Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les inhibiteurs du goût sucré : perspectives thérapeutiques - 30/10/15

Doi : 10.1016/j.cnd.2015.02.003 
Maud Sigoillot, Anni Laffitte, Fabrice Neiers, Loïc Briand
 INRA UMR1324, CNRS UMR6265, université de Bourgogne, centre des sciences du goût et de l’alimentation, 17, rue Sully, BP 86510, 21000 Dijon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Cette mise au point résume et discute des connaissances actuelles concernant le rôle physiologique du récepteur du goût sucré (T1R2/T1R3) ainsi que les potentielles perspectives thérapeutiques résultant de son inhibition. En dehors de la bouche, l’expression fonctionnelle du récepteur au goût sucré a également été décrite dans de nombreux autres tissus, où il a été proposé qu’il puisse participer à la régulation des processus métaboliques. Parmi ces organes, nous pouvons citer l’intestin, le pancréas, la vessie, le cerveau, mais aussi les tissus osseux et adipeux. Dans l’intestin, il a été montré que le récepteur T1R2/T1R3 est impliqué dans la détection de glucose luminal, la libération de cytokines ainsi que de certaines hormones de satiété, l’expression de transporteurs de glucose et enfin, le maintien de l’homéostasie du glucose. Très récemment, il a été proposé que le récepteur du goût sucré soit impliqué dans la régulation de l’adipogenèse et la régulation des fonctions biologiques des os. Dans cette mise au point, nous allons résumer les connaissances sur différents inhibiteurs du goût sucré, tels que l’acide gymnémique, l’inhibiteur protéique appelé gurmarine ou le lactisole. Leur mécanisme d’action sur le récepteur sera discuté. L’identification de nouveaux rôles du récepteur du goût sucré relance l’intérêt de moduler son activité via des inhibiteurs et ouvrent des perspectives potentielles intéressantes notamment concernant le traitement de l’obésité et certaines maladies métaboliques telles que le diabète et l’hyperlipidémie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

This review summarizes and discusses the current knowledge concerning the physiological role of the sweet taste receptor (T1R2/T1R3) and the potential therapeutic perspectives concerning its inhibition. The functional expression of the sweet taste receptor has also been described in many extra-oral tissues where it has been proposed that the receptor participated in the regulation of metabolic processes. The receptor has been highlighted in various organs such as the intestine, pancreas, bladder, brain, and more recently in the bone and adipose tissue. In the intestine, T1R2/T1R3 receptor has been shown to be involved in the detection of luminal glucose, cytokine release of certain hormones of satiety, expression of carriers of glucose and maintenance of homeostasis of glucose. More recently, it has been proposed that the sweet taste receptor is involved in the adipogenesis regulation and biological function of bones. In this review, different inhibitors will be described including gymnemic acid, the sweet-taste suppressing protein, gurmarin and lactisole. Their mechanism of inhibition will be discussed. The identification of new roles of the sweet taste receptor relaunches the interest for sweet taste inhibitors or blockers and makes it as a potential and promising target for obesity and metabolic diseases cure such as diabetes and hyperlipidemia.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Goût, Récepteur, Édulcorant, Inhibiteur, Obésité, Diabète

Keywords : Taste, Receptor, Sweetener, Inhibitor, Obesity, Diabetes


Plan


 Texte d’une conférence de Loïc Briand aux Journées francophones de nutrition à Bruxelles en décembre 2014.


© 2015  Société française de nutrition. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 50 - N° 5

P. 252-261 - novembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Lipides et obésité : aussi une histoire de goût ?
  • Philippe Besnard
| Article suivant Article suivant
  • Alimentation et cancer colorectal
  • Lionel Lafay, Raphaëlle Ancellin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.