Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Rapport protéinurie/créatininurie : quelle place dans le diagnostic de la pré-éclampsie ? - 03/11/15

Doi : 10.1016/j.jgyn.2015.04.006 
L. Bejjani a, S. Nedellec a, J. Taïeb b, E. Thervet c, A. Benachi a,
a Service de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction, hôpital Antoine-Béclère, AP–HP, université Paris Sud, 157, rue de la Porte-de-Trivaux, 92140 Clamart, France 
b Service de biochimie, hôpital Antoine-Béclère, AP–HP, université Paris Sud, 157, rue de la Porte-de-Trivaux, 92140 Clamart, France 
c Service de néphrologie, hôpital européen Georges-Pompidou, AP–HP, université Paris Descartes, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La pré-éclampsie demeure l’une des complications majeures de la grossesse. Le diagnostic est porté sur la détection, à partir de 20 semaines d’aménorrhées, d’une hypertension artérielle et d’une protéinurie. À l’heure actuelle, l’examen de référence pour la confirmation d’une protéinurie significative est le dosage pondéral de la protéinurie mesurée sur 24heures. La pertinence de ce test au cours de la grossesse a été remise en question par plusieurs auteurs, notamment en ce qui concerne l’obtention d’un recueil complet, mais également quant au délai d’attente du résultat qui peut retarder la prise en charge. De nombreuses études se sont intéressées au rapport protéine/créatinine sur échantillon urinaire (P/C) comme alternative à la protéinurie des 24h. Largement utilisé en dehors de la grossesse, ce test paraît séduisant par sa rapidité et sa facilité de réalisation. Dans ce papier, nous étudions les différentes méta-analyses et recommandations qui se sont intéressées à son utilisation pendant la grossesse et proposons un algorithme pour son utilisation en pratique dans une démarche diagnostique en cas de suspicion de pré-éclampsie. Ce test serait utile pour éliminer une protéinurie significative en cas de suspicion de pré-éclampsie avec un seuil optimal de 30mg/mmol. Toute valeur supérieure à ce seuil devrait être revérifiée par une protéinurie des 24heures.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Preeclampsia remains a serious and feared complication of pregnancy. Its diagnosis is confirmed upon detection of hypertension and significant proteinuria starting from 20 weeks of gestation. The 24-hour urine collection is considered to be the gold standard test for quantitative diagnosis of proteinuria despite its downsides. Recent studies have brought into question its accuracy during pregnancy as complete samples are hard to get, but above all, as this time consuming procedure often delays treatment and may preclude optimal management. Several publications looked at the spot urinary protein to creatinine ratio (PCR) as a replacement to the 24-hour urine collection. Largely used outside pregnancy, this fast and less invasive test seems a compelling alternative. In this paper, data from previous meta-analysis and guidelines have been reviewed in an attempt to clarify the role of the PCR in clinical practice and elaborate an algorithm in case of suspicion of preeclampsia. Thus, this test seems a valid “rule-out test” when using the optimal threshold of 30mg/mmol. Higher values require a 24-hour urine collection for confirmation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Pré-éclampsie, Protéinurie des 24heures, Rapport protéine/créatinine

Keywords : Preeclampsia, 24-hour proteinuria, Protein to creatinine ratio


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 9

P. 795-801 - novembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial board
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge des périnées complets (déchirure périnéale stade 3 et 4) : revue de la littérature
  • A. Villot, X. Deffieux, G. Demoulin, A.-L. Rivain, C. Trichot, T. Thubert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.