cas correspondants à des fistules à symptomatologie médullairepour lesquelles l'IRM de la moelle dorsale ou lombaire apparaît normale avec en revancheun hypersignal localisé au niveau de la moelle cervicale. Cinq cas de cette variété ontété rapportés dans la littérature. Nous en rapportons également deux nouvellesobservations. Il nous paraît important d'insister sur l'aspect inhabituel de cesanomalies qui risquent d'entraîner un retard diagnostic préjudiciable pour les patients.

Il faut donc insister sur la mise en évidence sur l'IRM après injection degadolinium, des prises de contraste périmédullaires qui doivent inciter à réaliser uneangiographie médullaire exhaustive.

Lorsque la dilatation veineuse périmédullaire fait défaut certains auteurspréconisent la réalisation d'une angiographie par résonance magnétique [1, 4]. Cesmêmes auteurs ont retrouvé une extension bulbaire de l'hypersignal T2 significativementplus fréquente dans les FAVD intracrâniennes à drainage périmédullaires que lors desFAVD intrarachidiennes.

Traitement

Sur le plan thérapeutique le traitement endovasculaire apparaît le mieux adapté pource type de fistule lorsqu'il est réalisable même dans des conditions difficiles et cecidépend essentiellement du siège du shunt.

En effet si une intervention chirurgicale peut être réalisée dans des conditionssatisfaisantes au niveau du trou occipital, il n'en est pas de même au niveau de l'apexpétreux où le risque de complication postopératoire est majeur. Dans ce type delocalisation ce qui est le cas de notre deuxième observation, il apparaît essentiel deproposer en première intention un traitement endovasculaire par le N-butyl-cyanoacrylate.En effet le risque de reperméabilisation de ces fistules après traitement par desparticules type PVA est élevé.

Le contrôle IRM après traitement doit montrer un retour à la normale du diamètre dela moelle et une régression de l'hypersignal T2 médullaire ainsi qu'une disparition desprises de contrastes vasculaires périmédullaires sur les séquences T1 Gd [1].

CONCLUSION

Bien que rares, les fistules intracrâniennes à drainage veineux périmédullaire,doivent être systématiquement recherchées devant un tableau clinique et une IRMévocateurs.

L'IRM est déterminante en montrant un hypersignal en T2 de la moelle associé àl'existence de prises de contraste vasculaires périmédullaires en T1 après injection degadolinium.

L'existence d'un hypersignal T2 &laqno; suspendu + à la moelle cervicale restetout à fait compatible avec le diagnostic de FAVD intracrânienne à drainage veineuxpérimédullaire comme cela apparaît dans nos deux observations.

L'angiographie médullaire qui complète l'exploration IRM doit être exhaustive encomprenant outre l'exploration des artères lombaires et dorsales celle des artèrescervicales, intracrâniennes ou sacrées pour ne pas risquer de méconnaître la fistuleet retarder la prise en charge thérapeutique.

Article reçu le 20 novembre 1997. Accepté le 15 février 1998.

Tirés à part :

E. Brunet.

a, b

Fig. 1. ­ Cas nÝ 1 : Patient de 60 ans présentant un tableau clinique deparaparésie fluctuante puis une quadriplégie.

IRM. Coupes sagittale (a) et axiale (b) cervicales pondérées T2 (TR : 2 500 ms, TE : 90ms). Hypersignal franc de la moelle cervicale.

Fig. 1. ­

Case nÝ 1 : 60-year-old man presenting with fluctuant paraparesis andquadriplegia. MRI. T2-weighted sequence, sagittal (a) and axial (b) sections : high-intensity signalinside the cervical spinal cord.

a

b

c

Fig. 2. ­ Cas nÝ 1.

2a : Opacification de l'artère vertébrale droite. Incidence de profil à l'étagecervical haut. La fistule se situe au niveau du trou occipital. Le drainage veineuxanormal empreinte des veines dilatées cervicales périmédullaires postérieure etantérieure.

2b : Opacification des artères carotide commune et vertébrale droites ; incidence deprofil. Contrôle de la fistule après cure chirurgicale. Disparition du drainage veineuxpérimédullaire anormal de la fistule.

2c : IRM. Coupe axiale cervicale pondérée T2 (TR : 2 500 ms, TE : 90 ms).Atténuation de l'hypersignal T2 centromédullaire 2 mois après le traitement de la FAVD.

Fig. 2. ­

Case nÝ 1.

2a : Selective angiography of the right vertebral artery : lateral view. The shuntzones lies on the occipital foramen. The venous drainage is descending towards theanterior and posterior spinal veins.

2b : Angiography of the right common carotid and vertebral artery. Lateral view. Theabnormal venous drainage has disappeared.

2c : MRI. T2-weighted sequence, axial section ; MR image at two month follow-upshows persistent hypersignal within a cervical cord which remains mildly swollen.

a

b

c

Fig. 3. ­ Cas nÝ 2 : Patiente de 65 ans présentant un tableau clinique deparaparésie progressive fluctuante.

3a : IRM. Coupe cervicale sagittale médiane pondérée en T2 FSE (TR : 3 000 ms, TE :100 ms). Hypersignal intense suspendu à l'étage médullaire cervical. Extensionsupérieure de l'hypersignal au bulbe.

3b : IRM. Coupe cervicale sagittale pondérée en T1 (TR : 600 ms, TE : 11 ms).Hyposignal centromédullaire cervical.

3c : IRM. Coupe cervicale sagittale médiane pondérée en T1 après injection deGadolinium. On note des foyers de rehaussements vasculaires péri-médullaires (flèches).

Fig. 3.

­ Case nÝ 2 : 65 year-old-woman with progressive paraparesis.

3a : MRI. T2-weighted sequence, sagittal section : centrospinal high-intensitysignal lies inside the cervical spinal cord sparing thoracic spinal cord.

3b : MRI. T1-weighted sequence, sagittal section : centrospinal low-intensitysignal.

3c : MRI. Gadolinium-enhanced T1-weighted sequence shows tiny enhancinganteromedullary and retromedullary structures (arrow).

a

b

Fig. 4. ­ Cas nÝ 2.

Artériographie sélective de la carotide interne gauche de face (4a) et en obliqueantérieur gauche (4b). La veine de drainage de la fistule durale de localisationpétreuse présente un trajet descendant péri-ponto-mésencéphalique avant de rejoindreune veine péri-médullaire cervicale antérieure dilatée (4a).

Veine de drainage de la fistule à l'étage cervical (4b). Il existe une seule veine dedrainage de type radiculo-médullaire à l'étage cervical inférieur (tête de flèche).

Fig. 4.

­ Case nÝ 2.

Selective angiography of the left internal carotid artery. Frontal view (4a) andoblique view (4b). The shunt is located on the apex of petrous portion of temporal bone.

Draining vein at the cervical level (4b). There is a single radiculomedullarydraining vein (arrowhead).

a

b

c

d

Fig. 5. ­ Cas nÝ 2.

5a : Clichés en fin d'embolisation par NBCA de la fistule. Le micro cathéter est dansle rameau pétreux de l'artère méningée moyenne.

5b et 5c : Coupes scanographiques en fenêtre osseuse centrées sur l'apex pétreuxpuis sur l'angle pontocérébelleux gauche. Le matériel emboligène est visualisé sur lesite de la fistule (5b) et dans une veine de drainage pontomésencéphalique (5c).

5d : IRM cervicale de contrôle à 9 mois après embolisation de l'hypersignal T2 de lamoelle cervicale. Régression nette de l'oedème médullaire qui était associée à uneamélioration clinique.

Fig. 5. ­

Case nÝ 2.

5a : Posttreatment frontal view of the dural AVF. Embolization with isobutylcyanoacrylate of the petrous branch of the meningeal artery.

5b and 5c : Posttreatment CT (bone window) shows focal high-density areascorresponding to embolic material into the dural AVF (5b) and into a pontomesencephalicvein (5c).

5d : MRI : Posttreatment (9 months) T2-weighted sequence shows a partial resolutionof swelling and high-intensity. Clinical improvement.

FAVD intracrâniennes à drainage veineux périmédullaires - Hypersignal T2&laqno; suspendu + à la moelle cervicale

Intracranial dural fistulas with perimedullary venous drainage ­ T2 hypersignal insidecervical spinal cord.Age, sexeIRMSiège de la FAVAfférenceDrainage veineux périmédullaireVRM cervicale Wrobel 43, M + Apex pétreux droit AOcc D

RMCI D Ant et Post

dorsal NC Wrobel 42, M + Tente cérébelleuse AOcc G APA TMH Ant et Post NC Mascalchi 53, M + Canal condylien APA G Ant puis Post NC Partington 74, M + Foramen Magnum AMP NC NC Brunereau + NC NC Cas nÝ 1 60, H + Foramen Magnum AMP D Ant et Post 0 Cas nÝ 2 65, F + Apex pétreux G RMCI G

AMM G Ant vers Cone +

Abréviations :

AOcc, artère occipitale ; RMCI, rameau méningé de la carotideinterne ; APA, artère pharyngienne ascendante ; AMP, artère méningée postérieure ;AMM, artère méningée moyenne ; FAV, fistule artério-veineuse ; VRM, veineradiculo-médullaire ; Ant, antérieur ; Post, postérieur ; NC, non communiqué.

Références

1. Bowen BC, Fraser K, Kochan JP, Pattany PM, Green BA, Quencer RM. Spinal duralarteriovenous fistulas : evaluation with MR angiography. AJNR : Am J of Neuro 1995; 16 (10) : 2029-43.
2. Brunereau L, Gobin YP, Meder JF, Cognard C, Tubiana JM, and Merland JJ. IntracranialDural arteriovenous fistulas with spinal venous drainage : relation between clinicalpresentation and angiographic findings. AJNR : Am J Neuroradiol 1996 ; 17 :1549-1554.
3. Cognard C, Gobin YP, Pierot L et al. Cerebral dural arteriovenous fistulas:clinical and angiographic correlation with a revised classification of venous drainage. Radiology 1995 ; 194 : 671-680.
4. Djindjian R, Merland JJ, Theron J. Superselective arteriography of the externalcarotid artery. New York, NY : Springer-Verlag, 1977 ; 606-628.
5. Gaensler EHL, Jackson DE, Halbach VV. Arteriovenous fistulas of the cervicomedullaryjunction as a cause of myelopathy : radiographic findings in two cases. AJNR : Am JNeuroradiol 1990 ; 11 : 518-521
6. Gobin YP, Rogopoulos A, Aymard A, Khayata M, Reizine D, Chiras J, Merland JJ.Endovascular treatment of intracranial dural arteriovenous fistulas with spinalperimedullary venous drainage. Journal of Neurosurgery 1992 ; 77 (5) :718-23.
7. Kendall BE, Logue V. Spinal epidural angiomatous malformation draining intointrathecal veins. Neuroradiology 1977 ; 13 : 181-9.
8. Koenig E, Thron A, Schrader V, Dichgans J. Spinal arteriovenous malformations andfistulae : clinical, neuroradiological and neurophysiological findings. Journal ofNeurology 1989 ; 236 (5) : 260-6.
9. Mahagne MH, Rogopoulos A, Paquis Ph et al. Fistules artério-veineusesdurales intracraniennes à drainage veineux médullaire. Rev Neurol (Paris) 1992 ; 148: 789-92.
10. Mascalchi M, Bianchi MC, Quilici N, Mangiafico S, Ferrito G, Padolecchia R,Bartolozzi C. MR angiography of spinal vascular malformations. AJNR : American Journalof Neuroradiology 1995 ; 16 (2) : 289-97.
11. Partington MD, Rufenacht DA, Marsh WR, Piepgras DG. Cranial and sacral duralarteriovenous fistulas as a cause of myelopathy. Journal of Neurosurgery 1992 ; 76 (4) : 615-22.
12. Picard L, Bracard S, Moret J, Per A, Giacobbe HL, Roland J. Spontaneous duralarteriovenousfistulas. Semi Intervent Radiol 1987 ; 4 : 219-241.
13. Rivierez M, Gazengel J, Chiras J et al. Les fistules artérioveineusesvertébro-durales du trou occipital à drainage médullaire: deux observations. Neurochirurgie 1991 ; 37 : 179-184.
14. Symon L, Kuyama H, Kendall B. Dural arteriovenous malformations of the spine.Clinical features and surgical results in 55 cases. J Neurosurg 1984 ; 60 : 238-247.
15. Vasdev A, Lefournier V, Bessou P, Dematteis M, Crouzet G. Intracranial duralfistula with spinal cord venous drainage: A propos of 2 cases. J Neuroradiol 1994 ; 21 (2) : 134-154.
16. Versari PP, D'Aliberti G, Talamonti G, Branca V, Boccardi E, Collice M. Progressivemyelopathy caused by intracranial dural arteriovenous fistula: report of two cases andreview of the literature. Neurosurgery 1993 ; 33 (5) : 914-8 ; discussion918-9.
17. Willinsky R, terBrugge K, Montanera W, Wallace MC, Gentili F. Spinal epiduralarteriovenous fistulas : arterial and venous approaches to embolization. AJNR :American Journal of Neuroradiology 1993 ; 14 (4) : 812-7.
18. Woimant F, Merland JJ, Riché MC et al. Syndrome bulbo-médullaire enrapport avec une fistule artèrio-veineuse méningée du sinus latéral à drainageveineux médullaire. Rev Neurol 1982 ; 138 : 559-566.
19. Wrobel C, Oldfield E, DiChiro G, Tarlov E, Baker R, Doppman J. Myelopathy due tointracranial dural arteriovenous fistulas. J Neurosurg 1988 ; 69 : 934-939.




© 1998 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline