@@110897@@ @@107387b@@ vendredi 31 octobre 2014
Stomathérapie et éducation thérapeutique


Soins

Geneviève Langlois
[1] Stomathérapeute, Groupe Bichat-Claude-Bernard (AP-HP), Paris (75), secrétaire de l’Afet, Lyon (69)

Les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) de juin 2007 précisent les modalités d’organisation de l’éducation thérapeutique dans le cas de maladies chroniques. Si la stomie n’est pas une maladie chronique, elle résulte souvent d’affections chroniques invalidantes (cancers, maladies inflammatoires chroniques ou malformations congénitales). De plus, elle peut évoluer vers des complications sérieuses et entraîner, en l’absence d’une prise en charge appropriée, une diminution de la qualité de vie du patient.

Vers l’autonomie et une qualité de vie optimale

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) stomisé s’adresse au patient lui-même, à ses proches (parents d’enfants stomisés), mais aussi à la personne ressource choisie par le patient. Complémentaire et indissociable des traitements et des soins, elle contribue à améliorer la qualité de vie et la santé de ce dernier.

Les objectifs de la démarche d’ETP sont pour le patient d’acquérir les compétences d’auto-soins et d’adaptation adéquates, d’intégrer les connaissances physiologiques et médicales liées à sa pathologie et d’accepter l’idée d’être malade et de devoir apprendre pour maintenir ou retrouver son autonomie et sa qualité de vie.

L’ETP du patient stomisé est pratiquée par des infirmières ayant acquis non seulement des compétences éducatives mais aussi une formation spécifique complète sur les soins aux porteurs de stomies et de fistules, validée par un certificat clinique en stomathérapie. Grâce à leur expérience, elles sont les experts d’un savoir-être et d’un savoir-faire exceptionnels. Par respect pour l’intimité du patient, l’ETP est réalisée dans un lieu dédié.

La relation d’aide au coeur du processus d’apprentissage

En pratique et dans l’idéal, tout patient stomisé, futur stomisé ou porteur de fistule doit être présenté à l’infirmière stomathérapeute (ET).Il est, en effet, indispensable d’établir une relation soignant-soigné dès la connaissance de la réalisation de la stomie. Grâce à une écoute active et attentionnée, cette relation d’aide et de soutien permet d’accompagner le patient dans ses deuils et de l’aider à se réapproprier une image positive de soi.

Un dossier éducatif recense l’identité de ce dernier, des éléments de son projet de vie personnel et professionnel, ainsi que la nature de l’intervention prévue ou réalisée et le type de stomie. Noter les éléments de compréhension fournis par le patient sur sa maladie, l’intervention et les stomies permet de réajuster les connaissances qu’il doit acquérir. Enfin, repérer les obstacles et les difficultés d’apprentissage, les ressources et l’état psychologique de ce dernier permet d’adapter le programme éducatif.

Toutes ces données permettent d’élaborer un diagnostic éducatif en identifiant les besoins et les attentes du patient relatifs à son projet de vie. Un programme d’ETP personnalisé est proposé avec des séances planifiées. Les outils permettant cette éducation doivent être construits (schémas, brochures, vidéos, fiches techniques de soins, affiches, etc.) en fonction du type de mémoire que le patient utilise (visuelle ou auditive).

Les compétences acquises et restant à acquérir, ainsi que l’autonomie du patient sont évaluées au fil des séances. En effet, un changement de comportement face à la maladie ou de l’état de santé du patient peut nécessiter une réactualisation des compétences. Le déroulement des séances doit également être évalué et peut être modifié en fonction des demandes et des réflexions du patient. Le suivi éducatif doit être maintenu après la sortie de l’hôpital pour réévaluer périodiquement les compétences acquises et corriger les mauvaises habitudes prises au fil du temps.

Des recommandations professionnelles

L’Association française des entéro-stomathérapeutes (Afet) a élaboré et publié en 2003 des guides de bonnes pratiques pour les stomisés digestifs, urinaires et pédiatriques1. Ces guides sont la base pratique des recommandations professionnelles établies par des experts.

L’idée d’un projet éducatif commun a vu le jour lors des Journées annuelles de formation pour les ET d’octobre 2007 suite à une conférence sur le sujet d’Anne-Françoise Pauchet-Traversat, coordonnatrice de projet à la HAS. Ce travail commun se justifie par la nécessité d’évaluer à plus ou moins long terme les pratiques professionnelles des stomathérapeutes et de les comparer. Partir avec les mêmes outils facilitera cette tâche.

Stomathérapie et éducation thérapeutique, les points à retenir

  • L’éducation thérapeutique (ET) de la personne stomisée entre dans le cadre de l’éducation thérapeutique des patients atteints de maladie chronique.
  • Elle a pour objectif l’autonomie du patient et l’amélioration de sa qualité de vie.
  • Elle est pratiquée par des infirmières stomathérapeutes.
  • Elle consiste en une relation soignant-soigné d’aide et de soutien.
  • Un dossier éducatif permet d’établir un diagnostic éducatif et un programme d’éducation thérapeutique personnalisé et modulable.
  • Les compétences acquises, celles restant à acquérir et l’autonomie du patient sont évaluées au fil des séances, qui doivent se poursuivre après l’hospitalisation.
  • L’Association française des entérostomathérapeutes (Afet) a élaboré et publié en 2003 des guides de bonnes pratiques.




@@#104089@@


1
Voir Montandon S, Guyot M, Bôll G. Les guides de bonnes pratiques en stomathérapie. Soins 2008 ; 728 : 39-40.





© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.