@@110897@@ @@107387b@@ samedi 25 octobre 2014
neurologie
Imagerie des traumatismes crâniens par arme à feu


Journal de radiologie

Figure 1

Figure 1a

Figure 1b

Figure 1c

Artefacts métalliques d’une balle de 22 LR encastrée dans le rocher gauche.a Scanner en coupe axiale montrant de nombreux artefacts métalliques gênant l’interprétation de l’image au niveau de la balle mais également au niveau du tronc cérébral.b Radiographie de profil du crâne permettant une très bonne analyse des contours de la balle ainsi que des autres débris métalliques. c Ces débris métalliques sont également bien analysés grâce au topogramme de repérage du scanner.
Figure 2

Figure 2a

Figure 2b

Balle de 22 LR à l’origine d’un traumatisme crânien non pénétrant.a Scanner en coupe frontale et fenêtre osseuse montrant la balle encastrée dans le rocher gauche.b En fenêtre parenchymateuse, même si la balle n’a pas pénétré dans le parenchyme cérébral, elle est à l’origine d’une contusion parenchymateuse oedémato-hémorragique en regard du point d’impact (flèche) du fait de l’onde de choc de la balle contre l’os.
Figure 3

Orifice d’entrée et orifice de sortie chez un patient adressé pour une tentative de suicide par arme à feu. Scanner en coupe axiale et fenêtre parenchymateuse montrant l’orifice d’entrée temporal droit qui est de taille équivalente au calibre de la balle et de bords nets (flèche) tandis que l’orifice de sortie temporal gauche est de taille plus importante, de bord plus irrégulier et est évasé sur son versant externe (tête de flèche).
Figure 4

Traumatisme balistique par agression. Reconstruction scanographique 3D surfacique montrant l’orifice d’entrée frontal antérieur. Notez également les traits de fracture irradiant depuis l’orifice d’entrée, bien visibles sur cette reconstruction 3D.
Figure 5

Figure 5a

Figure 5b

Figure 5c

Figure 5d

Tentative de suicide par 22 LR avec orifice d’entrée au niveau du palais osseux.a Scanner initial en coupe sagittale et fenêtre parenchymateuse montrant le trajet balistique ascendant depuis le palais osseux jusqu’à l’os frontal. La faible vélocité de la balle ainsi que l’angle de percussion tangentiel de celle-ci avec l’os frontal explique le ricochet de la balle sur l’os frontal. Notez toutefois l’embarrure au point d’impact frontal.b Scanner de contrôle à 10 jours montrant un déplacement spontané de la balle par les espaces péri-cérébraux vers la région occipitale.c Angio-scanner de contrôle à 10 jours, avec injection de produit de contraste iodé au temps artériel et reconstruction en MIP épais, mettant en évidence un petit faux anévrisme post-traumatique d’une branche fronto-polaire de l’artère cérébrale antérieure (flèche).d Artériographie cérébrale en reconstruction 3D et vue sagittale, confirmant la présence du petit faux anévrisme post-traumatique (flèche).
Figure 6

Figure 6a

Figure 6b

Scanner d’un patient pris en charge pour un traumatisme balistique par agression avec impact frontal gauche. La balle est restée en position extra-crânienne mais est à l’origine d’une fracture de l’os frontal responsable de projectiles osseux secondaires pénétrants et vulnérants avec lésions parenchymateuses frontales gauches.a Coupe axiale en fenêtre osseuse.b Coupe axiale en fenêtre parenchymateuse.
Figure 7

Figure 7a

Figure 7b

Figure 7c

Figure 7d

Tentative de suicide par arme à feu avec orifice d’entrée temporal droit. Scanner initial mettant en évidence des signes d’œdème cérébral diffus, de mauvais pronostic (décès du patient).a Disparition des citernes de la base et du 4e ventricule.b Effacement des ventricules latéraux.c Effacement des sillons corticaux.d Artériographie cérébrale par voie veineuse confirmant l’absence d’opacification des artères encéphaliques traduisant la mort cérébrale.
Figure 8

Reconstruction scanographique 3D surfacique. Impact temporal gauche avec fracas osseux complexe de la face.
Figure 9

Figure 9a

Figure 9b

Figure 9c

Scanner d’un traumatisme balistique facial et crânien avec orifice d’entrée ptérionel gauche et trajet interorbitaire.a Fracas osseux complexe de la face et des sinus.b Impact ptérionel gauche (flèche), trajet interorbitaire délabrant (perte du globe oculaire droit, rupture du nerf optique gauche).c Notez également le volumineux hématome intraparenchymateux frontal gauche, secondaire à l’onde de choc.
Figure 10

Figure 10a

Figure 10b

Traumatisme balistique avec impact temporal droit et décès du patient.a Scanner cérébral montrant un trajet balistique interhémisphérique et transventriculaire, de mauvais pronostic, ainsi qu’un œdème cérébral diffus.b Scanner cervical avec reconstruction en MIP épais superposant l’atlas et l’axis, mettant également en évidence une subluxation rotatoire de C1 sur C2.
Figure 11

Figure 11a

Figure 11b

Scanner de contrôle pour surveillance d’un faux anévrisme de la carotide interne droite secondaire à un traumatisme balistique.a Scanner en fenêtre osseuse, balle encastrée dans le rocher droit, venant au contact du canal carotidien (tête de flèche).b En fenêtre parenchymateuse, après injection intraveineuse de produit de contraste iodé, mise en évidence d’un faux anévrisme de la carotide interne droite (flèche) au contact de la balle (tête de flèche).
Figure 12

Figure 12a

Figure 12b

Figure 12c

Contrôle évolutif d’un traumatisme crânien par arme à feu.a Scanner initial avec trajet balistique bi-frontal.b Scanner de contrôle à J7 : volet de craniectomie de la convexité droite et diminution de l’hyperdensité spontanée de l’hématome.c Scanner de contrôle à 5 ans : séquelles parenchymateuses hypodenses, cranioplastie de la convexité droite et persistance de fragments métalliques intracrâniens.






© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.