Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Arrêt cardiorespiratoire extrahospitalier secondaire à un spasme coronaire : quelle place pour le défibrillateur automatique implantable ? - 10/11/15

Doi : 10.1016/j.ancard.2015.09.005 
G. Cherif 1, G. Galuscan 1, C. Charbonnel 1, S. Almeida 1, A. Vienet-Legué 1, S. Augusto 1, K. Ghoul 1, E. Blicq 1, B. Ajlani 1, S. Azzaz 1, G. Gibault-Genty 1, R. Convers 1, N. Baron 1, S. Legriel 2, F. Boutot 3, J.-M. Caussanel 3, J. Schwob 1, B. Livarek 1, J.-L. Georges 1,
1 Service de cardiologie, unité de soins intensif cardiologiques et cardiologie interventionnelle, hôpital André-Mignot, 177, rue de Versailles, 78150 Le Chesnay, France 
2 Service de réanimation polyvalente, hôpital André-Mignot, 177, rue de Versailles, 78150 Le Chesnay, France 
3 Samu 78/Smur, hôpital André-Mignot, 177, rue de Versailles, 78150 Le Chesnay, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’angor spastique est une pathologie rare mais potentiellement grave, pouvant être responsable de troubles du rythme ventriculaire et de mort subite. Son diagnostic nécessite la combinaison de critères cliniques, électrocardiographiques et angiographiques, avec confirmation du spasme par test de provocation. Après arrêt cardiaque extrahospitalier (ACEH) par spasme coronaire, l’indication du défibrillateur automatique implantable (DAI) est controversée, et son apport sur la survie en prévention secondaire dans ce contexte n’a pas été bien établi.

But de l’étude

Évaluer le rôle du DAI en prévention secondaire d’ACEH par spasme coronaire, sous traitement bien conduit et en l’absence de dysfonction systolique du ventricule gauche.

Méthodes et résultats

Nous rapportons les cas de 5 patients consécutifs admis dans notre service entre septembre 2007 et juin 2015 dans les suites d’un ACEH secondaire à un spasme coronaire documenté. L’âge moyen était de 49ans (extrêmes 45–58), 4 étaient des hommes et tous étaient tabagiques. Chez tous les patients, la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) était normale et l’angor spastique a été confirmé par un test au Méthergin® positif. Tous ont reçu un traitement médical optimisé comprenant au moins deux inhibiteurs calciques et des nitrés, et 4 d’entre eux ont eu un ou plusieurs contrôles coronarographiques avec test de provocation sous traitement (testing médicamenteux). Un DAI a été implanté dans un seul cas, pour test de provocation restant positif malgré un traitement antispastique maximal et l’arrêt du tabac. Avec une médiane de suivi de 21 mois (extrêmes 2 mois–8ans), tous les patients sont vivants et asymptomatiques. Aucune récidive de trouble du rythme ventriculaire n’a été enregistrée, y compris dans la mémoire du DAI.

Conclusions

Notre expérience suggère que, chez les survivants d’un ACEH lié à un angor spastique avec FEVG normale, la pose de DAI ne doit pas être systématique, mais conditionnée à la persistance de la positivité du test de provocation du spasme sous traitement antispastique maximum, comprenant au moins deux inhibiteurs calciques, des dérivés nitrés et l’arrêt complet du tabac.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 64 - N° 5

P. 415-416 - novembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Reduction in patients’ radiation exposure during coronary angiography and percutaneous coronary intervention: The second RAY’ACT multicentre survey
  • J.-L. Georges, L. Belle, F. Albert, J. Monségu, M. Pansieri, J. Ballout, L. Orion, L. Dutoit, B. Maillier, B. Bonnet, J.-B. Azowa, M. Hanssen, S. Cattan, RAY’ACT 2 investigators
| Article suivant Article suivant
  • Reperfusion in elderly patients with acute ST-elevation myocardial infarction: Results from the RENAU-RESURCOR STEMI network
  • J. Turk, M. Fourny, G. Debaty, J. Labarere, M. Rata, K. Yayehd, A. Ispas, G. Deschanel, M. Latappy, L. Belle

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.