Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

Annals of Physical and Rehabilitation Medicine
Volume 55, n° S1
page e89 (octobre 2012)
Doi : 10.1016/j.rehab.2012.07.224
Appareillage des membres inférieurs, orthèses, prothèses (II) : communications affichées / Lower limb devices, orthosis, prosthesis (II): posters

La canne Schlick évaluée par l’ergonome J. Amar en 1915
 

R. Dolhem
CEM CR, 17, rue de Lydéric, 59043 cedex Lille, France 


Mots clés : Canne Schlick


Introduction .– L’ingénieur mécanicien Emile Schlick de Nancy demanda un brevet d’invention, en mai 1915 à l’Office national de la propriété industrielle, pour une canne-soutien à appui fixe ou flexible de l’avant-bras [1].

Cette canne innovante fit l’objet, quelques mois plus tard, d’une étude expérimentale, ergonomique de la part de J. Amar (1879–1935), professeur au CNAM de Paris et du chirurgien T. Tuffier (1857–1929), chirurgien consultant des armées d’opérations [2].

Amar estimait que « les renseignements concernant l’analyse de ces modes de locomotion et la rééducation fonctionnelle ne sauraient être plus longtemps laissés à l’empirisme ».

Matériel .– Après avoir décrit les caractéristiques de la canne-soutien Schlick selon le brevet déposé, nous évoquons l’utilisation, dans cette étude appliquée, de l’arthrodynamomètre, instrument imaginé par J. Amar, qui permet de mesurer l’amplitude du mouvement et le moment moteur de l’effort musculaire.

J. Amar évalue, par ailleurs, « le prix énergétique de la marche, tantôt à cannes et tantôt à béquilles, à la même allure. L’évaluation est faite en calories d’après la consommation effective d’oxygène respiré, suivant un dispositif de mesurage ».

Conclusion .– Au terme de l’étude physiologique et ergonomique de la canne Schlick, J. Amar conclut que « le centre de gravité ne subit que de faibles oscillations, la marche s’effectue sans gaspillage d’énergie et le blessé n’a plus à redouter l’un ou l’autre des risques signalés ». En effet, un grand nombre de blessés de la Grande Guerre utilisait des béquilles axillaires avec le risque de développer la paralysie des béquillards [3] ; le port de la canne Schlick éliminait cette pathologie iatrogène et diminuait le prix énergétique de la marche.

Top of the page
Références

Schlick E. Canne-soutien à appui fixe ou flexible de l’avant-bras. Brevet d’invention no479.036, demandé le 7 mai 1915, délivré le 13 novembre 1915. République française. Office national de la propriété industrielle. 3 p.
Tuffier T, Amar J. Cannes et béquilles en orthopédie dynamique. Modèle scientifique d’une canne-soutien. Académie des Sciences, séance du 13 septembre 1915. Comptes rendus hebdomadaires des séances. Tome 161, juillet–décembre 1915, p. 302–4.
Dolhem R. La canne en T d’André Maginot. J Readapt Med;19(3):86–90.


Top of the page

© 2012  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@