Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le choc toxique staphylococcique menstruel est toujours d'actualité - 29/02/08

Doi : PM-07-2003-32-24-0755-4982-101019-ART5 

T. Galpérine [1],

D. Neau [1],

G. Lina [2],

C. Richez [1],

A.L. Cazeau [1],

H. Dutronc [1],

M. Dupon [1],

J.-M. Ragnaud [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction Les chocs toxiques staphylococciques répondent à des critères clinico-biologiques précis mais sont parfois de diagnostic difficile. Actuellement, les chocs non menstruels sont les plus fréquents. L'incidence des chocs menstruels est faible, mais leur gravité potentielle doit être rappelée.

Observations Une jeune fille de 14 ans et une femme de 33 ans ont eu un choc menstruel d'évolution favorable. Une récurrence sous la forme d'une scarlatine staphylococcique est survenue chez la seconde patiente. Dans les deux cas, la souche de Staphylococcus aureus producteur de la toxine TSST-1 a été mise en évidence.

Conclusion La possibilité de survenue d'un choc menstruel staphylococcique en 2002 doit être connue. Le polymorphisme des manifestations cliniques et biologiques doit être souligné. La recherche de toxine peut être réalisée dans un centre de référence.

Abstract

Menstrual staphylococcal toxic shock is still a reality

Introduction Staphylococcal toxic shock replies to precise clinical-biological criteria ; but can be difficult to diagnose. Today, the non-menstrual form of shock is the most frequent. The incidence of menstrual shock is low but their potential severity must be recalled.

Observations A young 14 year-old girl and a 33 year-old woman presented with menstrual shock that was treated successfully. A relapse in the form of staphylococcal scarlet fever occurred in the second patient. In both cases, the strain Staphylococcus aureus , which produces the TSST-1 toxin, had been identified.

Conclusion The possibility of the occurrence of a menstrual staphylococcal shock in the year 2002 must be known. The polymorphism of the clinical and biological manifestations must be underlined. The search for a toxin can be conducted in an appropriate centre.


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 24

P. 1121-1122 - juillet 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Modalités pratiques de la reprise du travail à temps partiel pour motif thérapeutique
| Article suivant Article suivant
  • Pneumopathie bactériémique communautaire à Pseudomonas aeruginosa chez un sujet « sain »
  • Julien Illinger, Ismaël Mohammedi, Olivier Martin, Laurent Argaud, Marc St Denis, Dominique Robert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.